Migrant ou réfugié ? Comment peut-on être Syrien en Europe ? (2/3)

Les associations sont à ce point engagées sur le terrain social que l’État en arrive à déléguer un certain nombre des missions républicaines à de courageux bénévoles qui constituent désormais le ciment de la cohésion sociale. Nous sommes allés à la rencontre de Nawaf Safadi, actuel porte-parole de l’association Syrie démocratie 33.

Nawaf Safadi © Laurent Monserrat Nawaf Safadi © Laurent Monserrat


L'association bordelaise accompagne au mieux les Syriens pour qu'ils trouvent une place dans la société française. En effet, les cours de français dispensés par les collectivités locales ne sont guère suffisants pour permettre à des réfugiés de se démêler des difficultés administratives et trouver des soins médicaux. 

D’où l’importance de ce type d’associations qui mobilisent plusieurs bénévoles pour venir en aide aux réfugiés et leur proposer non seulement un lieu d’accueil, mais plus encore de vie collective. Nawaf Safadi qui nous reçoit était professeur de pharmacie à Borbeaux et ancien dissident politique du temps d’Hafez el-Assad. Nawaf a lui-même connu la prison avant de quitter la Syrie pour se rendre en France et militer pour la démocratie depuis l’Europe.  

Comment peut on être Syrien 2:3 Rencontre avec l’association Syrie Démocratie 33 © Laurent Monserrat

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.