laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2020

laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

"Ma rencontre" ou la quête surréaliste de Gildas Lepetit-Castel

En ces temps de confinement, le photographe et auteur Gildas Lepetit-Castel offre en accès libre "Ma rencontre", un film qui se déploie autour d’une photo qui n’aura jamais vu le jour.

laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entre onirisme et univers rohmérien, Gildas Lepetit-Castel nous entraîne dans la psychologie d’un homme hanté par une rencontre, celle d’une jeune femme croisée devant le café de Flore, alors qu’elle venait de faire tomber son bouquet de fleurs sur le passage pour piétons. Le personnage principal, interprété par le réalisateur, ne saura les ramasser. Il ne saura pas non plus photographier ce moment, comme tétanisé par la beauté de la scène qui se déroulait devant ses yeux. C’est à partir de cette impuissance à saisir cette femme tout autant que les fleurs que le film s’élance. 

On remonte alors au fil de la conscience du personnage, à travers ses impressions, ses expériences, ses échecs, ses amis, mais aussi ses douleurs, le tout porté par les nappes d’une guitare lancinante qui vient imprégner l’image à la manière des films de Wenders. La recherche onirique de cette jeune femme dont le pouvoir suggestif renvoie à l’évocation métaphysique de la femme propre au surréalisme se transmue progressivement en quête de soi. Qui est-elle ? Que peut-elle bien lire à cet instant ? Autant de questions qui résonnent et flottent dans les arpèges symboliques d’un homme qui a perdu ses repères avec le monde qui l’entoure. 

Ma rencontre est le film d’un auteur à la culture visuelle profonde, un film truffé de symboles, porté par la voix fragile de Gildas Lepetit-Castel. Les images filent et défilent comme dans un état second de conscience, comme une obsession, tel un instantané photographique dont on ne pourrait pas se défaire sans avoir pu toucher la personne figée par l’image. Le film nous amène à voir la construction du fantasme à partir d’un simple élément, mais aussi de la création narrative autour d’une scène de la vie quotidienne. On pense alors à Stendhal, qui ne prétendait pas « peindre les choses en elles-mêmes, mais seulement leur effet ». 

À ce titre, la scène de la salle du cinéma est une vraie réussite aussi visuelle que symbolique. Elle semble nous dire que nous sommes tous spectateurs de notre propre vie et que le désir fantasmé peut parfois s’avérer plus intense que la vie réelle et surtout moins décevant. 

Le film de Gildas Lepetit-Castel qui s’ouvrait sur une photo ratée, sorte d’image fantôme, se clôt dans une disparition, une impossibilité à l’émulsion, au saisissement physique. Si la photo permet de matérialiser un semblant d’émotion éprouvée, jamais elle ne saura compenser la présence charnelle. 

Ma rencontre, film de Gildas Lepetit-Castel, 2020. 

"MA RENCONTRE" (61mn - 2020) Film de Gildas Lepetit-Castel © Gildas Lepetit-Castel

Liens pour retrouver les oeuvres de Gildas Lepetit-Castel :

Site : www.gildas-lepetit-castel.com
Facebook : www.facebook.com/gildas.lepetitcastel
Instagram : www.instagram.com/g.lepetit.castel/
Twitter : @glcphotographie

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost