laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2018

François Ruffin désormais face à la haine en journalisme

Sabine Prokhoris, philosophe et psychanalyste, selon les informations du journal Libération, a écrit le 13 décembre 2018, une tribune nommée « De la haine en politique » à l’encontre de François Ruffin. L’étroitesse de l’analyse intellectuelle proposée par Sabine Prokhoris interroge.

laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


En effet, l’auteure ne s’enfonce pas dans les arguties, elle plonge droit dans le point Godwin, ce moment où faute d’arguments les références à la Seconde Guerre mondiale surgissent dans le débat. Ruffin serait un homme en proie à une haine maladive pour le président élu et sa haine renverrait à celle-là même que les homophobes et les antisémites partageraient, du moins selon Sabine Prokhoris.

Quel lien existe-t-il entre Ruffin et la haine des Juifs et des homosexuels ? Etablir des analogies pour jeter le discrédit sur une personne est aisé, mais cela participe à jeter l’opprobre public sur une catégorie de la population française qui se sent et qui est représentée par certaines personnalités montantes de la politique dont Ruffin fait partie. 

À la différence de Macron, Ruffin n’a pas de liens avec les banques, ni avec le haut patronat du CAC 40, avec les propriétaires de la plupart des journaux, et encore moins avec Sarkozy, pourtant prévenu dans trois affaires judiciaires et nommé représentant de la France en Géorgie. François Ruffin ne défend pas et ne saurait défendre de quelconques intérêts privés à l’inverse de l’actuel président. 

N’en déplaise à Sabine Prokhoris, le fossé se creuse au sein de la population française. On peut encore défendre Emmanuel Macron si tant est que l'on appartienne à la catégorie sociale la plus aisée, mais le mépris dont fait preuve Sabine Prokhoris renvoie à un argumentaire propre à une forme de police de la pensée, un conformisme qui vise à enterrer tout débat en niant l’opposition, en prétextant qu’elle serait « haineuse », « populiste » donc antidémocratique voire raciste comme le fait entendre sa conclusion. « J’ai honte pour eux » parachève Sabine Prokhoris en associant Jean-Luc Mélenchon à ce mouvement de haine qui pousserait, selon elle, les « gilets jaunes » à tout saccager. 

Nous, nous avons honte qu’un journal, autrefois militant, et désormais la propriété d’un groupe financier, publie des tribunes aussi serviles à l’endroit du pouvoir.  

Attaquer François Ruffin au moment où Emmanuel Macron est en train de brader le bien public, la Française des jeux, le groupe Aéroport de Paris, les services de santé, est un habile contre-feu. Mais cela ne suffira pas à faire oublier les inégalités flagrantes de la société française, à faire oublier que notre République est gangrenée par l'entre-soi, par des affaires de corruption indignes d’une démocratie. Les Français en appellent à un changement et ce même si celui-ci doit en passer par le désaveu et la haine de certains hommes politiques, y compris Emmanuel Macron qui appartient encore et toujours à cet ancien monde. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa