laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2017

laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Le jeu de la Ve République : du totem télévisuel au prophète présidentiel

laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entre Questions pour un Champion et l’émission politique de TF1 consacrée au débat pour les élections présidentielles, seules les teintes diffèrent.

Il est intéressant de voir la perception des enfants face aux élections qui occupent l’espace médiatique, des enfants confrontés à l’écoute quotidienne du totem télévisuel qui trône au centre même du salon. Les enfants s’énervent, reprennent le discours des parents sans comprendre et cherchent malgré tout à savoir ce qui relève du bien et du mal et qui, dans ces forces antagonistes, l’emportera lors de la bataille finale. La perception s’avère trouble et troublée par un espace médiatique qui aborde peu ou pas du tout, la vie des citoyens français. On entend des sujets généralistes, des affaires politiques, de la corruption devenue monnaie courante en France, et ce depuis des décennies et la vie des Français se réduit avec les candidats à la présidentielle à des échanges de bons mots qui n’ont aucune connexion avec le réel. 

Alors, on peut chercher qui du tribun, de l’ex-banquier, de l’ex-assistant du président, du faussaire et parfait bonimenteur, de la fasciste l’emportera ou des oubliés, mais au final le manque de compréhension des enfants s’avèrera évident autant que celui du citoyen français tant le réel est éloigné, mis à distance alors que ce réel même est un symptôme vivant pour toute une partie de la société civile.  Le monde qui va mal n’est pas extérieur à celui qui l’affronte, bien au contraire tant il constitue son quotidien dont les hommes politiques se défaussent pleinement.

Les déserts médicaux, les zones sans travail, les quartiers abandonnés à la violence, les campagnes désertées, les emplois harassants et le simple fait d’avoir ou de pouvoir conserver un toit constituent une prise avec le réel qui ne saurait être explicitée dans le totem télévisuel, tant les candidats ne proposent aucune solution. C’est probablement là que le drame se joue et l’incompréhension aussi infantile pourrait-elle paraître, prend de l’ampleur. Le réel ne fait pas vendre et chaque condition malheureuse se trouve enfermée dans un espace de silence médiatique. Alors, demander aux enfants de constituer un résumé substantiel de la politique française relève autant de l’aporie que si on l’exigeait d’un citoyen en âge de voter. Il n’existe en effet que des images traversées par des discours théoriques qui sont majoritairement déconnectés de tout réel hormis celui du fait divers. Alors « vote utile » ou vote fasciste ? La démocratie française se résume à ces deux voies aussi peu démocratiques, et la raison en est : le manque de circularité du pouvoir comme l’écrivait Foucault. La démocratie selon le philosophe devrait être une chaîne nouée entre les citoyens qui remonterait jusqu’aux plus hautes sphères de l’État afin que l’État même constitue un maillon de la démocratie représentative.

Si l’enfant ne comprend pas en quoi consiste la politique, c’est parce que la politique s’est éloignée du citoyen au point de n’être plus qu’une représentation illusoire voire illusionniste. En France, il n’existe aucun maillon, nulle chaîne populaire, celle-là même qui devrait démarrer dans les comités de quartier et se terminer au sein des cabinets ministériels !La figure présidentielle à laquelle la Ve République nous contraint  à nous attacher achève la destruction de toute ambition de chaîne démocratique en tant qu’il ne s’agit plus que d’un transfuge du totem au prophète qui siège dans notre salon et édicte des prophéties prétendument salvatrices.

La compréhension de l’intérêt de la politique ne saurait exister sans un retour de la politique au plus près des citoyens. Et ce retour en passe par un contrôle général des institutions ce qui permettrait un contre-pouvoir et une lecture claire de l’action des élus. La France a besoin de se réinventer et d’assainir sa vie politique au risque de voir l’extrême droite convaincre les mentalités et persuader la population qu’elle est le seul rempart à cet entre-soi, à ces castes politiques qui se maintiennent au pouvoir depuis des décennies et ne rechignent ni aux mensonges ni aux tromperies et se complaisent dans la corruption. Et ce ne sont pas ces grands jeux télévisuels dont la célébration participe à la béatification du statut du Président de la République qui vont permettre de rapprocher la politique du peuple.

Il est impératif de rejeter ces catéchismes distants du vécu social et des citoyens français. Il est impératif de refuser de se voir édicter une organisation politique au nom d’une prétendue transcendance portée par un individu qui se sentirait investi d’une volonté divine en raison du grand show médiatique dans lequel il aura su mieux buzzer que les autres parce que les questions lui avaient été données à l’avance. La mise en scène médiatique et la capacité de l’acteur politique à se mettre lui-même en scène en présentant sa vie familiale, sa réussite, son expérience prétendue, sa roublardise et son enrichissement personnel, sont autant d’éléments qui foulent au pied la pensée démocratique, écrase le vécu social au profit d’un prophète exhibé dans l’écran totémique.

 Il est impératif de refuser cette aliénation, fondée sur une transcendance qui décide de la vie du pays au profit d’affaires financières auxquelles la majorité de nos élus est liée par le pacte d’asservissement établi dans les fondements de la Ve République qui ne souffre ni la dynamique ni l’autonomie sociale ni aucun contre-pouvoir.

A lire :

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt