Laurent OPSOMER
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2021

LE CHEF-D’ŒUVRE DE BLANQUER

Laurent OPSOMER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Presque 646.000 élèves sont scolarisés dans les lycées professionnels ; ils représentent plus d’un lycéen sur quatre.¹ En 2009, une réforme a transformé le cursus conduisant au baccalauréat professionnel en le réduisant de quatre à trois ans.² Une réforme au nom de l’équité officiellement : préparer le baccalauréat professionnel comme les autres baccalauréats en trois ans après le collège. En réalité, conformément à la révision générale des politiques publiques, plus connue sous son acronyme RGPP, lancée en 2007 par Nicolas Sarkozy, l’objectif était la réduction des dépenses par l’économie d’une année de formation. Surnommé le « ministre bis » (alors directeur général de l'enseignement scolaire de Luc Chatel), Jean-Michel Blanquer est celui qui a conduit l’essentiel des réformes du quinquennat Sarkozy, organisant notamment la suppression de 80 000 postes d’enseignants entre 2007 et 2012. Véritable fil conducteur de la politique éducative du sarkozysme, Jean-Michel Blanquer poursuit son travail de sape sous Emmanuel Macron. Dix ans après la réforme de Xavier Darcos, Jean-Michel Blanquer a lancé une nouvelle transformation de la voie professionnelle, dont l’une des mesures emblématiques est la réalisation d’un « chef-d’œuvre » par tous les élèves en CAP et en baccalauréat professionnel. Jean-Michel Blanquer se veut aussi offensif sur la question de la citoyenneté. Mais le discours politique n’est qu’une façade, un pâle décor de théâtre qui cache une triste réalité : les heures des enseignements généraux et professionnels sont rabotées au fil des années. Un arrêté du 21 novembre 2018 donne ainsi le détail³ : 450 heures d’enseignements professionnels en seconde, 420 en première et 390 en terminale, année du fameux « chef-d’œuvre ». Les enseignements généraux (français, maths, etc.) suivent la même dégringolade : respectivement 360 en seconde professionnelle, 336 en première et 299 heures pour l’année du baccalauréat. Deux exemples : les élèves de seconde professionnelle ont une heure d’histoire-géographie par semaine contre trois pour ceux de seconde générale. Les bacheliers professionnels auront désormais un bloc annuel de 78 heures comprenant à la fois le français, l’histoire-géographie et l’éducation morale et civique… Voilà le chef-d’œuvre de Jean-Michel Blanquer : la fabrique de l’ignorance !

¹ Les chiffres clés du système éducatif

https://www.education.gouv.fr/les-chiffres-cles-du-systeme-educatif-6515

² Laurent Opsomer, L’enseignement professionnel sacrifié ?, Double Neuf, 6 avril 2017.

http://doubleneuf.nordblogs.com/archive/2017/04/06/l-enseignement-professionnel-sacrifie-474072.html

³ Arrêté du 21 novembre 2018 relatif aux enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire préparant au baccalauréat professionnel

https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000037833273/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT