MUNICIPALES 2020 : QUELLE LÉGITIMITÉ ?

Le premier tour des élections municipales s’est déroulé le dimanche 15 mars 2020. A l’époque, il n’était pas question pour le ministère de l’Intérieur de reporter le scrutin en raison du Covid-19. Or, l’expansion du virus a perturbé la campagne (contacts limités entre candidats et électeurs, réunions publiques annulées…) et n’a pas été sans conséquence sur le scrutin marqué par une abstention record.* Bien évidemment, des appels à aller voter avaient été lancés et les municipalités avaient pris des dispositions pour rassurer les électeurs. Mais la peur s’était installée, d’autant que le premier décès lié au Covid-19 avait été constaté dans le Pas-de-Calais et que le pays organisait progressivement son confinement pour contenir l’accélération de l’épidémie. Les bureaux de vote étaient ouverts, les commerces fermés… Bref, ce premier tour des municipales a été tronqué par le coronavirus et plombé par une abstention massive et contrainte. Dès lors, quelle est la représentativité réelle, donc la légitimité démocratique, des candidats élus à ce moment alors que ceux-ci seront bientôt nommés maires par les nouveaux conseils municipaux installés entre le 23 et le 28 mai prochain ? Dans une démocratie représentative en crise, n’aurait-il pas été opportun d’annuler les élections municipales de mars 2020 au nom de la démocratie ?

 

* « Municipales 2020 dans le Nord : les principaux résultats » in La Voix du Nord, 15 mars 2020

https://www.lavoixdunord.fr/726521/article/2020-03-15/municipales-2020-dans-le-nord-les-principaux-resultats

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.