Laurent Perpigna Iban
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2019

Laurent Perpigna Iban
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Le football est-il encore supportable?

Le 16 novembre, à Bordeaux, Revue Far Ouest organise une journée de débats autour de cette question, en collaboration avec So Foot, Mediapart, et le principal groupe de supporters des Girondins de Bordeaux, les Ultramarines.

Laurent Perpigna Iban
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le stade René Gallice, à Bordeaux, lors d'un match face au Paris Saint Germain en 2018. © Laurent Perpigna Iban / Hans Lucas

Le football est-il encore supportable ? Cette question, nous nous la posons souvent. Et c’est un crève-cœur.

Combien sommes-nous à avoir vu notre enfance bercée par les exploits de nos champions ? Ces Coupes du monde rejouées sur un bout de trottoir, les fleurs des voisins dévastées par des passes en profondeur hasardeuses, les vignettes Panini introuvables…

La société a subi des mutations, le football aussi. Si ce sport fait toujours partie de notre ADN, l’aimons-nous toujours autant ? Ou avons-nous rejoint le clan des « nostalgiques du football » : celles et ceux qui préféraient le jeu à la compétition, la passion à l’argent, les gradins champêtres aux temples de la consommation.

Ce questionnement est central. Intime, autant que collectif. Il ne questionne pas seulement le football, mais également notre rapport à lui. Et, à l’heure de faire les bilans, des sentiments contradictoires nous envahissent.

Ce sport, nous avons beau l’aimer, nous avons parfois furieusement envie de lui cracher à la figure quand il se drape de ses plus vils costumes.

Pourtant, aux quatre coins de la planète, le football continue d’être vecteur de rêves et d’espoirs.

Pourtant, dans les gradins du monde entier, des milliers de jeunes continuent de vivre leur passion, souvent de manière consciente et militante, transformant les tribunes populaires en « zones à défendre ».

Les scandales qui ont émaillé l’actualité ces dernières années ont été un véritable électrochoc. Ils nous contraignent à prendre position : devons-nous abandonner ce sport qui ne nous ressemble plus ou nous battre afin de lui redonner un visage présentable ?

Au sein de notre média local Revue Far Ouest, cette réflexion et ces questions nous ont sauté au visage alors que nous étions en train de préparer une série d’articles sur l’évolution des Girondins de Bordeaux. Le club était alors sur le point d’être racheté par un fond d’investissement américain après avoir été dirigé pendant vingt ans par la chaine de télévision M6.

La parution de nos articles a entrainé au sein de notre lectorat un grand intérêt, et pas mal de débats. Nous voulions continuer la discussion en vrai, hors connexion. C’est ainsi que l’idée d’organiser une journée de réflexion sur le sujet est née : le Festival Coup Franc, première édition aura ainsi lieu le samedi 16 novembre.

Durant une après-midi, à Bordeaux, nous vous invitons à venir réfléchir et débattre sur ces questions. Et sur ce que nous attendons de ce spectacle sportif que nous aimons tant… Mais qui nous le rend si mal.

Fédérations nationales et internationales éclaboussées par des scandales, montants de transferts indécents, corruption, évasion fiscale, fichages ethniques, répression des mouvements de supporters... Les scandales dévoilés récemment peuvent-ils contribuer à moraliser le football et à faire évoluer les pratiques d'un sport devenu industrie ? Le business a-t-il définitivement tué le jeu ? Quelle place auront les supporters dans le football de demain ? L'argent sera-t-il plus fort que la passion ?

Pour aborder ces questions, nous avons invité des journalistes, des chercheurs, des supporters et des passionnés de foot. Voici une présentation des intervenants.

Yann Philippin est journaliste pour Médiapart, il a participé aux deux saisons d’enquêtes des Football Leaks

Les Football Leaks désignent la fuite de plus de 18,6 millions de documents confidentiels, obtenus par Der Spiegel et traités par l'European Investigative Collaborations en collaboration avec plusieurs médias européens dont Mediapart. Selon le média d’investigation français, il s'agit de la « plus grande fuite d’informations de l’histoire du sport ».

Dans une interview donnée pour So Foot, Yann Philippin explique que « le business du football est un business comme un autre, en matière de fraudes, de magouilles, de montages offshore, de circuits financiers opaques ». Suite à la parution des deux saisons de révélations, il constate aussi que « Sur le plan systémique, tout ce que l’on raconte sur les combines liées aux transferts n’a quasiment pas changé. Ce sentiment d’impunité illustre complètement ce qu’on a écrit sur le cartel des clubs européens et le fair-play financier. On voit qu’il y a une triche massive systémique qui fausse l’équité sportive. On parle ici de milliards d’euros qui sont injectés dans le foot en violation des règles. Le tout dans l’impunité la plus totale. »

Mathias Edwards est journaliste pour So Foot et Revue Far Ouest.

Dans une série pour revue Far Ouest intitulée « M6 Foot Story », le journaliste est allé à la rencontre de l’association de supporters des Girondins de Bordeaux, les Ultramarines, peu avant le rachat du club en 2018. Il racontait entre autre le grand paradoxe dans lequel les supporters sont plongés à l’ère du foot business mondialisé. Ces derniers sont « à la fois conscient que leur club a besoin de faire mieux que vivoter entre la 6ème et la 10ème place du championnat, humanistes mais ancrés dans un monde résolument capitaliste, les Ultramarines cultivent les paradoxes sans pour autant être dupes (…) Dans la pratique, les supporters ne siégeant pas au conseil d'administration du club, leur contestation ne peut s'exprimer que dans des tribunes que les financiers n'écoutent plus - quand ils ne les méprisent pas - depuis longtemps.

Mickaël Correia est l’auteur de l’ouvrage « Une histoire populaire du football ».

Pour Mickaël Correia le football ne se résume pas au foot-business : depuis plus d’un siècle, il a été un puissant instrument d’émancipation pour les ouvriers, les féministes, les militants anticolonialistes, les jeunes des quartiers populaires et les contestataires du monde entier.
L’auteur retrace le destin de celles et ceux qui, pratiquant ce sport populaire au quotidien, en professionnels ou en amateurs, ont trop longtemps été éclipsés par les équipes stars et les légendes dorées. Prenant à contre-pied les clichés sur les supporters de foot, il raconte aussi l’étonnante histoire des contre-cultures footballistiques nées après la Seconde Guerre mondiale, des hooligans anglais jusqu’aux ultras qui ont joué un rôle central dans les printemps arabes de 2011. En proposant une histoire « par en bas », en s’attachant à donner la parole à tous les protagonistes de cette épopée, Mickaël Correia rappelle que le football peut être aussi généreux que subversif.

Nicolas Hourcade

Nicolas Hourcade est sociologue à l’École centrale de Lyon et spécialiste des supporters de football.

Outre ses publications universitaires, il a rédigé deux rapports institutionnels : le "Livre vert du supportérisme" (avec Ludovic Lestrelin et Patrick Mignon) remis au secrétariat d’Etat aux sports en 2010 et "Prévention des violences dans le football. Regards croisés franco-allemands" (avec Gunter Pilz et Silvester Stahl) pour l’Office Franco-Allemand de la Jeunesse en 2015. Il est membre de l’Instance Nationale du Supportérisme, rattachée au ministère des sports.

Il collabore également avec So Foot dont il a notamment coordonné le hors-série consacré aux supporters à l’hiver 2011.

 Laurent Perpigna Iban

Journaliste, membre de la rédaction de Far Ouest, et par ailleurs membre du directoire des Ultramarines Bordeaux.

Florian Brunet

Membre du directoire des Ultramarines Bordeaux. Ce groupe de supporters, créé en 1987, est extrêmement actif sur le front de la lutte contre les dérives du football moderne. L’association a souvent été à la pointe des contestations contre les mesures coercitives dont sont victimes les supporters, et est aujourd’hui en conflit avec la direction des Girondins de Bordeaux.

Déroulement de la journée :

14h45 : Introduction et mot de bienvenue

15h : Présentation par Mickaël Correia de son ouvrage: " Une histoire populaire du Football "


16h : Yann Philippin raconte les "Football leaks" révélés par Médiapart


17h : Débat n°1 : Le rachat des Girondins, quel bilan un an après ?

Animé par Samia Dahmouni (joueuse de foot et bénévole au sein des Coqs Rouges Bordeaux Foot)


Avec Yann Philippin, Mathias Edwards, et Florian Brunet.

18h : Débat n °2: Quelle place pour les supporters dans le football de demain ?

Animé par Samia Dahmouni

Avec Laurent Perpigna Iban, Mickaël Correia, et Nicolas Hourcade

19h : Troisième mi-temps

ENTRÉE & PRIX LIBRES

Fabrique Pola: 10 Quai de Brazza, 33000 Bordeaux

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement