laurentdhomme
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2020

OMS ET FONDATION BILL GATES, CE QUE LE COVID REVELE

En janvier 2000, Bill et Melinda Gates créèrent leur fondation, la dotant au passage d'un fonds de plus de 50 milliards de Dollars. Nous fûmes alors nombreux à penser que le milliardaire du logiciel avait été touché par la grâce de l'amour de son prochain. Qu'en est-il réellement? Qu'est ce que la crise du COVID révèle de l'influence de Bill Gates et des pharmaceutiques privées sur l'OMS?

laurentdhomme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Peu de temps après l'apparition du COVID-19, l'OMS a dû faire face à un tir nourri de critiques sur sa gestion de la crise sanitaire et sa communication. Prise en étau dans un bras de fer qui opposait les Etats-Unis et la Chine, le directeur général de l'organisation, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'est vu vivement critiqué par les autorités gouvernementales américaines pour son rôle dans la gestion du début de crise.

On lui reprochait notamment, mais à demi-mot, d'avoir fait preuve d'une certaine cécité bienveillante à l'égard de la Chine en minimisant l'ampleur de la crise sanitaire dans ce pays et les risques de propagation au reste du monde. De là naissait l'idée que l'OMS était sous l'influence de Pékin, ce qui ne pouvait que plaire à une administration américaine qui devait faire face à une propagation importante du virus et du nombre de décès sur son territoire.

Un des effets collatéraux de cette énième bisbille Sino-Américaine, fut de jeter un coup de projecteur sur la liste des pourvoyeurs de fonds de L'OMS. On y retrouvait l'Oncle SAM en première place avec 893 millions de Dollars pour le budget 2018-2019 (Sources Wikipédia), ce qui était dans l'ordre des choses dirons-nous. En revanche, à la seconde place et de façon bien plus surprenante, on retrouvait la Fondation Bill & Melinda Gates avec la somme colossale de 531 millions de Dollars. Devant la Grande-Bretagne, premier pays d'Europe avec 435 millions de Dollars. Juste après, figurait GAVI-Alliance, une association issue d'un partenariat public-privé dont le but est de promouvoir l'immunisation par la vaccination, avec 371 millions. Et qui retrouve-t-on en bonne place parmi les financeurs de GAVI-Alliance, la fondation Bill & Melinda Gates, décidément très impliquée dans ces enjeux de santé publique et plus précisément, de vaccination. A titre de comparaison, la participation de la France aux recettes 2016-2017 de l'OMS (Sources OMS) étaient inférieures à 100 millions de Dollars.

Qu'en dire? Que la France est beaucoup moins généreuse et concernée que Bill Gates. Ces chiffres semblent le démontrer, mais au-delà de ce constat purement comptable, ce sont les motivations de la sphère privée et les implications possibles sur la santé du commun des mortels qui posent question.

En effet, peut-on raisonnablement laisser des entrepreneurs sous couvert d'une association publique-privée ou d'une fondation, influencer à ce point les décisions et les actions en matière de santé publique à l'échelle du globe? Surtout lorsque ces personnes ont noué des alliances commerciales, des partenariats de recherche, des prises de capital, avec des entreprises qui tirent l'essentiel de leurs revenus de la vaccination. MOSANTO qui a été rachetée 63 Milliards d'Euros en 2018 par BAYER (Pharmacie-Agrochimie allemande), et qui est très liée à la fondation Gates, est un exemple frappant et inquiétant de ces associations par intérêt qui exercent une réelle emprise sur les politiques qui vont toucher de très près la santé de centaines de millions d'êtres humains.

Cette question n'est pas nouvelle, l'entrisme du mode des affaires dans la sphère publique par des biais plus ou moins détournés, est un sujet aussi vieux que les enjeux de pouvoir. L'aborder en deviendrait presque futile,inutile, rasoir même, tellement cela a été battu et rebattu. Du moins, c'est ce que je me disais jusqu'à ce que je voie un spot publicitaire sur une chaîne de télévision, ce dimanche à une heure de grande écoute.

Pendant une trentaine de secondes, on voit se succéder des plans fixes de personnes, de familles, dans des activités de la vie quotidienne accompagnés de commentaires très consensuels et bienveillants. Puis, vers la fin du spot, ces commentaires se muent en conseils teintés d'une forte dose de moralisme, que l'on peut résumer sans les édulcorer de la sorte.

"Soyons de bons humains, pour notre bien à tous restons en retrait de l'humanité, RESTONS DERRIERE NOS ECRANS" avec en toile de fond, un défilement de plans figés montrant des gens utilisant des ordinateurs, des tablettes, des téléphones portables.

A ce moment du spot, j'étais persuadé qu'il s'agissait d'une publicité pour un opérateur des communications, pour un réseau social ou  un quelconque géant des technologies de l'information...Que nenni, lorsque le rideau est tombé, on a pu lire un dernier message qui indiquait qu'il s'agit d'une communication de L'OMS, dans le cadre de la lutte contre le COVID-19.

Pour rappel, la fondation Bill & Melinda Gates, a versé 571 millions de Dollars à l'OMS sur la période 2018-2019 et si Donald Trump maintient le gel de la dotation américaine pour 2020-2021, elle deviendra le premier financeur de l'OMS. 

Entrisme, influence, des sujets pas si barbants que ça finalement... 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe