BCG et Covid-19 : histoire de redonner espoir et histoire de sourire un peu...

Appel solennel à la mobilisation pour relancer la fabrication, ainsi que l’importation, sans attendre, de nombreuses doses vaccinales BCG pour lutter contre la Covid-19. A la manière du Général...

Le 13 avril 2020 au soir, le Président de la République a indiqué vouloir « investir massivement dans la recherche de vaccins ». « Aucune piste ne sera négligée », « je m’y engage », « sachons sortir des sentiers battus » et « il faut savoir nous réinventer », a-t-il ajouté. Ces mots résonnent tout particulièrement en moi qui, depuis plusieurs semaines déjà et aux côtés de collaborateurs et amis précieux, me mobilise pour que soient relancées l’importation et la fabrication de doses vaccinales BCG en grand nombre dans notre pays. Si, dans le pire des cas, ça ne servait pas pour la Covid-19, ça resterait parfaitement utile pour combler la pénurie actuelle de vaccins BCG dans le monde.

Dans le contexte très difficile et dramatique que nous traversons, la France doit être inspirée et peut puiser ses ressources dans son histoire, celle de ses grands savants et de ses grands hommes.

Ainsi, en reprenant les éléments de langage de l’appel historique du Général Charles de Gaulle, le 18 juin 1940, il est troublant de voir combien ce texte reste d’une actualité émouvante et vibrante, si on prend la peine de le repositionner dans le contexte du SARS-CoV-2, de la Covid-19 et du vaccin BCG possiblement salutaire. Près de quatre-vingts ans après...

Je vous laisse juge (avec mes ajouts et inserts portés en italique) :

« Certes, nous avons été, nous sommes submergés par la force virale et infectieuse de l’ennemi.

Ce sont le virus SARS-CoV-2 et la maladie Covid-19 qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? NON !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus (en l’espèce, la réponse inflammatoire et exacerbée de l’hôte et la réponse immunitaire non-entraînée) peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste Empire (et une immense histoire des sciences, de la médecine et des vaccins) derrière elle.

Cette guerre n’est pas limitée au territoire de notre malheureux pays. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n’empêchent pas qu’il y a, dans l’univers, tous les moyens pour écraser un jour nos ennemis (le SARS-CoV-2 et la Covid-19). Foudroyés aujourd’hui par la force virologique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force thérapeutique supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, Laurent Lagrost, actuellement à Dijon, j’invite les scientifiques, les médecins, les ingénieurs et les industriels du médicament à se mettre en rapport avec moi (ainsi que les uns avec les autres dans le seul but de produire sans attendre de nombreuses doses de vaccin BCG).

Quoi qu’il arrive, la Flamme ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.

Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la radio... ».

Un grand merci au Général.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.