la preuve du mensonge du Préfet du Doubs

Le Préfet du Doubs explique pourquoi un homme s'est pris un coup de matraque, alors que l'évidence de la vidéo (avec le contexte) montre que c'était juste pour casser du Gilet-Jaune.

La vidéo suivante montre le contexte de cette violence policière gratuite et à partir de 3'12" l'action injustifiable du policier.

https://www.youtube.com/watch?v=IsuKQHs5tJY&feature=youtu.be

et la tentative (pénible) de justification par le préfet

https://youtu.be/RZUgpqvVxZM

Soit le Préfet n'a pas vu cette vidéo, soit, comme c'est bien "normal" dans cette République, il défend ses supérieurs (au gourvernement) et ceux qui le protègent (les policiers).

Maintenant, il est temps que tous les français en âge de lire, lisent "Crépuscule" de Juan Branco.Chacun se fera son opinion.

Malheureusement, ce livre est victime de son succès et malgré une réimpression (par son éditeur étranger) 10 jours après sa première sortie, est déjà à nouveau épuisé. On le trouve la version origininale sur internet, mais magré un travail éditorial, le livre n'est pas d'un lecture aisée. Donc accrochez vous.  Quelques soient les critiques d'ordre littéraires qu'on peut faire à ce livre ou à son auteur, les données que contient ce livre sont édifiantes. 

Il y a une interview de 2h05 Juan Branco avec plus de 720 000 vues en moins de 20 jours :

https://www.youtube.com/watch?v=yEtmZKE5jhw&feature=youtu.be

L'un des données les plus importantes du livre étant que Xavier Niel pronostiquait (et pour lui c'était une certitude), dès janvier 2014, que Macron serait le prochain président de la République. Niel avait pris assez de parts dans Le Monde pour faire basculer les indécis vers son candidat. Pas le candidat pour qui il voulait voter, mais le candidat que Niel et ses amis voulaient mettre au pouvoir. Démocratie ...

Il est temps qu'à l'image des algériens qui veulent que le système Boutef dégage, les français isolent le pouvoir économique du pouvoir politique. Juan Branco le dit bien : ils ne sont pas corrompus, ils sont la corruption. Evidemment, beaucoup de médias parlaient de Boutef sans parler de ceux qui l'entretenaient dans son état de président quasi-comateux. Question de prix du gaz, peut-être... Mais en Algérie, les manifestations étaient moins l'occasion de violences qu'en France. Etonnant, non ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.