La fin prochaine du réseau téléphonique RTC

L'ARCEP (autorité des télécommunications) a décidé la fin progressive des lignes téléphoniques commutées (RTC), technologie qui a fonctionné sans problème depuis près d'un siècle

Sous prétexte de faire de l''innovation technologique, et donc de la croissance, la fin d'une technologie fiable, économe en énergie, qui donne satisfaction à 100% (sauf panne) est prévue progresssivement (par zone géographique) à partir de fin 2018.

La technologie qui va remplacer les centraux téléphoniques, la voix sur IP (Internet Protocol) est tellement fragile que les nouveaux centraux téléphoniques devront être doublés (redondance informatique oblige.)

Ceci dit, ça aura des avantages pour l'oligarchie :

1°) il est en effet plus facile pour un Etat d'espionner des communications sur IP que sur le réseau RTC. Il suffira d'avoir un ordinateur et les droits nécessaires, alors que pour une ligne classique il fallait poser une bretelle de dérivation sur un câble. Ce qui nécessitait le déplacement d'une personne, et ce qui pouvait créer des perturbations du signal. Un exemple concret est raconté dans le livre "Tarnac, magasin général".

2°) remplacer une technologie fiable par une autre moins fiable participe de la croissance économique.

Mais ça a des inconvénients pour le reste de la population (les 99% de ceux qui ont une ligne téléphonique), et pour l'économie en général (hors croissance du PIB, qui n'intéresse que les banqiuers) :

1°) il va falloir importer du matériel ou des composants électroniques, au détriment de la balance commerciale,

2°) la nouvelle technologie va consommer plus d'énergie, au niveau de chaque modem et au niveau des centraux. Alors qu'un téléphone classique ne consomme rien quand il est au repos et 0,6W seulement en communication. Et c'est sans compter l'énergie grise de fabrication des millions de modems et des nouveaux centraux téléphoniques (doublés pour la redondance.) 

3°) il va falloir détruire (avec peu de recyclage possible) des dizaines de millions de cartes électroniques (une par ligne téléphonique existante.)

A ceux qui diront que c'est négligeable par rapport à la téléphonie sans fil je répondrai que, justement, au moment où l'on voit que l'Europe n'a pas avancé en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre -et on commence à en voir les conséquences-, au lieu d'investir sur des technologies vertueuses, nous dépensons une partie de notre richesse à investir sur des technologies non vertueuses (TnT, téléphonie 4G, voix sur IP,...)

Si ce n'est pas pour nous mettre (éventuellement) plus facilement sous surveillance, ou éventuellement pour nous vendre des sevices dont nous nous étions passés, il n'y a pas d'explication logique.

Conséquence prévisible : 

En cas de black-out (coupure d'électricité à grande échelle, comme ça arrive régulièrement en Californie), nous regretterons amèrement le réseau téléphonique commuté (RTC) qui avait besoin de si peu d'énergie qu'il pouvait fonctionner des jours sur batterie.

Résistons aux nouvelles technologies qui paraissent être un progrès (purement technique) et nous font oublier que l'humain ne fait aucun progrès.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.