L'autruche volante
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2021

Le Relais Montagnard en danger

Le Relais Montagnard de Bonac-Irazein (Ariège) est en danger ! Malgré les promesses électorales et au terme d’une parodie de dialogue, la majorité municipale nous demande de quitter les lieux au 31 Octobre prochain.

L'autruche volante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis plus de 7 ans, l’association l’Autruche Volante, récemment transformée en société coopérative d’intérêt collectif, œuvre dans la vallée du Biros. Au-delà de la gestion du Relais Montagnard, elle s’occupe de la cantine scolaire de la vallée, propose un programme culturel accessible à toutes et tous, anime une commission portant sur le développement touristique de la vallée, organise des séminaires étudiants sur les enjeux écologiques du territoire. Rare commerce d’une vallée qui revit peu à peu, la société coopérative a largement démontré sa capacité à servir l’intérêt général tout en développant une activité économiquement viable.

Ce qu’il s’est passé il y a un an
Il y a un an naissait un mouvement d’ampleur en soutien au Relais Montagnard de Bonac et à l’Autruche Volante qui en a la gestion. L’équipe municipale fraîchement élue avait alors remis en cause sa promesse électorale d’un bail commercial pour l’Autruche Volante et annoncé la fermeture du lieu en attendant la mise en place d’une délégation de service public.
Pour permettre la continuité des activités du lieu (hébergement, restauration, cantine scolaire, etc.), nous avions proposé de nombreux compromis et la délocalisation de toutes les activités culturelles sur un terrain privé à la sortie du village. Madame le Maire avait alors accepté de fournir à l’Autruche Volante un énième contrat précaire jusqu’au 31 Octobre 2021, le temps que la délégation de service public (DSP) soit mise en oeuvre.


Et aujourd’hui...
La mairie nous a annoncé que la DSP ne serait pas prête à temps. Nous lui avons donc logiquement demandé qu’un nouveau contrat transitoire soit établi jusqu’à la date de démarrage de la DSP. Notre volonté restant d’éviter toute fermeture du lieu et continuer la cantine.
Mais la mairie souhaite fermer le Relais sans pouvoir s’engager sur une date de réouverture. Et ce pour un nouveau motif : des travaux de mise aux normes. Travaux pour lesquels la DDT comme l’architecte de la commune nous ont précisé qu’ils ne nécessitaient en aucun cas l’évacuation du lieu.

Nous avons besoin du soutien de chacun !
Au 1er Novembre, ce ne sont pas seulement cinq emplois qui disparaissent, c’est aussi un des rares commerces de la vallée, un lieu de vie et de rencontre, un espace culturel, ou encore une cantine bio et locale pour les enfants de l’école de la vallée.
Le 23 Octobre à partir de 13h à Bonac-Irazein, nous vous invitons donc pour une manifestation festive et familiale contre la fermeture du Relais Montagnard et de la cantine du Biros.

Nous nous battons contre la malhonnêteté, les mensonges et l’incompétence d’une poignée d’individus qui pensent pouvoir décider seuls. Mais nous nous battons surtout pour avoir le droit d’habiter nos vallées, de décider de notre avenir et de continuer à faire vivre nos idéaux.

A l’heure où l’individualisme, les logiques sécuritaires et les calculs politiciens s’acharnent à détricoter l’espoir d’un monde meilleur, ce combat n’est pas uniquement celui du Relais Montagnard. Il est celui de toutes celles et ceux qui aspirent à un monde meilleur, de toutes celles et ceux qui s’engagent pour que des territoires comme le nôtre revivent, de toutes celles et ceux qui croient qu’une autre façon de vivre ensemble est possible !

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux