LAVDS
"Enrichissez-vous !"
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mai 2017

MACRONISME vs « BONAPARTISME-SAINT-SIMONIEN » de LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE

Elu dimanche 7 mai 2017, avec 66,10 % des suffrages (20,8 millions de voix), Emmanuel Macron (1977-) - candidat d’En Marche !, résolument européen - a remporté le second tour de l’élection présidentielle, face à Marine Le Pen (1968-), candidate de l’extrême-droite, favorable au « Frexit ».

LAVDS
"Enrichissez-vous !"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A peine âgé de 39 ans, Emmanuel Macron devient donc le plus jeune président de l’Histoire depuis Louis-Napoléon Bonaparte (40 ans en 1848, premier suffrage universel masculin en France) et Valéry Giscard d’Estaing (48 ans en 1974).

Deux heures après l’annonce des résultats, une mise en scène historique - et républicaine - se déroule au Palais royal et impérial du Louvre. Le nouveau président marche, seul, d’un pas solennel, sur l’hymne européen (Ode à la Joie de Ludwig van Beethoven, 1823), pour rejoindre la tribune, puis s’adresse à la foule réunie devant la Cour Napoléon, sous les arêtes illuminées de la Grande Pyramide de I’architecte sino-américain Ieoh Ming Pei (1917-).

Emmanuel Macron l’a choisi parce que, tour à tour forteresse, prison, local d’archives, palais royal, musée, le Louvre et le Palais des Tuileries - résidence impériale et l’une des plus vastes et majestueuses d’Europe -, doit son existence à de multiples souverains bâtisseurs qui lui donnent toute sa splendeur et auquel il a rendu hommage dans son désormais célèbre « discours du Louvre ».

Le nouveau Président de la République le ponctue régulièrement du « V » de la victoire devant les quelques 40 000 partisans ou sympathisants « patriotes », républicains et pro-européens, exprimant leur joie en se réunissant pour fêter sa victoire. Agitant une marée de drapeaux tricolores, ils l’acclament et entonnent périodiquement La Marseillaise.

Fort étrangement et symboliquement, le Palais des Tuileries - détruit en 1871 pendant la Commune - est également celui de Louis-Napoléon Bonaparte (1808-1873), futur Napoléon III et empereur des Français (1851-1870).

Sans faire de parallèle excessif entre les deux célèbres personnalités politiques, chacun dans leur contexte économique et historique de l’époque, nous pouvons évoquer quelques similitudes entre le « macronisme » et le « bonapartisme saint-simonien » de Louis-Napoléon Bonaparte.

Pensée fondatrice de la société française au 19ème siècle, élaborée par le comte de Saint-Simon (1760-1825), le saint-simonisme préconise une société fraternelle, fondée sur la compétence, l’esprit d’entreprise, l’intérêt général, l’égalité, la paix. Profondément influencé, Louis-Napoléon Bonaparte, jeune président de la 2ème République (1848-1852), s’inspire de ses réflexions sociales, s’ancrant dans un contexte de révolution industrielle, de croissance économique et de développement de la classe ouvrière ainsi que de nouvelles formes de misère. Dans son opuscule, De l’Extinction du paupérisme (mai 1844, Fort de Ham), il écrira que « la pauvreté ne sera plus séditieuse, lorsque l’opulence ne sera plus oppressive ».

De son côté, en ce début de 21ème siècle, le « macronisme » s’ancre dans un contexte de mondialisation, de compétitivité internationale et de récession économique. Il entend libérer l’individu (fin d’une société de « statuts » sociaux et professionnels), prendre des risques (favoriser la formation tout au long de la vie, la mobilité et la reconversion professionnelle), renforcer l’égalité des chances (par une éducation performante et un égal accès aux savoirs). Bref, un retour à l’optimisme pour combattre la morosité française (« audace réconciliée et optimisme volontaire »). Sans entrer dans la polémique, il peut se résumer en une seule phrase : « La meilleur façon de se payer un costard, c’est de travailler […] Ni mépris, ni démagogie. Notre pays s’en sortira en permettant à chacun de travailler. » (27 mai 2016, Lunel, Hérault).

La comparaison entre les deux philosophies politiques, économiques et sociales de ces deux « socialistes de droite » s’arrête, bien évidemment, à celle de Louis-Napoléon Bonaparate et non à celle de l’empereur Napoléon III, mort en exil (1873) et enterré à Farnborough (abbaye Saint Michael, banlieue de Londres).

Projetons-nous dans les années à venir, que le « macronisme » soit - selon la célèbre réplique du baron Louis (1755-1837) à Louis-Philippe (1773-1850) -, « une bonne politique et de bonnes finances » pour la République française au sein d’une Union européenne qui se cherche plus que jamais.

Peut-être même que la pensée et l’action politique à venir du nouveau président, issu des rangs de Sciences Po Paris, seront un jour étudiées, religieusement, sur les bancs du célèbre amphithéâtre Emile Boutmy (1835-1906) ?

Pierre LE BLAVEC

Historien

Alumni Sciences-Po (SP, 1991)

Ancien étudiant de Francis Choisel et Jean Tulard

LAvisDevantSoi (LAVDS) – Tous Droits réservés – dimanche 7 mai 2017

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain