lavieille
Enseignant-chercheur (surtout en droit international de l'environnement ,du désarmement, en relations internationales) et militant.
Abonné·e de Mediapart

294 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 août 2022

Pour un monde viable quels moyens?Conclusions.

Pour un monde viable quels moyens?Conclusions.

lavieille
Enseignant-chercheur (surtout en droit international de l'environnement ,du désarmement, en relations internationales) et militant.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour un monde viable quels moyens?Conclusions.

Nous proposons d'envisager tour à tour cinq points:

1-Quelles sont les conditions de réussite de la  mise en œuvre de ces moyens ?

2-Quels sont et quels peuvent être les processus de décisions et de mises en œuvre de ces moyens ?

3-Les trois fois trois générations.

4- Une des questions les  plus vitales aujourd’hui ?

5-Le pessimisme de l' intelligence et l'optimisme de la volonté.

1-Quelles sont les conditions de réussite de la mise  en œuvre de ces moyens ?

L’avènement de ce monde viable dépend essentiellement de trois séries de conditions.

-Avoir les volontés ? Les générations présentes et futures  peuvent les avoir .Avec du temps.

-Avoir les moyens ? Ils existent ,  il faut s’en emparer. Avec du temps.

-Avoir le temps de décider et de mettre en œuvre les  remises en cause  vitales ? Les quelques générations futures qui arrivent auront-elles assez de temps pour que ces moyens viables  voient le jour ?

Nous pensons qu’il est peu probable que dure longtemps (au-delà de la fin du siècle ?) une situation intermédiaire, faite d’apocalypses et de tentatives pour en sortir.

La question des questions apparait  donc clairement  :

Avoir des marges de manœuvres ? Celles-ci  vont-elles longtemps exister ? Plus le temps passe plus les marges de manœuvres  diminuent .   Plus il faut en appeler à la radicalité, dans le respect de la démocratie. On comprend l'ampleur des difficultés gigantesques.

2-Quels sont et quels peuvent être les processus de décisions et de mises en œuvre de ces moyens ?

Nous pensons que le schéma général de développements déjà en route et de déclenchements nouveaux des moyens pour un monde viable serait et sera probablement le suivant :

-Des résistances et des pratiques alternatives de plus en plus nombreuses à « la base » par des personnes, des associations, des mouvements, d’autres  acteurs , cela sous les pressions des catastrophes et  en résistances aux logiques productivistes humanicides et terricides,

-Des discours, des réformes et quelques remises en cause d’importances  variables aux « sommets » des différents niveaux géographiques, sous les pressions     et des catastrophes  et de la base,

-Des fissures « au cœur » des logiques du productivisme  ,  celles des marchés financiers, du marché mondial, de la techno science…sous les pressions et des catastrophes  et  de la base et du sommet ,

-Peut-être aussi l’arrivée de l’improbable…

-Beaucoup de ces moyens   demanderont quelques années, d’autres   probablement quelques  décennies . Nous les considèrerons comme les dernières chances, cela avant une multiplication des irréversibilités et des drames omniprésents.

D’autres pensent que tout est désormais joué, ce qui, on l’aura compris, n’est pas notre façon de penser l’avenir et n’est pas notre analyse de l’état du monde.

-Les niveaux géographiques et l’application dans le temps  de moyens viables. 

D’une façon générale ces réformes et ces remises en cause doivent avoir  lieu dans l’ensemble des activités à tous les niveaux géographiques.

Nous préciserons souvent  le ou les  niveaux de décision, d’autres fois  existeront des  incertitudes, enfin d’autres  niveaux de décision  apparaitront  probablement dans l’avenir par exemple à partir de certaines institutions mondiales. 

Ces moyens ont une interdépendance plus ou moins grande, ils sont déterminés et appliqués soit ici et là ensemble, soit avec  des rythmes différents selon en particulier les rapports de force.

3-Les trois fois trois générations.

-Nous avons reçu de trois générations passées ( 1850 à 1945 environ), un environnement pour une part atteint et faisant l’objet de destructions en marche sous les logiques du productivisme (en route en fait depuis le XVème siècle) et de l’anthropocène en route voilà près de 170 ans à travers les explosions des énergies fossiles et de la démographie.

-Nos trois générations présentes (1945 -2030 environ), ont produit un environnement pour une large part détruit et plongeant dans des apocalypses écologiques multiformes, massives, en interactions et rapides, en particulier à travers le réchauffement climatique et les atteintes à la diversité biologique.

-Les trois générations qui ont commencé à voir le jour et qui viennent (2030 à 2110 environ) se trouvent donc devant une question vitale : cette veille de fin des temps peut-elle encore, à travers quelles volontés, quels moyens, quelles marges de manœuvres, se transformer en une forme d’aube d’humanité ?

4-« La » question des questions sans réponse à ce jour ?

Nous pensons qu’il est peu probable que dure longtemps (au-delà de la fin du siècle ?) une situation intermédiaire, faite d’apocalypses et de tentatives pour en sortir.

La question des questions apparait donc clairement :

les quelques générations futures qui arrivent auront-elles assez de temps pour que ces moyens viables et d'autres   voient le jour ?

Les volontés ? Elles peuvent les avoir . Avec du temps.

Les moyens ? Ils existent  et peuvent exister,  il faut s’en emparer. Avec du temps.

Les marges de manœuvres ? Celles-ci  vont-elles longtemps exister ?

En 2022  nous pensons qu’on ne peut pas répondre à cette question.

Plus le temps passe plus les marges de manœuvres  diminuent .

 Plus il faut en appeler à la radicalité, dans le respect de la démocratie. On comprend l'ampleur des difficultés gigantesques présentes et surtout  à venir.

5-Le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté .

Plus que jamais la pensée d’Antonio Gramsci devrait être présente dans les pensées, les actes et les projets  de résistances  et d’ alternatives :

« Il faut avoir à la fois le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté. »

Le pessimisme de l’intelligence permet d’avoir les yeux, les esprits et les cœurs ouverts sur des logiques profondes autodestructrices  terricides et humanicides.

L’optimisme de la volonté permet d’avoir les mains, les esprits et les cœurs à l’ouvrage  pour éviter l’irréparable.

Avec nos forces et nos faiblesses, personnelles et collectives, ne faut-il pas faire en sorte que pessimisme de l’intelligence et optimisme de la volonté

 marchent côte à côte,

s’interpellent,

se complètent,

s’inclinent l’un vers l’autre ,

 deviennent  un couple de combat ?

Si ces moyens viables ,  et  d’autres  allant  dans ce sens,  ne sont pas mis en œuvre nous pensons que les fleuves de souffrances et de désespoirs grossiront encore, rejoignant ainsi  les imaginations les plus terribles.

 Si l’avenir  donne le jour  à ces moyens viables et  d’autres allant dans ce sens  , nous croyons que des ruisseaux de joies et d’espoirs chanteront. Et dans la rosée du matin ceux et celles qui  nous suivront cueilleront alors des souffles du monde.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes