lavieille
Enseignant-chercheur (surtout en droit international de l'environnement ,du désarmement, en relations internationales) et militant.
Abonné·e de Mediapart

263 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2022

Apocalypses écologiques(Ière partie)Drames et menaces nucléaires(chap.6)

Apocalypses écologiques(Ière partie)Drames et menaces nucléaires(chap.6)

lavieille
Enseignant-chercheur (surtout en droit international de l'environnement ,du désarmement, en relations internationales) et militant.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ière partie.Apocalypses écologiques :quelles manifestations fulgurantes?

Chapitre 6-Drames et menaces nucléaires.

Avant-propos sous forme de témoignage.

Par rapport au nucléaire civil j'ai le souvenir  de notre  manifestation contre le surgénérateur de Creys Malville avec  la mort d'un manifestant  en juillet 1977, le souvenir aussi du  revirement , commencé depuis quelques années, sur la force de frappe que le PS  a  finalement conservée, ce revirement m’apparaissait inacceptable et dans une « lettre ouverte » de septembre 1977(envoyée à la « Gueule ouverte » et à « Combat non-violent » qui l’avaient publiée), j'ai démissionné de toutes mes fonctions au PS puis du PS lui-même, enfin avec des amis nous avons créé le "Collectif Paix Liberté" à Limoges, je mesure d’ailleurs l’échec terrible  de plusieurs générations face au drame de la course aux armements.

 Par rapport au  nucléaire militaire j'ai un souvenir  poignant. Lorsque j’avais douze ans , quelque temps après une opération qui m’avait sauvé la vie, j’ai découvert dans un calendrier une petite photo, celle du visage  d’un enfant survivant d’Hiroshima nous regardant en face avec une tristesse infinie , elle était  accompagnée de quelques lignes d’un poète japonais( voir ci-dessous)...

  Après les explications demandées à mes parents  ce visage m’a encore plus  bouleversé, j’ai gardé la photo et, lorsque dans un voyage  associatif ,   j'ai vu au Bangladesh dans la gare de Dacca le premier enfant mort de  faim, je me rappelle les avoir réunis tous deux par la pensée. Viscéralement révolté  ma vision du monde avait  désormais changé. Au retour de ce voyage en 1973  j’ai  gardé alors  cette photo sur moi , cela depuis quarante neuf ans, comme se voulant  symbolique des souffrances des enfants du monde. Un enfant sur deux dans le monde(!!! chiffre d'une des plus grandes hontes des adultes décideurs et citoyens)est  en situation de détresse et /ou de danger (misère, faim, guerre, maladie, catastrophe écologique, autres violences.)J’ai souvent pensé que le visage de cet enfant, mort très probablement  après cette photo, avait contribué à me faire entrer dans la compréhension de la folie nucléaire.

 Texte d’un poète, Mizukawa, sous la photo d’un enfant d’Hiroshima :

«  Une mère aveugle

Serrant contre elle son enfant mort

Des larmes ruisselant

De ses yeux détruits.

C’était dans mon  enfance ,

Ma mère me tenait par la main.

Vision de cauchemar

Inoubliable. »

Introduction

Un débat qui, en France, pour l’instant  n’arrive pas à voir le jour.

Les sondages  sur le nucléaire sont certes en partie fonction des accidents dans le monde  qui lorsqu’ils se produisent témoignent des inquiétudes et des changements d’opinion, ils  sont en partie fonction aussi plus récemment de l’intérêt mis en avant par certains pour appeler au secours le nucléaire contre le  réchauffement climatique provoqué surtout par les  énergies fossiles.

Mais l’opinion en France est surtout très liée à la puissance des arguments continuellement mis en avant par nombre de nucléocrates, de partis politiques et de médias qui qualifient la sortie du nucléaire comme porteuse de difficultés insurmontables et  portant atteinte à l’excellence française.

 D’une façon générale on peut dire que le débat en France  sur le nucléaire à ce jour n’existe pas.

« La concertation publique sur la prolongation des plus anciens réacteurs nucléaires français vient de se clore dans l’indifférence générale. Le débat est confisqué par la technicité des échanges, la bureaucratie des procédures et l’absence de volonté de faire de la place aux citoyen.ne.s. » écrit à juste titre  Jade Lindgaard  ( Mediapart, 1 avril 2019).

« On n’a jamais pu mettre en débat la place du nucléaire en France » déclarait Chantal Jouano , présidente de la Commission du débat public (Mediapart, « A l’air libre »,16 décembre 2021) alors que le Président de la République veut relancer la construction de réacteurs nucléaires (déclaration du 9 novembre 2021).

 Et tabou des tabous : les déchets nucléaires militaires sont absents du débat législatif et sociétal. ( Voir la remarquable étude «Déchets nucléaires militaires. La face cachée de la bombe atomique française »,Jean-Marie Collin, Patrice Bouveret , publiée par  ICAN France (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires) et l’Observatoire des armements, décembre 2021).

 Un véritable débat contradictoire sur le nucléaire au moins  pendant la campagne présidentielle serait  essentiel ,    verra-t-il le jour ?

Les quelques lignes qui suivent voudraient  souligner « l’Argument des arguments » antinucléaires. Il est malheureusement trop  peu évoqué en tant que tel.

Ne mérite- t-il pas d’être plus connu, discuté,  médité et partagé ? Ne mérite-il pas une analyse qui se voudrait globale, critique et créatrice ?

Quatre séries de réflexions seront   proposées :

 les logiques nucléocrates(I),

 les problèmes, les drames et les menaces liés au nucléaire(II),

 l’Argument des arguments  antinucléaires (III),

 Les résistances et les alternatives au nucléaire seront analysées dans la 4ème partie relative aux moyens de la protection de l'environnement.

 ----------------------------------------------------------------------------------

 I-Les logiques nucléocrates.

Avant de quitter la présidence des Etats-Unis, Eisenhower dans son discours d’adieu en janvier 1961 avait lancé cet avertissement : "(…) Dans les prises de décision de l'Etat, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu'elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. (…)"

 Si l'on s'en tient au seul  domaine nucléaire  aujourd'hui de quoi s’agit ?

 Des complexes scientifico-industriels du nucléaire civil, en  2021 dans 33 pays 442 réacteurs nucléaires exploités,  dont surtout aux Etats-Unis(93), en France(56),en Chine(52) et en Russie(38).(Source : AIEA , 2021.) La France, est le pays le plus nucléarisé du monde, le nucléaire est la première source de production et de consommation d’électricité et d’autre part 66% des Français vivent à moins de 75 km d’un réacteur nucléaire.

 Des complexes scientifico-militaro-industriels du nucléaire militaire, cela dans neuf pays. Selon le SIPRI de Stockholm en 2021 l’estimation du nombre total d’ogives nucléaires détenues par pays  était la suivante: Russie 6255, Etats-Unis 5550,Chine 350, France 290,Royaume-Uni 225,Pakistan165,Inde 156, Israël 90,Corée du Nord 45 ogives nucléaires. La Russie et les  Etats-Unis totalisent 80% de la puissance nucléaire militaire mondiale.

Nous proposons  tour à tour trois questions :

Face aux arguments anti nucléaires comment réagissent les complexes nucléocrates?(A)

Quelles sont les  logiques des systèmes nucléocrates ?(B)

La pensée nucléocrate ne met-elle pas de côté « le sens des ensembles » ?(C)

 A-Face aux arguments anti nucléaires comment réagissent les complexes nucléocrates?

Ces  systèmes  essaient  de  disqualifier les antinucléaires(1), finalement ces militants et ces auteurs sont considérés comme « passionnels et irrationnels »(2).

1-Les antinucléaires sont considérés comme disqualifiés et qualifiés comme tels.

Les nucléocrates essaient tour à tour

de poser un linceul de silence sur les arguments antinucléaires ,

de qualifier les détracteurs du nucléaire civil  d’incompétents, de naïfs ,

de dénoncer les écologistes  agissant  pour le compte des entreprises d’énergies fossiles en refusant que le nucléaire vienne au secours du climat,

de mettre en œuvre diverses formes de répressions variables selon les pays,

 d’accuser    les partisans du désarmement nucléaire unilatéral d’irréalistes et de suicidaires.

2-Les antinucléaires sont accusés d’être  irrationnels et passionnels.

 Les militants antinucléaires sont accusés  de réflexes «  irrationnels et passionnels. »

 Passionnels? Heureusement qu’il  reste un minimum de passion pour en appeler  à la lucidité. « Je me révolte donc nous sommes. » écrivait Camus.

Irrationnels? Il est au contraire rationnel de  refuser cette forme de « course à la mort » qui a sa spécificité que nous voulons souligner ici. Prévert disait « L’œil était dans la bombe et regardait tout le monde » , il avait raison.

B- Quelles sont les  logiques des systèmes nucléocrates ?

Existent au moins cinq logiques :

1-Les systèmes nucléocrates, dont les logiques sont plongées dans la course en avant, affirment  après les accidents et les incidents vouloir en tirer  une certaine  « pédagogie » :  

« Nous revoyons de  très près la sécurité de nos parcs nucléaires, nous exportons notre savoir-faire  nucléaire qui est un atout à partager avec d’autres  pays , nous insistons désormais  sur le fait que   l’énergie  nucléaire est une alternative aux émissions de gaz à effet de serre…»

Pourtant  une véritable pédagogie de la catastrophe consisterait à comprendre que le nucléaire  mérite  une condamnation et une remise en cause  radicales , c’est à dire une sortie rapide , qui bien sûr doit être accompagnée  d’alternatives énergétiques massives et planifiées  à  développer quand elles existent et à  créer quand elles n’existent pas, et accompagnée aussi  d’ économies massives et planifiées  des utilisations énergétiques.

 2-Les  systèmes nucléocrates ne veulent pas et/ou  n’arrivent pas à voir  leur folie. Kostas Axelos aurait peut-être dit qu’ils deviennent (et nous avec?)  «  les  fous d’un système devenu fou. » Le productivisme  suit la pente la plus forte, celle de  ses logiques autodestructrices.(Voir articles de ce blog : « Le productivisme »).

3-Les systèmes nucléocrates, en le sachant ou sans le savoir, sont  une des avant-gardes d’une société qui a tendance à ne plus se donner de limites. 

Jean Rostand, ardent pourfendeur du nucléaire, dans « Pensées d’un biologiste »  (Stock, 1978), écrivait avec force : « La science a fait de nous des dieux avant même que nous méritions d’être des hommes ». Il disait aussi « tous les espoirs sont permis à l’homme, même celui de disparaitre. »(Voir nos deux ouvrages « Construire la paix », éditions la Chronique sociale, 1988).

4-Les systèmes nucléocrates font impasse sur les générations futures, ils souffrent d'une forme d'absence ou d'insuffisance  d'horizon d'humanité.

Voulons-nous demain des petits-enfants sujets de leurs propres vies ou objets de la vie de quelques générations qui n’auront pas su prendre leurs responsabilités ?

5-Les systèmes nucléocrates sont enfin très liés à une croyance dans la techno science, souvent de type scientiste c'est à dire sans esprit critique.

  Au contraire une critique à l'intérieur de la techno science consiste à choisir des valeurs avant des techniques et de voir ensuite si ces techniques correspondent à ces valeurs. Un slogan des années 1970-80 "Société nucléaire, société policière" n'avait-il pas une part de vérité? Probablement  dans la mesure où sa dangerosité appelle une surveillance accrue par rapport en particulier à différents types de risques tels que, entre autres, des risques terroristes. Les énergies renouvelables ne  sont-elles pas au contraire  synonymes le plus souvent de sociétés pacifiques?

C- La pensée nucléocrate ne met-elle pas  de côté « le sens des ensembles » ?

1-Le sens des ensembles , qui devrait être une  vertu politique majeure des « décideurs » et des citoyen(ne)s, n’est-il pas inconnu des nucléocrates?

Le philosophe Emmanuel Mounier écrivait « La plus grande vertu politique est de ne pas perdre le sens des ensembles. »

Qu’est-ce que veut dire avoir « le sens des ensembles » dans le domaine nucléaire ?

C'est  faire intervenir bien sûr  l'économique,le financier,le commercial,le technologique  mais , surtout ,ne pas s'en tenir là.Il faut aussi les remettre en cause très certainement au moins de cinq façons:

Déterminer la place de la santé et de l'environnement. Sont-ils des éléments secondaires, importants ou vitaux?

Ne prendre aucun domaine  pour" Le" remède miracle, ainsi par exemple de nouvelles technologies. Elles   doivent être mesurées aussi sur des critères sanitaires et environnementaux.

Prendre en compte les générations futures, on est donc ici dans les domaines de nouveaux droits, ainsi le droit  à la non-discrimination environnementale.

Faire intervenir des disciplines telles que la  sociologie, ainsi quels sont les liens entre le système nucléaire et la liberté dans une société, entre le nucléaire et la décentralisation ou la centralisation... Quels sont les effets sociétaux de telle ou telle énergie renouvelable? La philosophie doit aussi intervenir en posant des questions telles que :qu'est-ce qu'une société qui ne se donne  plus de limites dans le temps?

 Mettre en avant le facteur paix dans ces choix. Ainsi comparer les effets pacifiques ou conflictuels de tel ou tel type d'énergie. Le nucléaire civil intimement lié au nucléaire militaire est-il  porteur de véritable paix?

2-On se trouve souvent devant une telle faiblesse de la  pensée nucléocrate qu’on peut dire certes « qui trop embrasse mal étreint » mais qui n’embrasse pas du tout n’étreint pas grand-chose.

Un seul exemple: voir les prix des énergies renouvelables gagner inexorablement sur le prix  de plus en plus élevé du nucléaire provoque une certaine panique et un espoir chez les nucléocrates qui contribuent à se rabattre sur le marché  des petits réacteurs « plus rentables » après avoir loué les gros réacteurs "plus rentables". La vérité saute aux yeux pourvu qu'on les ouvre: un des  derniers sursauts du nucléaire ne pèsera probablement pas lourd devant les avantages massifs des énergies renouvelables. Un proverbe africain affirme de façon abrupte  que "Le mensonge en route depuis des années la vérité peut l'atteindre en une matinée de marche."

3-On se trouve  souvent devant un tel discours-vérité de la pensée nucléocrate que cette certitude a quelque chose  d’une forme de servitude, d’une pensée somnolente , alors que l’incertitude, qui peut nous tenir  en éveil, elle  est un des éléments de la complexité.

 Le philosophe Alain écrivait « Penser c’est dire non. Remarquez le signe du oui qui est celui d’un homme qui s’endort. Au contraire le réveil secoue la tête et dit non. »

Un seul exemple celui des déchets nucléaires. On affirme que demain sera trouvée « La » solution. On ne peut accepter le doute, on suppose le problème résolu, on ne peut pas se tromper.

4-On se trouve  souvent, surtout chez des « décideurs » nucléocrates, devant un certain sentiment de domination dans la  possession  de l’arme nucléaire.

C’est un exemple de la persistance dans l’erreur au nom de la puissance.

 On oublie que les forces de frappe se renforçant et se multipliant il n’y aura un jour plus personne pour les recevoir et les envoyer.

Ce sera la paix oui, mais pas celle des vivants, celle des tombeaux.

Remarque terminale.

Albert Einstein, écrivait

« La puissance déchainée de l’atome a tout changé, sauf nos modes de pensée et nous glissons ainsi vers une catastrophe sans précédent. Une nouvelle façon de penser est essentielle si l’humanité doit survivre. »

 Réfléchir n’est-ce pas déranger ses pensées ? Prendre conscience de la folie du nucléaire n’est-ce pas remettre en cause un bloc de  certitudes ?

"Il faut commencer par le commencement. Et le commencement de tout c'est le courage" écrivait Vladimir Yankélévitch.

 Avoir le courage de donner le jour à de nouvelles façons de penser, lesquelles ?

« Agis de telle sorte que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre. » (Hans Jonas , Le principe responsabilité, une éthique pour la civilisation technologique, Cerf, 1979, p.30.)  

  II- Nucléaire : problèmes, drames et menaces du nucléaire.

Le nucléaire civil et militaire n’est pas un « problème » devant lequel on se trouve , c’est un ensemble de problèmes, de drames et de menaces dans lesquels ont été, sont et seront de nombreux êtres humains et d’ailleurs aussi  une partie du vivant.

Nous envisagerons tour à tour cinq séries de réalités :

 Les liens entre le  nucléaire militaire et le nucléaire civil.(A) 

Les dépenses pour l'électricité nucléaire : sans fin. (B)

Les accidents nucléaires et les contaminations radioactives.(C)

Les déchets nucléaires civils et militaires.(D)

Les victimes directes et les victimes indirectes du nucléaire.(E)

  A-Le nucléaire militaire et le nucléaire civil ont de multiples  liens .

1-Contrairement à ce que certains affirment, croient ou font croire,  il n’existe pas de cloison étanche entre le nucléaire civil et  militaire. Un des auteurs qui l’a pleinement montré était Bruno Barillot dans une étude décapante  « Le complexe nucléaire. Des liens entre l’atome civil et l’atome militaire ». (Observatoire des armements , Lyon, 2005).

La filiation entre les deux va d’ailleurs se développer dans le plan  d’investissement « France 2030 » puisque, par exemple,  le petit réacteur modulaire a pour concept un réacteur développé par TechnicAtome, société qui a construit les réacteurs nucléaires militaires pour la propulsion des sous-marins et du porte-avions français. Le chef des armées reconnait que, dans la recherche comme dans la production,  « la filière nucléaire vit de ses complémentarités et elle doit d’ailleurs être pensée dans ses complémentarités.»(discours du Président de la République sur l’avenir du nucléaire, visite che Framatome, Le Creusot,  8 décembre 2020.)

2-Un des contre-pouvoirs citoyens dans ce domaine, le « Réseau Sortir du nucléaire », met en avant cette réalité incontournable selon laquelle « derrière le nucléaire il y a la bombe. »

 3-On connait également les graves insuffisances du traité de non-prolifération nucléaire en particulier dans les contrôles. (Voir notre ouvrage « Le droit international du désarmement », éditions L’Harmattan,1998, préfacé par le Président de la Cour internationale de justice qui était en fonction au moment de l’avis du 8 juillet 1996 sur la licéité de la menace ou de l’emploi d’armes nucléaires.)

4-Un des liens entre le nucléaire civil et militaire est recouvert d'un linceul de silence,de discrétion  et de mensonges : des attaques de centrales nucléaires par des terroristes  et des attaques de centrales pendant un conflit armé. Ces deux réalités sont le produit des logiques de guerre, elles peuvent être aussi dans le second cas le produit d'erreurs de cibles. Les centrales  nucléaires dans des pays  tels que les Etats-Unis, la France, l'Ukraine et d'autres pays sont des cibles évidentes en cas de guerre. Ne pas le reconnaitre est un mensonge, ne pas remettre en cause le nucléaire est ici d'une irresponsabilité sans limites.

B-Les dépenses pour l'électricité nucléaire : un puits sans fin.

Comme certains disaient au Japon que le nucléaire militaire a des effets sans fin, ne peut-on pas dire que le prix de l’électricité nucléaire, qui est un puits sans fond, est aussi un puits sans fin ?

1-Elle est « bon marché »  affirment certains   alors que ces dépenses s’annoncent de plus en plus nombreuses et  insoutenables, c’est bien de gouffres financiers dont il s’agit d’amont  en  aval ,  à titre indicatif tour à tour : extractions, entretiens, constructions,  carénages,  démantèlements, entretiens, arrêts de centrales, retards dans les projets, prolongations, nouvelles constructions, gestions des déchets, incidents et accidents...

2-A titre indicatif, et variables selon les sources, voici quelques réalités et quelques estimations qui ne sont certainement pas au complet :

- Le prix de l’uranium  sur le marché mondial a augmenté de 60 % en un an (aujourd’hui 46 dollars la livre), il avait atteint 40 dollars en 2021 pour la première fois depuis 2014.Le coût de cet uranium peut repartir  encore à la hausse, quels effets sur le prix de l’électricité ?

-Le vieillissement  du parc nucléaire pose des problèmes techniques(érosion...) et financiers. Ainsi le fait de fermer des réacteurs , pour quelques mois ou une ou plusieurs années selon les cas,   (par exemple début janvier 2022 cinq sur 56), représentant de l'ordre de 12% de la capacité totale ,voilà qui aggrave encore la situation financière.

-Le "grand carénage"(programme industriel de rénovation et de modernisation du parc nucléaire existant) d'ici 2030 : selon l' estimation  de la Cour des Comptes il serait de  100 milliards d'euros. En outre passera-t-on  de prolongations de 40 à 50 ans pour arriver à des projets de prolongations de 60 ans et plus? Encore des compléments financiers...

-La dette d'EDF est lourde,42 milliards d'euros en 2021.On peut la comparer par exemple avec le chiffre d'affaires de 71,3 milliards en 2020.En 1998 elle était de 22 milliards ,elle a donc explosé à travers en particulier des investissements problématiques ou catastrophiques et un prix faussement bon marché de l'énergie nucléaire ne  tenant pas compte du coût  réel.

-Des pertes par rapport aux concurrents. Dans le but, comme promis, de ne pas laisser augmenter  les prix de l’énergie, le gouvernement français  ( l’Etat détient près de 84% du capital d’EDF) a demandé en janvier 2022 à EDF de vendre plus d’électricité à un prix plus bas à ses concurrents.EDF perdra donc quelques milliards d’euros.

 -Le coût du démantèlement (qui dure de 15 à 40 ans) de centrales : 80 milliards d’euros, c’est une estimation mais le coût réel est inconnu, il sera très certainement beaucoup plus élevé  en particulier, selon un rapport parlementaire de l'Assemblée Nationale de 2018, pour  la prise en compte "de la  remise en état du site, la déconstruction des structures souterraines, les frais d’évacuation du combustible usé, le coût de la gestion des déchets radioactifs et non radioactifs, le coût social du démantèlement (reclassement des salariés)"…

-Le stockage en profondeur de déchets à Bure : en 2020  EDF, qui doit payer la facture de ce stockage, évaluait le coût à 20 milliards d'euros. L’Andra (organisme public chargé des déchets nucléaires en France), estime le coût de l’opération Bure à 34 milliards d'euros. Sans compter qu’on n’est pas à l’abri d’opérations nécessaires pour éviter des catastrophes, comme dans les galeries de la mine de sel d’Asse en Allemagne, demandant par exemple plusieurs milliards d’euros.

-La nouvelle piscine d'entreposage  centralisé (capacité de 6500 tonnes) pour  des combustibles nucléaires usés à La Hague, prévue en 2034, serait de l'ordre de 1,25 milliard d'euros, sans compter des "solutions transitoires" à cause de la saturation de l'entreposage.


- La France a repris l’exportation  des déchets nucléaires vers la Sibérie. Découverte en 2009 cette pratique est illégale selon le code de l’environnement (article L542-2-2), un contrat entre Orano (ex-Areva) et une entreprise russe a été récemment  conclu, il considère l’uranium de retraitement comme recyclable donc qui "ne constitue pas  un déchet " .Greenpeace en novembre 2021 a bloqué un convoi à Pierrelatte. Mais quel est le coût total de ces opérations? Prendra-t-on aussi en compte les effets environnementaux et sanitaires éventuels  en Sibérie ?

-L'EPR de Flamanville (réacteur pressurisé européen)  avait au départ un coût estimé à 3 milliards d'euros, la Cour des Comptes constate  qu'il coûterait  19 milliards d'euros, sa mise en service a été  plusieurs fois  retardée au nom de la sécurité, l'Autorité de sûreté nucléaire(ASN) fait son travail titanesque ici comme ailleurs.

-Et les  petits réacteurs modulaires (PRM, en anglais Small modular reactors, SMR) ?On nous répétait « plus les réacteurs sont gros plus c'est rentable", maintenant on nous affirme "plus les réacteurs sont petits... plus c'est rentable", demain que nous dira-t-on?

-Pour la seule recherche relative aux réacteurs de petite taille en octobre 2021 l'exécutif français s'est engagé sur un programme d'investissement supplémentaire de 1 milliard d'euros d'ici 2030... qui sera certainement revu à la hausse(?)...

-En janvier 2022 le commissaire européen au marché intérieur a annoncé que les centrales nucléaires existantes « nécessiteront 50 milliards d'euros d'investissements d'ici à 2030. Et 500 milliards d'ici à 2050 pour celles de la nouvelle génération. » 

 -A cela il faut ajouter les effets sanitaires et environnementaux au Niger. L’extraction de l’uranium voit les premières  recherches en 1957, les premières exploitations en  1971, tout cela avec de nombreux et graves effets sanitaires (sur la vie et la santé des travailleurs et des populations) et environnementaux(sols, air, eaux) (Voir par exemple "Abandonnés dans la poussière", rapport de Greenpeace, mai 2010, sur "l'héritage radioactif d'Areva -aujourd'hui Orano- dans les villes du désert nigérien.")…

-Le coût d'un accident majeur : impossible à chiffrer? Selon certaines sources de l'ordre de 430 milliards (soit 20% du PIB français  ),pouvant aller jusqu'au "pire scénario" de l'ordre de 5800(?) milliards d'euros. Comment chiffrer un dommage s’étendant sur des générations? Comment prendre en compte  la fermeture d’un territoire, par exemple pour des particuliers ne pouvant revenir dans leurs logements ?

Autant de dépenses et d’autres encore  qui font que,  peu à peu,  des énergies renouvelables sont financièrement de plus en plus intéressantes et par comparaisons et en elles-mêmes.

C-Les accidents nucléaires et les contaminations radioactives.

 On peut dénoncer les mensonges lamentables  de certains qui  affirment  que Tchernobyl et Fukushima ont" fait zéro mort" ou "quelques victimes".

1-En ce qui concerne les effets des accidents de centrales nucléaires il s’agit de  drames à court moyen long et très long termes, ainsi de la population ukrainienne (accident nucléaire de Tchernobyl du 26 avril 1986),de la population  japonaise (accident nucléaire de Fukushima du 11 mars 2011), sans oublier les blessés,les évacuations de populations ,les contaminations de l' environnement , proche et beaucoup plus lointain, qui  ont été sont et seront encore liés à ces drames.

Pour le drame de Tchernobyl les rapports  vont de 30 victimes... à 985.000 victimes. L''OMS et l'AIEA en 2002 ont estimé qu'il y avait eu une cinquantaine de morts parmi les 700.000 "liquidateurs" et 4000 décès à terme par cancer.

Par contre en décembre 2009 l'Académie des Sciences de New-York, à partir de sources indépendantes du monde entier, a estimé que 985.000 décès sont attribuables aux retombées de  ce drame entre 1986 et 2004.

Même si le bilan reste difficile à établir, signaler l'existence de données très différentes reste une exigence intellectuelle minimale.

Pour la catastrophe de Fukushima, selon un bilan japonais du 3 mars 2011, celle-ci a entrainé la mort de 18.500 personnes par le séisme et le raz-de-marée,tandis que le compte post accidentel lié à la centrale nucléaire s'élève à 2317 morts dans la préfecture de Fukushima. Des inconnues demeurent encore sur les cancers à long terme.

2-  On doit avoir en mémoire le titre d’un petit livre sur les hibakushas, survivants des bombes atomiques : « Guerre nucléaire guerre sans fin » . ( Voir  nos deux ouvrages « Construire la paix », éditions la Chronique sociale,1988)). On peut dire que les luttes contre les effets d’un accident nucléaire majeur sont  et seront des formes de « guerre sans fin. »

 On peut  aussi affirmer que, parmi  d’autres exemples, si les accidents de centrales nucléaires se multiplient, les lieux évacués, pour des périodes  plus ou moins longues, se multiplieront aussi, ce sont là des logiques profondes.

3-On peut également affirmer que les pollutions radioactives  dans le milieu marin (accidents de centrales nucléaires près des côtes, sous-marins nucléaires accidentés, fuites de fûts par érosion et pression de l’eau …) ont des logiques destructrices et catastrophiques à  long terme   pour les humains et pour de nombreuses espèces, le milieu marin se trouve peu à peu pour une part  « tchernobylisé . »

A Fukushima à travers les nappes phréatiques l'eau contaminée part déjà dans l'océan  Pacifique .Les millions de mètres cubes d’eau contaminée, actuellement stockés dans des cuves,  partiront dans l’océan Pacifique grâce à un tunnel en construction.  Le rejet de ces eaux commencera en 2023.Avant le rejet  cette eau contaminée sera traitée.    La société Tepco assure pouvoir enlever le  césium et le strontium mais pas le tritium (période radioactive de deux ans) .  On envisage donc de diluer cette eau polluée à de l’eau de mer. En 2024 le volume d'eau de la centrale nucléaire serait réduit de moitié à son niveau de 2020.Ainsi l'humanité héritera  d' une pollution radioactive  de plus dans l'océan Pacifique malgré les protestations de divers Etats dont la Chine et celles d'ONG dont Greepeace.

Une dizaine d'Etats a rejeté  des  déchets radioactifs dans des barils ou en effluents liquides de 1945 à 1982(moratoire) et 1993(interdiction) donc pendant presque cinquante ans., essentiellement dans l'Atlantique du Nord-Est (Manche et Mer du Nord comprises) et en Arctique, sans oublier une petite partie dans le Pacifique Ouest et Est.

 Ludovic  Dupin ( Novethic, "Les monstres des abysses. Quand l'humanité noyait ses déchets nucléaires au fond des océans",17 août 2020) écrit :

"La France a participé à deux vagues d’immersion en 1967 et 1969 pour un total de 14 200 tonnes de déchets issus du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). À l’époque, pour rappel, le parc nucléaire français n’existait pas. Le pays a ensuite fait le choix d’utiliser des sites de stockage surveillés à terre. En plus du nucléaire civil, la France a aussi immergé dans le pacifique 3 200 tonnes de déchets issus de la recherche en matériaux nucléaires pour les essais militaires."

"Restent des données inconnues, notamment du côté de l’ex-URSS et des Etats-Unis. Ces deux pays ont pu procéder à des immersions en dehors de tout cadre de programmes internationaux. En particulier, l’agence française explique que ces deux nations ont mis à la mer "des cuves de réacteurs contenant, pour certaines, du combustible".

"Au début des années 80, il a été envisagé de récupérer des milliers de ces fûts. Des études radiologiques ont même été menées en ce sens par l’AEN , l’Ifremer et l’AIEA. Mais les niveaux de radioactivité restaient voisins des niveaux naturels. De nombreux fûts métalliques sont encore intacts mais souffrent de plus en plus de la corrosion."

 Trois  problèmes majeurs se posent aujourd'hui  par rapport aux fûts radioactifs immergés: leurs emplacements exacts, la corrosion qui les attaque , la pression de l'eau qui les menace.

Les sortir des océans, outre les difficultés techniques lorsqu'ils sont très profonds,fera rebondir la question: comment et où les stocker à terre avec moins  de risques?

4-Le monde en 2021 comptait 442 centrales nucléaires en service dans 33 pays,  en France 56 réacteurs nucléaires en activité sont répartis sur 19 sites. Le jour où interviendra un accident nucléaire majeur  dans une centrale en France le plan ORSEC de secours en cas d’accident nucléaire majeur sera  très probablement  dérisoire. Dramatiques seront le caractère soudain de la catastrophe, l’impréparation collective, les effets -à court moyen et très long termes- sanitaires et environnementaux…  Posons-nous une question plus que symbolique : combien de lits d’hôpitaux opérationnels  et de personnels spécialisés pour les victimes contaminées par la radioactivité ? Question tristement connue face à d’autres situations, ainsi celles de luttes contre les virus.

D-Les déchets nucléaires civils et militaires français.

1-Les déchets sont définis dans le code de l’environnement (articles L.542-1 à 542-14). Il  définit les déchets radioactifs comme « des substances radioactives pour lesquelles aucune utilisation ultérieure n’est prévue ou envisagée ou qui ont été requalifiés comme tels par l’autorité administrative en application de l’article L.542-13-2(…) »

Cette définition est critiquable en termes de protection sanitaire et environnementale parce que les opérateurs restent maitres de cette création de déchets, s’ils déclarent que telle ou telle matière peut être réutilisable elle échappe à la catégorie de déchets.

On distingue cinq catégories de déchets nucléaires selon leur durée de vie :

Haute activité (plus de 31 ans à plusieurs centaines de milliers d’années) (stockage prévu au Centre industriel de stockage géologique(Cigéo, à Bure)

Moyenne activité à vie longue (plus de 31 ans)( stockage aussi  à Bure)

Faible activité à vie longue (plus de 31 ans)(sur les sites des centrales en activité ou en cours de démantèlement ou au centre de retraitement d’Areva à La Hague, Manche)

Faible et moyenne activité à vie courte (entre 100 jours et 31 ans)(stockage à Soulaines-Dhuys dans l’Aube  et près de La Hague)

Très faible activité (31 ans à plusieurs centaines de milliers d’années) (Morvilliers dans l’Aube)

Pour ce qui est des déchets civils nous dirons simplement un mot de l’enfouissement et de la saturation(1)

Nous ferons ensuite  une synthèse rapide des déchets nucléaires militaires, réalité beaucoup  moins connue. (2)

1-Les déchets nucléaires civils.

On se trouve devant  de nombreuses  difficultés liées à l'enfouissement(a) et à la saturation(b).

a-L'enfouissement.

A l'échéance de la loi de 1991 la loi du 28 juin  2006 sur les déchets radioactifs avait établi un calendrier qui fixait en particulier le choix d'un site de stockage réversible  en couche géologique profonde. Avait été retenu le projet Cigéo comme une solution durable à long terme. Mis en œuvre par l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) le site devrait accueillir à terme 10.000 m3 de déchets Haute activité à vie longue et 70.000 m3 de déchets Moyenne activité à vie longue.

 Après 2125, date jusqu’à laquelle les déchets seront réversibles, le « mausolée nucléaire français » (Cigéo, Centre industriel de stockage géologique) de l’enfouissement en couche profonde sera scellé « pour l’éternité. », en tous les cas pour des milliers d’années.

A Bure, petit village à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne , ces déchets enfouis à environ 500 mètres dans des conteneurs, sur  15 km2,  représenteraient une petite part du volume total des déchets radioactifs, soit  0,2% pour les déchets de haute activité et 3% pour les déchets de moyenne activité à vie longue. Au total ils concentrent 99,9% de la radioactivité de l'ensemble des déchets radioactifs. En surface voilà 70 hectares  pour prévoir le refroidissement et le reconditionnement, sans oublier un puits de ventilation relié au site.

En 2016 c'est le décret d'autorisation de création du site de stockage, en 2017 c'est le début des travaux de construction. La mise en service du centre d'enfouissement pourrait être vers 2030-2035(?)

En 2004 a vu le jour "la maison de résistance à la poubelle nucléaire de Bure",elle est gérée par un collectif "Bure Zone Libre" et par le réseau "Sortir du nucléaire". De très  nombreuses résistances au projet se sont organisées. Depuis 2016 de nombreux procès ont eu lieu,en particulier l'un  en juin 2021  contre des militants antinucléaires. Relaxés de "l'accusation d'association de malfaiteurs" ils ont été condamnés en raison d'une "manifestation non déclarée".

On peut penser que les générations présentes et surtout  les générations futures  risqueront de se trouver  face à face « avec des glissements de terrain, des arrivées d’eau, des combustions, des explosions… », donc  ce que certains appelleront  des   formes  de   « crime contre les générations futures. »

Sur une tombe était magnifiquement écrit

« Ce que j’ai gardé je ne l’ai plus, ce que j’ai dépensé je l’ai eu, ce que j’ai donné je l’ai. »

Les générations futures, si elles sont victimes de la radioactivité, ( d’autres  atteintes peuvent ne pas les épargner) pourront faire écrire sur leurs tombes  en évoquant  des générations passées, entre autres celles  de 1945 à 2030 :

 « Ce qu’elles ont gardé (leurs centrales nucléaires)  elles ne les ont plus mais pour notre malheur nous les avons, ce qu’elles ont dépensé on ne l’a jamais eu  , ce qu’elles ont donné, laissé en dépôt sous formes de déchets, leurs irresponsabilités, elles les ont encore. »

Une des questions les plus cruciales  pour la civilisation technologique, c’est donc bien  de savoir comment agir sans compromettre « la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre. » 

 b-La saturation .

Greenpeace en particulier  avait tiré la sonnette d'alarme en janvier 2019.L'ONG avait averti de ce risque de saturation des bassins de l'usine de traitement de La Hague,  bassins construits de 1976 à 1985.

Le président de l'ASN (Autorité de sureté nucléaire),dont les propos ont été recueillis par Perrine Mouterde et Adrien Pécout,(Le Monde,19 janvier 2022) ,"alerte sur "la double fragilité inédite" du dispositif français à la fois pour les réacteurs(entre autres cinq réacteurs à l'arrêt pour un problème de corrosion sur un circuit de sûreté)  mais aussi pour les installations qui fabriquent, retraitent ou valorisent le combustible".

Ainsi une fragilité existe dans les installations du cycle combustible, pourquoi? Selon l'ASN d'abord  à cause du retard  de la nouvelle piscine à venir(2034 au lieu de 2030)  face à la saturation de l'entreposage sur le site de La Hague, ensuite à cause   des difficultés d'entreposage à venir (saturation en 2022) pour les "rebuts" de l'usine qui fabrique du MOX (type de combustible) ,enfin à cause du " développement d'une corrosion sur "les évaporateurs de l'usine de retraitement  de La Hague", corrosion plus rapide qu'envisagée  par Orano"( . Rappelons que l'entreprise Orano - anciennement Areva-est  spécialisée dans les métiers du combustible nucléaire, c'est une multinationale française créée en 2001.)

 N'oublions pas, d'autre part, que dans l'Aube à Morvilliers le Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage(Cires) atteint peu à peu le seuil de saturation. Il contient les déchets nucléaires les moins dangereux et fin 2020 il était  rempli à 63%, à cette allure il sera saturé en 2029. L'Andra envisage une augmentation de la capacité du site.

 2-Les déchets nucléaires militaires.

Cette réalité fait partie des domaines les plus difficilement transparents du nucléaire, ce qui pose bien sûr une question démocratique en particulier pour  les parlementaires et les citoyen.ne.s.

a-Insistons sur le fait qu’au niveau international la situation par rapport aux informations est à ce jour celle d’un linceul de silence dans un certain nombre des neuf Etats dotés d’armes nucléaires, ainsi de la Chine, du Pakistan, d’Israël, de la Corée du Nord. Il arrive qu’ici et là certains accidents ne peuvent  être cachés et surtout le courage de militants est présent autant que faire se peut pour arriver à  découvrir  quelques informations sur des effets sanitaires et environnementaux.

Dans le sillage des travaux de Bruno Barrillot et de Mary Davis(« Les déchets nucléaires militaires », Etudes du CRDP, Lyon,1994), Jean-Marie Collin et  Patrice Bouveret  ont publié un remarquable étude  intitulée « Déchets nucléaires militaires. La face cachée de la bombe atomique française.  » Elle est  éditée par l’ICAN France (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires ) et l’Observatoire des armements,  en décembre 2021.

 b-Les auteurs de l’étude ci-dessus écrivent :

« Par déchets nucléaires militaires nous entendons, l’ensemble des déchets engendrés dans les  installations nucléaires militaires pour la fabrication, la maintenance et le renouvellement  des ogives nucléaires et de leur vecteurs (si radioactivité il y a)ainsi que des systèmes de propulsion nucléaire de la Marine nationale et ceux issus du démantèlement des installations nucléaires. Auxquels doivent se rajouter à terme et en raison des engagements internationaux contractés par la France dans le cadre du Traité de non-prolifération les stocks de matières fissiles. Les autres déchets radioactifs liés aux systèmes d’armes (avions par exemple) ou tout autre produit lié à une utilisation militaire sont également considérés comme des déchets nucléaires militaires. Enfin les stocks de combustibles usés doivent eux aussi entrer dans cette catégorie. »  Ces derniers sont de 198 tonnes stockées à Pierrelatte dans 315 puits métalliques jusqu’en 2040.

 L’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) a évalué leur volume à 9% du total soit  148 630 m3 sur 1 670.000 m3. N’ont pas été recensés dans ce total par exemple  les déchets enfouis au Sahara entre 1960 et 1967, de même ceux immergés dans  l’Atlantique du Nord-Est  dans les années 1960.

Dans la mesure où les sous-marins et les porte-avions vont être renouvelés d’ici 2050 « Cherbourg sera alors la première ville atomique du monde  accueillant dans son port militaire déjà 7 réacteurs nucléaires en attente de démantèlement et d’ici 2050  11 nouveaux   réacteurs nucléaires ( qui seront stockés sur une durée minimale de cinquante ans avant que puisse commencer le processus de démantèlement complet. »(Etude citée ci-dessus).

c-Parmi les recommandations faites par les deux auteurs celle d’ un rapport d’information spécifique sur les déchets nucléaires militaires que réaliserait l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques. Il faut absolument des informations sur ces déchets nucléaires militaires, par exemple sur les lieux précis et les contenus précis  de leurs stockages ainsi que sur leurs effets sanitaires et environnementaux.

Autre recommandation « La France devrait aussi engager une réflexion pour considérer les stocks actuels de matières fissiles(25 tonnes d’uranium hautement enrichi et 6 tonnes de plutonium) ainsi que les 290 ogives nucléaires comme de futurs déchets des armes nucléaires », tout cela pour commencer à aller  vers la signature du Traité d’interdiction des armes nucléaires du 7 juillet 2017 entré en vigueur le 22 janvier 2021. Les neuf Etats qui ont des armes nucléaires devraient tous  s’orienter vers ces choix, on devine dans cette perspective de désarmement nucléaire que les stockages de déchets nucléaires deviendront encore plus massifs.

E-Les victimes directes et les "victimes indirectes" du nucléaire.

 1-Comment ne pas évoquer  les victimes directes du nucléaire par les accidents nucléaires(voir C ci-dessus) (en Ukraine, au Japon) et certains incidents multiples porteurs de fuites radioactives dans les rivières, les mers, les sols et l'air.

La transparence est souvent difficile ou parfois presque impossible à établir selon les pays et les incidents et accidents. Les travaux de journalistes, de scientifiques  et de militants d'ONG sont en ce domaine particulièrement remarquables.

2-Atteintes aussi par les contaminations ayant pour origine les 2400 essais nucléaires aériens puis souterrains des Etats nucléaires ,  (Sahara algérien et Polynésie pour les essais nucléaires français, Niger pour l'extraction de l'uranium par la France, autres lieux nombreux liés aux essais des Etats-Unis  (dans le Nevada et aussi dans l'océan Pacifique), de l’Union soviétique(dans le polygone de Semipalatinsk au Kazakhstan ),de la Grande-Bretagne( dans le désert du centre de l'Australie à Maralinga),de la Chine( dans la région de Xinjiang).

Jean Rostand , scientifique, philosophe, ardent défenseur du désarmement nucléaire, affirmait que ces essais constituaient une "atteinte au capital génétique de l'humanité", générations futures comprises.

3-Quant aux "victimes indirectes", particulièrement nombreuses, il est très rare qu'on les invoque. Ce sont  des personnes, des parties de populations,   des peuples restés sans réponses face à des besoins criants de santé, d'environnement, d'alimentation, d'éducation..

 Le CARN (Campagne pour l’abolition des armes nucléaires) dans un rapport rappelle qu’en 2019 les Etats-Unis  ont dépensé 35 milliards de dollars pour leurs armes nucléaires, de même  les autres Etats nucléaires ont dépensé d’énormes sommes,  la France par exemple avec 4,9 milliards de dollars « pour cette seule année  aurait pu financer 100.000 lits de soins intensifs, 10.000 ventilateurs, et les salaires de 20.000 infirmières et ceux de 10.000 médecins. »

Ainsi le nouveau porte-avions français à propulsion nucléaire, en activité en principe en 2038, coûterait de l’ordre de 6 milliards d’euros.

Ainsi la loi du 13 juillet 2018 relative à la programmation militaire de 2019 à 2025 prévoit 37 milliards d’euros pour assurer « les moyens nécessaires au maintien sur le long terme de la dissuasion nucléaire.»  La santé, l’environnement, l’éducation ne pourraient-ils pas  bénéficier d’une partie de ces sommes colossales ?

 Ainsi ,  de façon encore beaucoup plus gigantesque, les dépenses nucléaires militaires mondiales ( en 2020 plus de cinq milliards de dollars chaque jour)  auraient pu financer par exemple  l’effectivité du droit d’accès à l’eau et à l’assainissement  pour tous les habitants de la Terre dans un programme mondial, son absence étant source de malheurs incommensurables alors que les  moyens d’y remédier  sont connus. Le transfert des dépenses militaires, en particulier nucléaires, vers la  santé ,  l’alimentation et l’environnement est et serait un puissant moyen de sauver des vies.

4- Il est vrai que les décideurs des Etats dotés d’armes nucléaires sont, pour l’instant,   incapables  d’avoir le courage politique et moral de signer et de ratifier le Traité d’interdiction des armes nucléaires de 2017  Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies le 3 janvier 2022 se sont contentés d’affirmer  qu’il faut « prévenir la guerre nucléaire qui ne peut être gagnée » alors que l’on sait que l’élimination des armes nucléaires est le seul moyen de garantir qu’elles ne seront jamais utilisées.

 5-Rappelons que la « Commission internationale indépendante sur l’élimination des armes nucléaires » (novembre 1995 à Canberra en Australie, rapport d’août 1996) avait affirmé que « les armes nucléaires ont perdu leur justification ». « Elles augmentent l’insécurité générale et continuent de représenter un danger pour l'humanité.»

Michel Rocard, ancien premier ministre, qui  faisait partie de cette Commission,  s’était ainsi remis en cause dans son jugement sur la force de frappe, mais tout le monde n’a pas cette  capacité d’ouvrir les yeux et de déranger ses idées.

6-La conscience est  souvent  en retard  ont  écrit beaucoup d’auteurs,   l’histoire des êtres humains  nous le  redit sans cesse.

« ( …) Croire à la paix c’est foi, il faut vouloir ,  la foi est courage. Au contraire croire à la guerre c’est croyance, pensée agenouillée et bientôt couchée, c’est répéter ce qui a été dit et redit, c’est penser mécaniquement »  écrivait  le philosophe Alain. 

Mettre perpétuellement en avant et avoir à la bouche le terrible « soyons réalistes, restons réalistes » c’est aujourd’hui en fait, malgré soi et/ou avec soi, être  fermé sur des mécanismes de mort, c’est refuser les paris d’autres possibles, c’est étouffer l’audace, c’est pactiser avec l’indifférence, être paralysé par la peur de ne rien pouvoir faire et ne rien faire, c’est enfin et surtout se laisser glisser sur la pente la plus forte : celle d’un système porteur de souffrances et de drames.

Remarques terminales

Le lendemain du drame d’Hiroshima Albert Camus écrivait « La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie(…) Ce n’est plus une prière mais un ordre qui doit qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l’ordre de choisir entre l’enfer et la raison. »

 « Accepter l’arme atomique c’est se rendre complice, par nonchalance ou passivité, du plus abominable forfait que l’homme ait jamais prémédité contre l’homme » disait Jean Rostand . « La guerre commencera à avoir du plomb dans l’aile le jour où les candidats qui promettent d’augmenter les crédits militaires cesseront d’être élus » écrivait Bernard Clavel.

 En attendant : merci les Etats!Les peuples vous remercient ! Chaque jour  près de six milliards de dollars  partent dans les dépenses militaires mondiales alors qu’un enfant sur deux dans le monde est en situation de détresse et/ou de danger (misère, faim, guerre, maladie, catastrophe écologique, autres violences.) Et alors que  la matrice  de la plupart des violences c’est l’injustice.

(Voir sur ce blog de Mediapart et sur notre site « au trésor des souffles » nos articles sur « Les violences ».)

III-Nucléaire : les arguments  et l’Argument antinucléaires.

 L’Argument des arguments  anti nucléaires  est là, devant nous.  Lequel?

Il est  aveuglant. Il est très difficile à regarder parce qu’il remet en cause trop de logiques  installées, trop d’intérêts puissants, trop de peurs de déranger.

 Pourtant  « La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil » écrivait René Char.

Cette forme de vérité du nucléaire peut interroger en particulier des personnes qui y travaillent sous de multiples formes ,également des décideurs et des citoyen(ne) ouverts à d’autres possibles, et parfois on ne sait pas si l’on a marché sur un débris qui se perd sous nos pas ou sur une semence qui va pousser peu à peu, celle du refus de cette forme de société sans limites.

Les arguments ne manquent pas, on oublie l’un ou  l’autre , volontairement ou involontairement , ils sont au nombre de huit, plus l’Argument des arguments.(B)

Depuis quelques temps, particulièrement en France, face aux changements climatiques certains mettent en avant  un remède miracle : le nucléaire est appelé à l’aide par certains pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre.(A) 

A-Le nucléaire et le réchauffement climatique.

On veut éviter un malheur mais on se réfugie dans  un autre malheur. On passe de catastrophes écologiques  à d’autres catastrophes écologiques, de Charybde en Scylla, comme Ulysse dans l’Odyssée, pris entre un gouffre profond aspirant les navires et un récif escarpé sur lequel on se fracasse.

Les relations entre les deux domaines ne sont d'ailleurs  pas au beau fixe, par exemple la pénurie d'eau ne menace-t-elle pas le refroidissement  des centrales nucléaires?

1-Un discours fondé sur des contre-vérités.

 L’énergie nucléaire est une solution voire « La » solution  face aux changements climatiques proclament les nucléocrates qui accueillent dans leurs rangs de nouveaux convertis.

a-Cette source d’énergie est « propre » affirme-t-on  alors que les déchets nucléaires témoignent massivement et dramatiquement du contraire. Ajoutons à cela que  des pays du Sud, ayant acheté de petits réacteurs peuvent ne pas avoir demain   les moyens de gérer ces déchets. On retrouve là cette façon d'agir : on vend des armes, on ne s'occupe plus de leurs effets sur le vivant, on vend des centrales nucléaires, on ne s'occupe plus des conséquences sanitaires et environnementales.

 b-Cette source d'énergie  est « décarbonée » dit-on  alors que la construction d’une centrale produit du CO2 ainsi que le démantèlement(pendant plusieurs décennies pour une centrale).

A cela  on peut aussi ajouter  l’extraction, le traitement (uranium concentré), l'enrichissement(en uranium235),la fabrication du combustible(poudre noire comprimée, cuite au four sous forme de pastilles, mises dans des tubes de quatre mètres de long placés au cœur du réacteur), le transport, le retraitement  de l’uranium.

c- Elle est « respectueuse de l’environnement »affirme-t-on   alors que la consommation d’eau pour le refroidissement des réacteurs est massive (19 milliards de mètres cube d’eau chaque année en France), et que cette eau chaude(pollution thermique) radioactive  rejetée a un impact écologique majeur, en particulier dans des bassins versants et des nappes phréatiques, sans compter le drame des sécheresses qui rend l’eau inutilisable au dessus de 28°C et le débit très bas de rivières qui ne permet   plus le pompage.

En France les usages de l'eau sont de 20% pour les fins domestiques (alimentation, hygiène, santé),30% pour l'agriculture(au niveau mondial 70%),et 50 % pour l'industrie. Or dans ces usages industriels 80% servent à refroidir les centrales! On prélève ainsi le tiers de l'eau en France pour le nucléaire. Les  petits réacteurs auront  besoin de moins d'eau pour leur refroidissement mais est-ce vraiment l'idéal pour des pays du Sud qui l'achèteront et qui n'ont aucuns problèmes et drames de l'eau… comme chacun sait...

On  retrouve cette division par rapport à la taxonomie de l’UE permettant d’avoir des financements si l’énergie est classée "renouvelable". La France  et six pays de l’Est le réclament, par contre l’Allemagne ainsi que quatre autres pays y sont opposés soutenant, à juste titre,  que le nucléaire n’est pas une énergie verte, les déchets en témoignent pour les générations présentes et futures.

 Greenpeace critique à juste titre la position de la Commission :

"Selon un nouveau texte publié le 31 décembre 2021, la Commission européenne entend classer certaines activités gazières et nucléaires comme investissements “durables”.
"Contrairement aux informations relayées par les soutiens de l’industrie nucléaire, cette dernière n’a pas été classée comme énergie “verte”, mais bien comme énergie de transition  tout comme le gaz fossile ( ainsi que le demande l'Allemagne).

"Cette décision est une déconvenue pour la France, qui a activement soutenu la classification du nucléaire et du gaz fossile comme énergies vertes.

"Mais cela ne doit pas éclipser le fait que cette version de la taxonomie est un permis de greenwasher.(Le greenwashing (ou « éco- blanchiment », « verdissage » en français) est une méthode de marketing consistant à communiquer  au près du public en utilisant l'argument écologique de manière trompeuse pour améliorer son image.)

"Les entreprises polluantes seront ravies d’avoir le sceau d’approbation de l’UE pour attirer des investissements afin de continuer à détruire la planète en brûlant du gaz fossile et en produisant des déchets radioactifs. La Commission a fait preuve d’un mépris choquant pour la science du climat, la nature et les générations futures. Le Parlement européen et les gouvernements doivent s’opposer à cette proposition."

 d- Elle est « bon marché »  affirme-t-on  alors que  dépenses s’annoncent de plus en plus nombreuses et  insoutenables, c’est bien de gouffres financiers dont il s’agit d’amont  en  aval , tour à tour à titre indicatif : extractions, entretiens, constructions,  carénages,  démantèlements, entretiens, nouvelles constructions, gestion des déchets, incidents et accidents...

A titre indicatif et variables selon les sources voici quelques estimations: le "grand carénage"(programme industriel de rénovation et de modernisation du parc nucléaire existant) d'ici 2030:  100 milliards d'euros, le coût du démantèlement : 80, le coût d'un accident majeur: 430(soit 20% du PIB français ),pouvant aller jusqu'au "pire scénario" de l'ordre de 5800(?) milliards d'euros. L'EPR de Flamanville (réacteur pressurisé européen)  avait au départ un coût estimé à 3 milliards d'euros, la Cour des comptes constate  qu'il coûterait  19 milliards d'euros. Le démantèlement (15 à 40 ans selon, entre autres, les types de centrales) et les accidents nucléaires sont deux exemples criants des inconnues d'un chiffrage, comment chiffrer ces deux réalités qui s'étendent sur plusieurs générations?

Quant aux petits réacteurs modulaires(PRM,en anglais Small modular reactors,SMR), ils ont chacun une puissance de 50 à 500 mégawatts(alors qu'un réacteur actuel est de l'ordre de 900 à 1500 mégawatts),ils sont abrités dans une enceinte de 16 mètres de haut(un réacteur actuel c'est 60 mètres),les Etats-Unis , la Chine et la Russie, surtout, ont  investi dans ces technologies .En France l' objectif  d'un marché d'exportation  est affiché pour " permettre aux pays du Sud  clients de décarboner". On nous disait" plus les réacteurs sont gros plus c'est rentable", maintenant on nous affirme "plus les réacteurs sont petits... plus c'est rentable", en fait n'est-ce pas aussi cher ou même plus cher?  Le coût du kilowatt serait peut-être de l'ordre de 4000 euros, donc encore plus cher que pour l'EPR  et le marché très concurrentiel sera on ne peut plus incertain cela d'autant que les énergies renouvelables  ont vocation à avoir  des prix de plus en plus bas.

En janvier 2022 le commissaire européen au marché intérieur  d'annoncer que les centrales nucléaires existantes nécessiteront 50 milliards d'euros d'investissements d'ici à 2030. Et 500 milliards d'ici à 2050 pour celles de la nouvelle génération.

 A cela il faut ajouter les effets sanitaires et environnementaux par exemple  des essais nucléaires français, les indemnisations (encore  peu   nombreuses par rapport aux réalités dramatiques )   des victimes contaminées au Sahara algérien(1960 à 1966 : 4 essais aériens,13 essais souterrains), en Polynésie(1966 à 1974 : 46 essais aériens,1975 à 1996 :  147 essais souterrains dans les sous-sols et sous les lagons).

Quant au Niger l’extraction de l’uranium voit les premières  recherches en 1957, les premières exploitations en  1971,tout cela avec de nombreux et graves effets sanitaires(sur la vie et la santé des travailleurs et des populations) et environnementaux(sols, air, eaux) (Voir par exemple "Abandonnés dans la poussière", rapport de Greenpeace, mai 2010, sur "l'héritage radioactif d'Areva -aujourd'hui Orano- dans les villes du désert nigérien.")…

Autant de dépenses et d’autres encore  qui font que,  peu à peu,  des énergies renouvelables sont financièrement de plus en plus intéressantes et par comparaisons et en elles-mêmes.

e- Enfin, dernier argument, l’énergie nucléaire  assure, dit-on, « notre indépendance énergétique », alors que le groupe Orano  extrait le minerai d’uranium  principalement au Niger, au Canada et au Kazakhstan, régime particulièrement répressif pour sa population.

C'est une façon de voir les choses,on peut au contraire affirmer aussi que la France est dépendante à 100% des importations de l'uranium.

 Les difficultés pour trouver de nouveaux gisements seront grandes et surtout leur exploitation aura un coût très élevé, les rivalités économiques  ne sont pas loin et des conflits armés pour les gisements ne sont pas exclus (le pétrole en a été l’objet à travers combien de drames !) alors que la France pour ses réacteurs actuels a besoin de l'ordre de 9000 tonnes par an de minerai pour fabriquer son combustible. Par dessus tout le prix de l'uranium sur le marché mondial est en train de  monter ,pour la première fois depuis 2014 l'uranium a atteint 40 dollars la livre en septembre 2021 et 46 en janvier 2022.

2- Un discours contre-productif face au  réchauffement climatique.

a-L’énergie nucléaire aujourd’hui fournit 2% de la consommation de l’énergie dans le monde, et elle représente 10% de la production mondiale d’électricité ( la France avec 75% de l’électricité est une exception, c'est le pays le plus nucléarisé au monde). Donc le réchauffement climatique ne peut être ralenti par cette très faible proportion  du nucléaire.

b-Le recours au nucléaire, affirment des scientifiques et des ONG , peut aussi constituer un frein pour la transition bas carbone  en ralentissant les renouvelables  qui pourtant ont gagné aujourd’hui la compétition bas carbone. Preuve en est, par exemple, le solaire photovoltaïque qui aujourd'hui est à  1,1 centime d'euros le kWh au Portugal et à 0,9 centime d'euros le kWh en Arabie saoudite, autrement dit le quart des coûts de fonctionnement des réacteurs nucléaires .

c-Enfin le fait que les prototypes de mini  réacteurs nucléaires  en France arriveraient en 2030, ils seraient produits en série vers 2040,  on ne peut donc attendre d’agir pour la neutralité carbone qui doit voir le jour en 2050.

3-Des  avertissements scientifiques.

a-Des scientifiques , en particulier dans certains scénarios du GIEC (rapport 2013-2014), soulignent le « risque de prolifération d’armes nucléaires » en faisant appel à  cette énergie.

b-Ils insistent sur les  « problèmes non résolus porteurs de risques et d’obstacles que soulève le traitement des déchets. ».

 Le recours au nucléaire « ne peut être au mieux qu’une  réponse partielle et non dénuée de dommages collatéraux. »

Nous ferons ci-dessous un  tableau de synthèse  en énumérant tous les arguments impressionnants relatifs à cette source d’énergie.

 B-L’énumération de huit réalités  nucléaires ayant un Argument en commun.

1-Quelles sont les huit raisons de  refuser le nucléaire quand il n’est pas encore là et de sortir rapidement du nucléaire quand il est là ?

On oublie volontairement (ou faute d'information ) l'une ou l'autre,c'est dommage intellectuellement,moralement et politiquement.

1/- Les accidents nucléaires aux nombreuses causes prévisibles, probables, improbables et imprévisibles, internes et   externes .Parmi les causes qui étaient passées sous silence les bombardements de réacteurs nucléaires qui sont déjà une réalité. Ainsi l’attaque par l’Etat israélien contre le réacteur nucléaire irakien de Tamuz en 1987, ainsi les bombardements des Etats de la coalition contre l’Irak en 1991, ainsi l’incendie provoqué par des frappes russes sur la grande centrale nucléaire Ukrainienne de Zaporijjia en mars 2022.

A cela n'oublions pas, aussi en temps de paix , les risques d'attaques de centrales nucléaires de la part de groupes armés et d'attentats de la part de groupes terroristes.

2/-Les  plans, à ce jour dramatiquement dérisoires, pour faire face aux accidents nucléaires.

3/-Les démantèlements immensément longs et coûteux de centrales nucléaires et de l’ensemble de la filière nucléaire.

4/-La décontamination des sites et des régions gravement  dégradées ( sols, forêts, eaux, airs),

5/ -Les déchets nucléaires de plus en plus massifs, militaires et civils, passés, présents et à venir .

6/-La prolifération entre le nucléaire civil et militaire, porteuse d’insécurité globale.

7/-La difficulté du droit à l’information, la surveillance des sociétés  nucléarisées.

8/-Les gigantesques sommes passées, présentes et à venir (générations futures comprises) englouties et dans ce type d’énergie qui est loin des avantages des énergies renouvelables  et dans ce moyen de défense qui accroit l’insécurité.

Toutes ces réalités  ont  un point commun. Il saute aux yeux pourvu qu’on les ouvre :

 Il s’agit de mécanismes qui ont des effets sanitaires, environnementaux et, aussi, financiers, économiques, sociaux, stratégiques…qui tendent à être sans limites dans l’espace et dans le temps.

Ne peut-on pas affirmer ,  par exemple ,que l’enfouissement irréversible des déchets radioactifs constitue un « crime contre les générations futures? »

2-Le nucléaire n’a pas le monopole de ce « sans limites » mais il en a toutes les « qualités! »

Certes le nucléaire n’a pas le monopole de cette immensité, par exemple le réchauffement climatique se situe aussi dans des effets incommensurablement longs.

Mais le nucléaire a  au moins cinq aspects  qui vont dans ce sens :

a-Ce sont des effets particulièrement dramatiques sur le long et très long termes qui peuvent l’accompagner, les déchets nucléaires portent atteinte aux générations présentes et futures.

b-C’est  un domaine spécifique  alors que, par exemple, le réchauffement a de multiples causes et recouvre des quantités de domaines.

c-C’est un ensemble, civil et militaire, qui a déjà de nombreuses "alternatives" en marche. Les Etats sans armes nucléaires sont les plus nombreux, nombreux aussi les Etats sans centrales nucléaires, c’est une situation connue mais il faut la souligner,  et  les démantèlements de toutes les filières du nucléaire, autrement dit des chantiers de lutte contre  des pollutions nucléaires, seront porteurs de grandes difficultés et …de  nombreux  emplois, pour l’environnement et la santé.

 d-La radioactivité est invisible, inodore  et sa prolifération ne connait pas de limites dans l’espace et le temps. Une exposition  à une forte irradiation tue les cellules et provoque des brûlures radioactives, la maladie et souvent la mort.

d-C’est « l’éternité » qui est clairement engagée quant aux déchets hautement  radioactifs. La durée de vie des déches de haute activité peut aller jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’années.

Remarques terminales

 Je me rappelle avoir eu la chance de participer aux paroles de créations de chansons enregistrées en 1995 et 1996 ,  paroles de résistance à l’enfouissement de déchets nucléaires (« D’où vient l’eau du puits ? » DVD de Patricia Dallio ) où j’écrivais entre autres ceci :

" Le temps de la certitude a été synonyme de toute-puissance, il a sombré avec le Titanic.

Est venu le temps du doute, Tchernobyl est une sorte de dernier avertissement que les générations présentes se donnent à elles-mêmes.

Doit venir le temps de la précaution, il faut penser et agir à long terme pour éviter « l’irréparable ». Il faut consacrer ce principe  dans de multiples textes et s'en emparer face à des risques mal connus ou inconnus de dommages graves ou irréversibles.

Voulons-nous demain des petits-enfants sujets de leurs propres vies ou objets de la vie de quelques générations qui n’auront pas su prendre leurs responsabilités ?

Marché mondial cherche compétition, humanité cherche futur."

Oui , Camus avait raison : « Il n’y a d’humanisme que celui des hommes révoltés. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP