L'axolotl
Néant
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 févr. 2020

À guichets fermés ?

Face à la suppression des guichets dans les gares ferroviaires, des usagers de Toulouse et d’ailleurs se sont récemment mobilisés pour sensibiliser les voyageurs à cette évolution et pour exprimer leur soutien aux travailleurs de la SNCF.

L'axolotl
Néant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 31 janvier dernier, près de 80 personnes se sont rassemblées dans la gare Matabiau, accueillies par presque autant de CRS, qui avaient visiblement eu vent de l’événement. Malgré la fermeture de certains accès au nom de « la présence de manifestants », les militants ont pu entrer au compte-goutte et passer à l’acte. Une pantomime mécanique a ouvert le bal, suivie par des chants de lutte et des échanges clownesques tandis que d’autres déroulaient des banderoles (voir vidéo ici).

Derrière cette action festive, une réalité bien moins réjouissante : depuis 2018, près de 900 suppressions de postes en gare sont prévues à l’horizon 2020. Première étape avant la suppression des bornes automatiques, puis la fermeture de gares, voire de lignes entières. La direction de la SNCF invoque « de nouveaux comportements d’achat » privilégiant Internet. Rien de surprenant à cette tendance : la suppression des boutiques SNCF en ville et des guichets physiques en gare fait s’allonger les files d’attente aux guichets restants, et les tarifs préférentiels proposés en ligne rendent dissuasif le recours aux guichets physiques pour ceux qui en ont encore le choix. Il n’en reste pas moins que près de la moitié des voyageurs préfèrent tout simplement s’adresser à un être humain ou ne disposent pas de connexion Internet, de smartphone ou d’imprimante, parce qu’ils n’en ont pas les moyens ou parce qu’ils n’en veulent pas.

La déconnexion, subie ou choisie, sera ainsi sanctionnée. Sans compter qu’au nom de la « lutte contre la fraude », un usager qui se présente spontanément au contrôleur pour acheter son titre de transport à bord d’un TER devra payer une majoration de 10 à 60 euros en plus du prix de son billet. Les gares sans guichet ni automate bénéficieraient – pour l’instant – d’une exception. C’est trop aimable…

Tract distribué en gare (pdf, 41.9 kB)

Il apparaît urgent de maintenir et d’étendre ce qu’il reste de commun dans l’usage de ces lieux déjà saturés de machines à surveiller et à vendre. L’automatisation, promue pour remplacer l’interaction humaine permet déjà de lisser massivement les comportements. Une machine ne transige pas, ne négocie pas, n’a pas d’avis, d’humeur ou d’état d’âme concernant le rôle qu’on lui fait jouer, ni sur l’organisation qui l’a placée là où elle est. Elle ne sourit pas, ne fait pas de grimace, n’est jamais fatiguée ni en grève. Elle ne tombe pas malade et peut être réparée ou remplacée en cas de besoin. Chacune est identique à toute autre, elles se font face sans se voir, elles nous font face sans nous voir et nous sommes poussés à nous conformer à ce monde qui nous est imposé. C’est le monde froid de l’efficience et du profit qui gagne du terrain dans nos gares et ailleurs, partout où les humains sont dépossédés des moyens d’agir sur l’organisation de leur temps, sur leur travail, leurs déplacements, leurs soins, leurs désirs. Nous ne sommes pas des automates, il nous appartient de le prouver.

Liens utiles :

https://reporterre.net/Des-humains-plutot-que-des-machines-usagers-et-cheminots-contestent-la-numerisation-des : pour un reportage plus complet sur l'événement

https://larotative.info/fermeture-des-guichets-sncf-3353.html : communiqué de Sud Rail relayé par un le site collaboratif d’informations locales de la région de Tours

https://www.terrestres.org/2019/12/20/rapiecer-le-monde-les-editions-la-lenteur-contre-le-deferlement-numerique/ : pour une perspective plus approfondie sur les dangers de la numérisation de nos vies

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat