Inquiétudes dans les Réseaux de l'éducation prioritaire

« 12 élèves par classe en CP à la rentrée dans les REP+. » Devons-nous nous réjouir de cette annonce ?

A première vue, c’est, bien entendu, une avancée pour la plupart des enseignants qui travaillent en Education Prioritaire. Même si les effets attendus ne sont pas forcément assurés, permettre aux élèves de CP et CE1 de travailler dans de bonnes conditions d’apprentissage et aux enseignants, de le faire dans la sérénité, est plus qu’appréciable.

 

Mais… et ce « mais » est de taille, cette mesure ne vient malheureusement pas s’ajouter à celles déjà mises en place au nom de l’équité et de l’égalité des chances. D’après ce que l’on peut lire ici et là, c’est par le redéploiement des postes de « Plus de Maîtres que de Classes » qu’elle existera et d’après la volonté de M. le Président de la République, cela, dès la rentrée prochaine.

Cette mesure va donc effacer, balayer d’un revers de manche, le travail entrepris depuis maintenant 4 ans ! Travail qui, disons-le, a fait évoluer très positivement les pratiques au sein des équipes enseignantes, plaçant l’élève au cœur d’un dispositif bienveillant, centré sur ses besoins propres.

La présence d’un maître supplémentaire constitue un lien fort, dynamisant le travail d’équipe. Son regard sur le parcours de l’élève et sur les gestes pédagogiques des enseignants génère des interactions nouvelles. Se crée alors une dynamique collective. Les maîtres et maîtresses ne sont plus isolés(ées) entre les 4 murs de leur classe, enfermés(ées) dans leurs doutes. Naît une réelle motivation à s’atteler à la réflexion, au « parler pédagogie », avec des réunions d’école où l’on évoque des situations d’enseignement et d’apprentissage. 

Tout cela est capital en Education prioritaire tant les difficultés sont difficilement surmontables et supportables seul (on est plus intelligent à plusieurs et affirmons-le une fois encore, la présence d’un PdMQdC est un accélérateur du travail en équipe.)

D’autres questions se posent encore. Notamment celle-ci : quelle aide sera demain apportée en maternelle, en CE2, en CM1 et en CM2, alors que nous attendions une montée en puissance du dispositif « Plus de Maîtres Que de Classes » ? Quid de la nécessaire recherche d’équité pour tenter d’atteindre l’égalité des chances dans ces autres niveaux ?

 

Il ne s’agit pas, vous l’aurez compris, de refuser cette mesure, mais de réclamer que soit au moins conservé l’existant. Le dispositif « Plus de Maîtres Que de Classes » est un levier fort pour mieux répondre aux besoins, aux difficultés des élèves… et des équipes.

 

Lazza

REP+, Chenôve (21300)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.