Un autre réveillon : pareil à jamais

Pensée d un 31 décembre

Le 1 janvier 2016

Dans la nuit du 31, j ai dû traverser la France. J ai d abord croisé à un péage 4 jeunes qui faisaient de l auto-stop. Ils partaient vers Brioude au cœur du Massif Central... Descendant dans le sud je leur ai dit que je les amenais chez eux... Détour de deux cent km... Arrives à leur réveillon, j ai repris la route au cœur des montagnes... Du brouillard... Objectif le sud... Rodez puis Albi puis Toulouse puis les Pyrénées... Vers 2 heures j entrais sur mes terres et je finis par m endormir après plus de 12h de routes... Pendant quelques jours je remplace une auxiliaire de vie en congé maladie et qui officie auprès de mes parents... Transcendance des gestes et du don depuis ce matin... On prodigue du soin et de l amour au détour de ces gestes... Deux plumes de 88 ans et de 78 qui se laissent manier et qui sentent la tendresse d un fils... Une bonne année chuchotée à ces deux corps malades et une infinie énergie du don...
Pareil a une continuité
Pareil a des instants de transmission et de don
Pensée à toi au loin prise dans la vie et qui se reconnaîtra 
Pensée en Cavarro en lisant ce soir un Maupassant
J ai dit

 

Suite

 

Hier soir dans ce périple j ai beaucoup pensé... Il y a l amour qui pousse l ame... Il y avait ces kilomètres dans la voiture et les virages dans le brouillard... Il y a eu ces échanges avec Jean Pierre et Anne Sophie inquiet de voir un silence dans la nuit d un homme qui parle tant... Il y avait des messages envoyés à cette ame chère et puis cette pensée au fil de la route... Un minuit passé seul dans ce silence et cette communion avec les énergies de l instant... Impression d être une particule d un univers en mouvement et d etre présent par la pensée avec les petites et toi au loin...
Le pouvoir de cette pensée et de l esprit engage dans le devoir d aller soigner et aussi aimer... Aider et accompagner 
Pareil a jamais:.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.