Un porc qui n’a pas encore été dénoncé.

Je laisse à BHL tout l'art pour trouver des solutions contre la montée en puissance d'un esprit de vérité... mais voici l'histoire d'un porc qui n'a pas encore été dénoncé...

 

 C’est curieux la vie. Il se trouve que j’ai eu des échos d’un patron de boite. Pas un type qui s’est construit seul, un bon fils à son papa. Celui ci lui a permis d’avoir une carrière. Il est relativement connu. Il est passé à plusieurs reprises sur BFMTV et d’autres journaux pour déverser sa logorrhée pestilentielle… le patronat courageux, les chômeurs fainéants, la rengaine débile très en marche et en vogue… 

L’envers du décor est pestilentiel. Balance ton porc ne s’est pas emparé de ce taré. Imaginez quand une salariée vient donner une bonne nouvelle, il est fréquent que cet homme l’embrasse à pleine bouche ou lui saute dessus… Le lendemain, il gueulera en insultant à tout va. On craque beaucoup dans sa boite. Le DG et même la RH quand il voit une nouvelle recrue un peu jolie, essaie de prévenir, s’il est content « n’hésitez pas à le repousser », il est comme cela. "Et venez me voir"… soutien entre salops… climat de peur et d’hypersexualisation…

 

Il se voit grand et fort, il n’est que foutre et décadence de la pensée. Il sait donner le change, les médias l’invitent… mais sur l’écran maintenant je vois une ordure confite dans le fric, l’injustice et la perversion. Un branque encore avec du pouvoir… Je me dis de loin que je suis ravi de ne pas avoir croiser cette erreur de casting social… Il doit surement être planqué avec sa femme et ses gosses en Suisse, faisant le mort pendant qu’on égrène les porcs… mais il faut qu’il se dise que je ne l’ai pas oublié… un jour ou l’autre il tombera. J’aurai le plaisir de le voir face à son bourreau, c’est à dire lui même, pris dans une tempête du hasard et de la vérité.

Qu’il est bon qu’il est doux d’imaginer toute la haute société, qui s’est pressée de le coller, réaliser qu’elle sera salie… pour avoir été complice d’un porc… 

Enfin, dans le règne de Macron, on n’est pas à une anomalie prêt… l’argent pourri tout mais il suffit d’un vent de justice pour que ce salop tombe…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.