le bouineux
Theatreux et artificier â la retraite
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2020

Une nouvelle que Kafka aurait pu écrire .

Y-a-t-il des retraités non-resident dans la salle? Connaissent-ils comme moi les affres de la validation du fait qu'ils sont encore vivants?

le bouineux
Theatreux et artificier â la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand la retraite arrive, qu'on a été locataire toute sa vie, il peut s'avérer souhaitable de s'installer à la campagne,  ou l'immobilier est moins cher...  Il peut s'ajouter à cela l'envie de se rapprocher de sa famille...

Ça s'est passé comme ça pour nous, tout simplement : la famille de ma femme est ici, l'immobilier n'est pas cher, le terrain est grand... nous voilà au milieu des oliviers et des chats dans la Puglia.

Outre le fait que le fisc français a du mal à imaginer voir des gens modestes s'installer à l'étranger et leur demande systématiquement l'équivalent de deux mois de leur retraite avant de convenir,  après moultes démarches, que vous n'êtes pas évadé fiscal et que vous entrez bien dans le dispositif "Schumacker ", et, qu'effectivement, considérant la modestie de votre pension, vous n'êtes pas imposable,  il exite un autre exercice annuel qui consiste à prouver que vous êtes toujours vivant pour que vous puissiez toucher votre pension.

Rien que de très normal : des sans-dents tentés par des actes délictueux pourraient cacher la mort du père,  du grand-père  !

Il existe donc une plateforme où transmettre tous les ans une attestation de vie signée par un membre d'une organisation officielle ( police, mairie de résidence ).

On est toujours dans le normal... Petite alerte toutefois il y a deux ans : la demande d'attestation tombe dans une période où je suis justement en France.  Ma femme me transmet le document, j'imprime, je vais à la mairie qui se trouve être celle de mon lieu de naissance, j'expedie,  et découvre plus tard, sans qu'on me prévienne,  que le document est refusé car n'étant pas issu de ma ville de résidence !

Je m'étais un peu insurgé à l'époque en demandant qui avait décidé que le document pourrait être faux, puisqu'il doit être signé par un officier d'état civil comme quoi le gars qui est devant lui correspond à ses documents d'état civil, que sa signature à l'air d'être la même que sur ses papiers, que la photo lui ressemble et que aussi il a l'air vivant ! Bref, quelque part, madame la secrétaire de mairie de ma chère ville de naissance soupçonnée d'établir des faux !

Passons...

Cette année,  je suis chez moi. Pas de problème,  j'imprime,  je file en mairie, je scanne, j'envoie sur le site dédié... Bonne conscience des choses faites et bien faites. Arrive ce mois de septembre : pas de retraite... Alerte !... Ca s'arrange assez vite avec la complémentaire : " on n'a pas votre attestation mais si vous nous la renvoyer on en tiendra compte". La minute suivante c'était fait... Reste un doute : peut-on se fier à son ordinateur quand il dit " mail envoyé " ? Ça devrait pouvoir dire " mail reçu " à l'autre bout, non ? C'est pas sûr. 

Bon, restait l'autre gros morceau : la retraite de base... et là,  mon pote, faut penser à charger son téléphone avant... Coup de bol tout de même,  il reste quelques numéros fixes , gratuits du coup, et on peut parler vers la fin de la matinée à des gens qu'on essaie d'avoir depuis 9 heures après être capable de surpasser le robot initial.

Comme mon espace personnel me signale qu'on n'attend pas de document de ma part ( ils l'auraient donc reçu ?),et que le site ne propose donc pas de nouvel envoi j'exige une adresse mail valide pour pouvoir transmettre le document déjà transféré le 2/4... J'obtiens une adresse, vers le service paiement, ce que je trouve de bonne augure. J'envoie. Quelques jours passent, réponse : le document est devenu trop vieux, le refaire plus récent  et le re-envoyer.

Bon, au moins, ils ouvrent les mails ... (ça  compte, suivez bien)

Je re-imprime le truc, file à ma mairie ou on ne m'a jamais autant vu, donc vivant, oui, toujours.

Et j'envoie... ça devrait aller... j'ai pompe dans une option bancaire à taux usurier 

pour passer le cap, mais c'est en train de s'arranger, non ? Je dors mieux.

Pas longtemps : nouveau mail en réponse : " on attend votre attestation de vie, vous ne serez pas payé tant que   etc.."

Kafka... je suis dans Kafka. C'est sûr... c'est programmé pour que je meure de folie !

Juste avant de mourir, je passe une dernière matinée au téléphone pour me faire expliquer comment sur la même boîte mail un conseiller à pu déceler que mon attestation précédente était périmée et que lui ou un autre conseiller ou conseillère n'ait pas vu arriver un autre mail avec une bonne péremption ?

Ma dernière interlocutrice à été ce matin une femme très patiente, à la voix très douce, c'est à elle qu'on doit passer tous les énervés auxquels je ressemble maintenant.  Elle a reconnu, et pas à demi-mot, qu'il y avait des problèmes dans le ou les services...   Problèmes qui font que des retraités ne touchent pas leurs retraites...une paille, quoi !

Juste après avoir raccroché,  nouveau mail dans ma boîte :" avec le covid, de nombreux conseillers sont en tele-travail etc etc" ... Je ne l'avais pas encore reçu : Il doit dater de mars-avril, comme ma première attestation...

Comme je suis triste: à moi tout seul, j'ai fait perdre ces dernières semaines un temps fou à ces conseillers, et j'imagine que je ne suis pas le seul énervé...

On va vers quoi, si ça continue ? Il faudra avoir un piston à l'intérieur des services de retraite pour pouvoir la toucher ?

La prochaine étape est facile à deviner : plus de possibilité d'avoir un interlocuteur humain, et impossibilité par le numérique  d'agir sur un site pour un cas qui ne figure pas dans les rubriques .

Des mails pas lus, des pièces jointes pas ouvertes,  des réponses de robot à  contretemps...et vas crever !

Les profs ont réussi vaille que vaille à maintenir les liens avec leurs élèves pendant le covid, la caisse de retraite n'est pas foutue de continuer à verser à ceux qui ne sont pas encore morts !

C'est peu de dire qu'ils y a des baffes qui se perdent !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin