POUR UN MONDE OUVERT, des capsules sonores du Bruitagène en soutien à Erri De Luca

« J’accepte volontiers une condamnation pénale, mais pas une réduction de vocabulaire. » Erri De Luca, La Parole contraire, 2015

Les sons www.lebruitagene.info/portfolio/pour-un-monde-ouvert

Après ses propos dans une interview du Huffington Post en septembre 2013 contre le projet de construction ferroviaire de la ligne à grande vitesse (treno ad alta velocità, Tav) Lyon-Turin, Erri De Luca est accusé d’incitation au sabotage et mis en examen par la justice italienne. En réponse, il écrit La Parole contraire où il défend sa liberté de parole, notre liberté de parole. Erri De Luca refuse de voir son procès confiné dans une salle d’audience. Il veut un débat public. Son procès se conclura lundi 21 septembre à Turin. En solidarité, nous vous donnons ici à entendre des extraits de l’interview et de son livre.
Nous avons aussi choisi de citer quelques-uns des auteurs et compagnons de lutte évoqués par De Luca : Georges Orwell (Hommage à la Catalogne), Pier Paolo Pasolini (La Rage, Écrits corsaires), et Mario (le barbier de Bussoleno condamné pour coups et blessures suite à une manisfestation No Tav).
Partout, dans le val de Suse, sur les zad de Sivens, de Roybon, de Notre-Dame-des-Landes il s’agit de défendre notre droit à la désobéissance face aux grands projets inutiles. C’est pourquoi nous lisons ces mots aussi ici à Nantes.

Collectif Altrove Come Qui, avec le collectif Le Bruitagène

« Je revendique le droit d’utiliser le verbe ‘‘saboter’’ selon le bon vouloir de la langue italienne. Son emploi ne se réduit pas au sens de dégradation matérielle, comme le prétendent les procureurs de cette affaire. […] J’accepte volontiers une condamnation pénale, mais pas une réduction de vocabulaire. »

Erri De Luca, La Parole contraire, 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.