Le Courrier des Balkans
Site d'information sur l'Europe du Sud-Est
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2020

Colloque en ligne • Dayton25, la Bosnie-Herzégovine aujourd'hui

Le Courrier des Balkans organise un colloque en ligne les 2 et 3 décembre sur la Bosnie-Herzégovine aujourd'hui, 25 ans après la fin de la guerre. En partenariat avec la Fondation Heinrich Böll-Paris. Inscriptions ouvertes sur Zoom.

Le Courrier des Balkans
Site d'information sur l'Europe du Sud-Est
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mardi 2 décembre, de 14h à 17h30 : 

  • À quels défis la Bosnie-Herzégovine fait-elle face ? (corruption, justice économique et sociale, émigration, santé, etc.)
  • Mobilisations (luttes environnementales, droits des travailleurs, lutte anti-corruption, droits LGBT, etc.) 

Mercredi 3 décembre, de 9h30 à 13h : 

  • 25 ans après les accords de Dayton, quels projets politiques pour la Bosnie-Herzégovine ? (réforme constitutionnelle, alternative citoyenne, quelle place pour l’activisme ?)
  • La Bosnie-Herzégovine, les Balkans et le monde (politique étrangère bosnienne, radicalisation, la route des Balkans et les migrations)

Inscriptions obligatoires sur Zoom : 

Informations et contacts : Le Courrier des Balkans

Il y a 25 ans, les accords de paix de Dayton mettaient un terme aux combats qui déchiraient la Bosnie-Herzégovine depuis trois longues années. S'ils ont eu le mérite d'arrêter les affrontements, ces accords ont « figé » les sociétés locales dans un interminable après-guerre : les mêmes controverses politiques n’ont cessé depuis d’opposer les mêmes partis nationalistes, souvent dirigés par les mêmes personnes, les mêmes familles ou les mêmes clans. La question de la réforme des institutions bosniennes a progressivement disparu de l'agenda des capitales européennes, sans parler de l'intégration aux institutions de l'Union européenne (UE). La « stabilité » mortifère qui prévaut semble être devenue la seule perspective proposée aux citoyens de Bosnie-Herzégovine.

Serait-il donc impossible de réformer l’annexe constitutionnelle des accords de Dayton ? Existe-t-il des alternatives ? D’où pourraient-elles venir ? À l'heure où l'UE est elle-même fracturée par de profondes divisions, personne ne semble pressé de rouvrir ce délicat dossier. La Bosnie-Herzégovine a-t-elle alors un avenir ? Est-elle condamnée à rejouer à l'infini les divisions ethno-politiques qui menèrent le pays à la catastrophe ?

Rien ne ressemble plus aux difficultés d’un Bosniaque de Zenica que les problèmes d’un Serbe de Doboj. La transition économique a achevé de ruiner le pays et de détruire ses infrastructures productives, condamnant la population à un chômage structurel de masse, à des emplois sous-payés ou à l'exode à l'étranger. Les citoyens de Bosnie-Herzégovine, diplômés ou non, sont toujours plus nombreux à prendre la route de l'Occident depuis le début des années 2010. La classe politique s'accommode aisément de cette saignée démographique qui réduit artificiellement la pression sociale. 

Certains choisissent néanmoins de résister à la fatalité. Ce fut le cas lors du « Mouvement des plénums », qui avait soulevé la Fédération à l'hiver 2014, dépassant les barrières communautaires. Ou, cinq ans plus tard, avec le mouvement « Pravda za Davida » (Justice pour David), qui demandait à l'origine que toute la vérité soit faite sur le meurtre d'un jeune homme de Banja Luka avant de se transformer en une contestation de l'oligarchie politique à la tête de l’entité serbe, la Republika Srpska.

Le Courrier des Balkans, en partenariat avec la Fondation Heinrich Böll, souhaite ouvrir le débat et réfléchir à l'avenir de la Bosnie-Herzégovine. Les discussions, qui donneront en priorité la parole aux acteurs et actrices de terrain, ancrés dans les sociétés locales, vont s’articuler autour de quatre tables rondes en ligne, pour deux journées de rencontres. Cet événement sera le point d’orgue d’un programme spécial qui débute le 17 novembre, avec une série d’articles et interviews, publiés en trois langues (français, anglais, bosnien), pour raconter la Bosnie-Herzégovine de 2020. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan