Le régime syrien s'allie avec le PKK pour renforcer la répression sanglante

Alors que l'opposition syrienne exhorte la communauté internationale à agir contre les "massacres", le régime syrien s'allie avec le PYD (Parti pour l'Unité Démocratique), branche syrienne du PKK, reconnue comme organisation terroriste par l'UE, les Nations-Unies et les États-Unis. Selon l'opposition syrienne, Bachar al-Assad se sert du PYD pour opprimer l'opposition syrienne qui désire renverser le gouvernement qui sème la terreur dans le pays.

thumbnail.php?file=diktatore_pkk_dan_destek_7478_b_296618603.jpg&size=article_large

Alors que l'opposition syrienne exhorte la communauté internationale à agir contre les "massacres", le régime syrien s'allie avec le PYD (Parti pour l'Unité Démocratique), branche syrienne du PKK, reconnue comme organisation terroriste par l'UE, les Nations-Unies et les États-Unis. Selon l'opposition syrienne, Bachar al-Assad se sert du PYD pour opprimer l'opposition syrienne qui désire renverser le gouvernement qui sème la terreur dans le pays.

Alors qu'Ankara poursuit son soutien actif à la résistance syrienne, il est probable que très prochainement Bachar al-Assad instrumentalise l'organisation terroriste PYD contre la Turquie.

L’ex-ambassadeur syrien en Suède Mohammad Bassam Imadi a annoncé, dans Hurriyet Daily News, que le Parti pour l'unité démocratique (PYD), branche syrienne du PKK et le régime syrien agissaient ensemble contre l'opposition.

L'opposant syrien Imadi a dit que depuis 2010 le dirigeant du PYD, Salih Muslim Muhammed ne pouvait se rendre en Syrie car cela lui était formellement interdit. Il attire l'attention sur le fait que cette interdiction a été levée depuis les soulèvements populaires.

Imadi rappelle les paroles du dirigeant du PYD : “Si la Turquie intervient en Syrie, nous nous battrons contre cela ». Imadi a ajouté que le régime de Bachar al-Assad utilise les militants du PYD pour exercer une répression sanglante envers les civils.

L'opposant kurde Salad Eldin Bilal qui, il y a 15 ans, a fuit la Syrie pour aller s'installer en Allemagne a confirmé les faits. Bilal prétend que le régime syrien à en main plusieurs cartes et que Damas pourrait éventuellement les utiliser contre les pays voisins.

Tout en rappelant la situation critique dans laquelle se trouve le pays Bilal a dit : “Comme ils l'ont fait auparavant, il est fort probable qu'ils veuillent utiliser le peuple kurde contre la Turquie. Mais nous, en tant que Kurdes de Syrie, nous ne devons permettre à personne de nous instrumentaliser contre d'autres pays. Nous désirons l'unité du peuple syrien”.

Il faut noter que L'agence de presse ANF, proche du PKK, ne se préoccupe pas de relater les événements tragiques qui ont lieu actuellement en Syrie. 

Le Courrier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.