La Polynésie s'insurge contre la dictature sanitaire

La Polynésie s'insurge contre la dictature sanitaire qui la tue à petit feu, et lance au monde un appel solennel à la résistance, au bon sens et à l'intelligence. La France ferait bien de s'inspirer de cette démarche. Il est temps que cette atteinte intolérable aux libertés fondamentales cesse !

Ceci est notre appel à la résistance et à l’éveil des consciences.

Nous invitons M. Edouard Fritch

  • à tirer les conclusions de la longue suite d’errances et de défaillances de la politique sanitaire imposée par la France.
  • à tirer les conclusions de l’état d’affolement de confusion et de sidération dans lequel cette politique a plongé le peuple polynésien avec des données fausses et anxiogènes
  • et enfin, à tirer les conclusions de l’instrumentalisation de la peur à des fins de neutralisation de la contestation ainsi qu’à des fins de démantèlement de l’économie locale au profit des intérêts nationaux et des grands groupes mondiaux.

Nous appelons :

  • à oeuvrer pour la santé réelle des Polynésiens, et non pour le profit de l’industrie pharmaceutique.
  • à reprendre le pouvoir sur le domaine de la santé, qui relève de l’autorité territoriale
  • à rétablir les libertés fondamentales : la liberté d’expression et d’opinion, la liberté de vivre, d’être en lien, et de respirer
  • à supprimer l’usage des tests inutiles à la population générale et à les rétablir comme outils de diagnostic dans la main des seuls médecins
  • à décréter un moratoire sur toutes les thérapies géniques, appelées à tort “vaccinales”
  • à abroger la loi d’état d’urgence sanitaire sur le territoire, qui permet l’incarcération de personnes sans jugement
  • à adopter la résolution du conseil de l’Europe 2361 qui stipule que l’obligation vaccinale est illégale
  • à s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pression politique, sociale, ou autre pour se faire vacciner s’ils ne le souhaitent pas personnellement
  • par conséquent, à renoncer à la discrimnation des non vaccinés par le projet de passeport vaccinal qui constitue une pression et un chantage, une forme déguisée d’obligation vaccinale

Nous appelons les élus :

  • à rester fidèles à la démocratie et à la Constitution
  • à rester fidèles à leur mandat de représentation du peuple, et à refuser avec courage tous les textes de loi et dispositions portant atteinte aux intérêts , à la dignité et à l’intégrité physique, psychique, économique, culturelle, politique et sociale du peuple

Nous appelons les constitutionnalistes et professeurs de droit :

  • à dénoncer haut et fort les innombrables mesures anticonstitutionnelles qui nous sont imposées et les loi d’exception totalitaires

Nous appelons les avocats et les juristes ;

  • à multiplier les actions en justice ainsi qu’à offrir leurs services en pro bono ou avec l’aide juridictionnelle à des particuliers ou des collectifs ayant intérêt à agir pour intenter de telles actions

Nous appelons les forces de l’ordre :

  • à servir le peuple, et non pas un gouvernement autoritaire
  • à n’user d’aucune violence à l’encontre des protestations légitimes de la population

Nous appelons les fonctionnaires :

  • à refuser d’appliquer des mesures liberticides

Nous appelons les chercheurs et scientifiques :

  • à dénoncer les ravages de la corruption systémique produite singulièrement par l’industrie pharmaceutique
  • à participer à mettre en échec l’instrumentalisation frauduleuse de la recherche au profit d’intérêts privés

Nous appelons les soignants de psychiatrie, psycho-sociologues et sociologues :

  • à neutraliser par leur éclairage la bouffée délirante collective dans laquelle est plongée une grande partie de la population mondiale de manière très inquiétante depuis un an

Nous appelons les médecins :

  • à rejeter les diktats contraires au serment d’Hippocrate
  • à user de leur liberté de prescription
  • à traiter les malades de la meilleure façon, en particulier dans la phase précoce de la Covid-19

Nous appelons les experts de santé publique :

  • à exiger qu’une balance bénéfices/risques rigoureuse soit faite au sujet de toutes les mesures non strictement médicales potentiellement destructrices pour les personnes et la société

Nous appelons les pharmaciens :

  • à lever tout obstacle dans la remise des prescriptions hors AMM

Nous appelons les responsables des résidences pour personnes âgées :

  • à tenir compte impérativement de la volonté de leurs pensionnaires dans un processus décisionnel impliquant leur consentement éclairé ou celui de personnes de confiance à toute mesure les impliquant

Nous appelons tous les professionnels de la naissance, de la petite enfance :

  • à veiller au respect de la dignité et des intérêts des tout petits et de leurs parents

Nous appelons les enseignants et l’Education Nationale :

  • à protéger les enfants et les adolescents en refusant le port du masque
  • à leur donner des informations sur les conséquences graves de la bouffée délirante collective ainsi que leur enseigner les bases de ce qui génère et protège réellement la santé

Nous appelons les milieux économiques :

  • à s’opposer de toutes leurs forces et de toute leur influence à des décisions absurdes et inutiles qui précipitent vers la faillite et la ruine les forces vives de notre économie réelle au profit des multinationales et des grands groupes mondiaux

Nous appelons les journalistes :

  • à se désaliéner de leur tutelle économique
  • à rejeter la politique du buzz
  • à respecter la charte des journalistes aujourd’hui bafouée
  • à remplir pleinement leur rôle et leur mission envers la population en tant que quatrième pouvoir essentiel à la démocratie en délivrant une information honnête et en enquêtant sur les dérives en cours

Nous appelons les artistes :

  • à véhiculer et populariser, sous toutes les formes que ce soit, l’esprit de résistance civile et le réveil des consciences qui anime cet appel

Nous appelons les citoyens et citoyennes :

  • à défendre leurs droits sans supporter aucun chantage à l’exclusion sociale
  • à exercer leur devoir de désobéissance civile selon l’art. 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793, lequel énonce : “quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs”.

Car, si un gouvernement persiste dans une dérive autoritaire, irresponsable et mortifère, quelle autre alternative laisse-t-il à ses concitoyens sinon celle de résister en masse et si possible pacifiquement, jusqu’à ce que les gouvernements reprennent raison ou leur remettent leurs pouvoirs ?

A partager massivement pour contribuer à l'éveil des consciences. On nous vole nos vies, et cela doit cesser ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.