Macron n'est pas le bienvenu en Polynésie

Macron démarre sa petite tournée outre-mer dans la perspective de 2022. Mais il n'est pas le bienvenu en Polynésie, laquelle attend des excuses. Entre autre...

La Polynésie. Le nom fait rêver... Lagons paradisiaques, paysages somptueux, douceur de vivre, tropiques enchanteurs... Mais, de sinistre mémoire, la Polynésie, pour la France, a aussi et surtout été le terrain de jeux privilégié des essais nucléaires pendant des décennies. 

Et cela, la France voudrait le faire oublier...

Sauf que les victimes se comptent encore par milliers, et les Polynésiens, eux, n'oublient pas. 

Il n'oublient pas non plus qu'une récente réforme de décembre 2018 vient d'enfermer les recours des victimes des essais nucléaires dans des procédures très courtes et complexes, afin de décourager les demandes d'indemnisation, ajoutant de nouveaux critères de recevabilité.

Surtout, sous peu, le délai pour présenter une demande expirera. Et la France s'auto-affranchira des dégâts inestimables qu'elle a causé aux populations et aux écosystèmes. 

Entre 2010 et 2017, seuls 11 Polynésiens ont reçu des indemnisations du CIVEN, le Comité d'indemnisation des Victimes des Essais Nucléaires. Soit 5% des demandes déposées.

Aujourd’hui ils sont 138 à avoir reçu des indemnisations, alors qu'on estime le nombre de personnes qui ont été soumise aux radiations à plus de 100.000...! 

En effet, la quasi intégralité des essais (193 exactement) ont eu lieu au Moruroa, atoll des Tuamotus, situé à l'Est des Iles sous le Vent, avec la plus peuplée d'entre elles : Tahiti. Or, l'alizé, qui ici souffle d'est en ouest, n'a pas ramené vers la population que son souffle et chaud et bienfaiteur pour les navigateurs. 

Chargé de toutes les radiations, il a également transporté la mort et la désolation, et pléthores de maladie "radioinduites".

Mais la France - par la voie de son président qui décidément fait bien peu de cas de la santé de ses concitoyens, quoi qu'il en dise - a annoncé d'ores et déjà qu'elle ne s'excuserait pas. 

C'est vrai, après tout, ce ne sont pas 100.000 polynésiens sacrifiés sur l'autel des essais nucléaires, et qui en plus vivent aux antipodes, qui vont prétendre susciter la moindre compassion chez le Président "de tous les français", et encore moins lui dicter son attitude vis à vis de cette faute impardonnable et scandaleusement meurtrière.

Vous voulez avoir un aperçu de la colère de la population polynésienne ? Et bien, écoutez simplement ceci...

https://www.radio1.pf/maohi-lives-matter-denonce-loperation-de-communication-de-letat/

Une chose est sûre Monsieur le Président : il serait bon que vous fassiez preuve d'un peu d'humilité, de compassion et d'humanité.

Car, à défaut, vous pouvez en être certain : vous n'êtes pas le bienvenu en Polynésie ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.