La fessée

La fessée © Journal de Personne
La fessée © Journal de Personne
La fessée © Journal de Personne

 

La mère a déposé plainte contre le père...

Qui a donné la fessée à son fils après lui avoir ôté sa culotte!

Du fil à retordre pour notre sens de la justice :

On ne sait plus qui est à plaindre ?

Trop de victimes, ça vous fout en l'air la rime!

Lequel des trois mérite bien une fessée?

Le fils, puisqu'il l'a eu sans culotte.

La mère culottée qui ne l'a pas eu... quel dommage!

Et le père qui a bien raté son mariage.

 

Vous l'avez compris je l'espère

Pour cesser d'être n'importe qui

Chacun s'efforce de faire n'importe quoi...

C'est le dérèglement absolu avec ou sans culotte

 

Un sage m'a dit un jour :

Que la musique est bonne pour le mélancolique

Mauvaise pour l'affligé

Mais pour le sourd, elle n'est ni bonne, ni mauvaise

Autrement dit :

N'y voyez ni bien, ni mal... Mais que du bon et du mauvais.

 

Car la bonne fessée et la mauvaise réaction sont toujours relatives à un sujet.

Et quoi qu'on en dise : nul n'est à l'abri

De l'affection, de l'affliction... ou de la friction entre sujets qui n'ont pas le même centre d'intérêt, ni la même approche des objets.

Pour chacun sa leçon particulière...

Plus de morale nourricière... Nous nous affrontons de particulier à particuliers pour vendre la mèche universelle.

 

Moralité sans morale :

Dans le royaume des aveugles, mieux vaut faire la sourde oreille.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.