Lettre ouverte à M. le député Jean-Luc Reitzer

Jean-Luc Reitzer, député du Haut Rhin estime que les députés de notre pays ne sont pas assez bien payés. Se permettant même d'ajouter «Parmi les collègues, surtout des petits nouveaux, j’ai entendu qu’il y en a qui devaient manger des pâtes, parce qu’avant ils gagnaient 10.000 ou 15.000 euros et maintenant ils se retrouvent avec 5.300 euros.»

Bonjour Monsieur le député, je vous écris ce jour avec une certaine émotion. Vous êtes quand même député depuis 1988, ce n’est pas rien ! Servir la nation, pour avoir en échange, un salaire minable vous permettant à peine de manger des pâtes… 
Permettez-moi de vous tutoyer pour le reste de cette lettre.

Pour commencer, rappelons qu’en plus de ces 5 300 euros nets, une enveloppe mensuelle de 9 618 euros pour rémunérer tes collaborateurs t’es allouée.
En matière de déplacements, tu disposes d’un accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF en 1re classe et de la prise en charge de 80 déplacements aériens par an entre Paris et ta circonscription.
Je te rappelle également que chaque député bénéficie de la prise en charge de ses frais de communication (internet, téléphone, courriers...). 
Toujours plus gourmand ce petit Jean-Luc !!!
L’appétit vient en mangeant comme on dit ! Tu m’étonnes, depuis 1988, tu commences à être un boulimique.

Toi qui étais Maire de la petite commune d’Altkirch de 1983-2017, tu as choisi, avec la loi sur le cumul des mandats, de te consacrer à ta nouvelle fonction de député.
Si désormais en tant que député, tu dois manger exclusivement des Pâtes, que mangeais-tu quand tu étais Maire de cette petite ville de 6 000 habitants ? 
Tu étais à deux doigts d’aller manger à la cantine de l’école primaire et de prendre le goûter au centre aéré ?

Depuis l’Age de 26 ans, tu es rentré en politique en commençant par être adjoint au maire, ensuite membre du Conseil général, maire et pour finir député. Peut-être penses-tu que le paquet de pâtes est à 50 euros ou prends-tu juste les citoyens français pour des idiots ? 
En effet en France, le salaire moyen mensuel est de 2250 euros nets ce qui n’est même pas la moitié du tien sans oublier tous les avantages auxquels un député à le droit.

Bon après tu n’as pas vraiment de chance je suis quelqu’un de plutôt curieux donc j’ai voulu aller voir un peu tes statistiques à l'Assemblée nationale… Mais malheureusement, je vois que tu te traînes difficilement : 28 présence en commission ! Tu fais partie des 150 députés les moins actifs, 7 interventions en commission ! Là encore, tu es bien présent dans la liste des 150 députés les moins actifs.
Un seul amendement proposé ! Autant dire que tu mérites un bonnet d’âne.
Cependant concernant les rapports écrits et les propositions de loi signées, tu fais partis des 150 députés les plus actifs.

Ce que j’aime particulièrement chez toi mon Jean-Luc, c’est ton amour pour ta famille.
D’ailleurs, tu as embauché ta fille comme collaboratrice de 2008 à 2013 puis ton fils et enfin ta femme. Cette dernière te voyait surchargé de travail, elle a d’ailleurs déclaré dans le journal « l’Alsace » : « Je voyais bien qu’il était pris du matin au soir, avec des réunions tardives. Ça aurait été difficile si j’avais travaillé en plus. […] Je suis là pour assumer l’intendance ».                                                                        Malheureusement, la loi sur la moralisation politique t’a desservi et ton fils et ta femme ont du abandonner leurs postes.
Pauvre Jean-Luc, se démenant jour et nuit pour au final ne manger que des pâtes du fait de son faible salaire de 5 300 euros.

Mais tu as bien raison Jean-Luc vous n’êtes pas des truands, demande à Jérôme, Patrick, Thomas, Claude, Brice et j’en passe. Sans oublier les affaires de corruption, conflit d’intérêts, détournement de fonds. Voyons vous n’êtes pas des truands.

Osez demander une augmentation de l’indemnité des députés au début, je pensais à un montage, une blague, un sketch, mais non, c’était bien toi Jean-Luc qui en avait plein la casquette de tous ces contrôles. Sors un peu de chez-toi mon petit Jean-Luc, regarde les personnes grévistes, explique-leur que 5300 euros par mois, c’est bien trop peu. 
Pour compléter tes fins de mois, je te conseille humblement une carrière d’humoriste avec un sketch intitulé « la vie difficile des députés ». Ou pourquoi pas une émission de téléréalité intitulée « les députés en Thaïlande ».

Je vais finir en chanson

Oh Jean-Luc si tu savais 
Le fou rire que je me suis tapé 
Oh Jean-Luc si tu pouvais
Tes 5300 euros me les donner
Évanouie, mon espérance
Tu étais pour moi ma dernière chance.
Peu à peu, je me disais 
Jean-Luc fait nous rêver. 

Et rien ne sera jamais plus pareil.
Ton intervention fait des merveilles
Les députés sont fauchés
Mais les pauvres comment vont t’ils manger?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.