Le Maitron
Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2022

Le Maitron
Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social
Abonné·e de Mediapart

Hommage à Daniel Grason

Daniel Grason, historien, auteur prolifique du Maitron, est décédé ce 22 novembre dans sa 79ème année. Un hommage lui sera rendu lors des journées du Maitron les 6 et 7 décembre.

Le Maitron
Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ancien ouvrier métallo puis journaliste et enfin historien du Maitron, Daniel Grason était l'un des plus gros producteurs de biographies pour les années 1930-1940. Il avait écumé avec passion les Archives de la préfecture de police de Paris, noté, cliché, rédigé pendant vingt ans, sans se lasser, toujours soucieux de la justesse de ses informations. Il a signé 3588 biographies dans le Maitron dont 1485 pour le "Dictionnaire des fusillés et exécutés".

Daniel Grason est né le 2 décembre 1943 à Saint-Denis (actuelle Seine-Saint-Denis) et a été élevé à Saint-Ouen. Titulaire du CEP et du CAP de tourneur sur métaux, il a travaillé à la Saviem à Saint-Ouen, puis comme animateur dans un foyer de jeunes dans la même ville. De nouveau ouvrier dans une usine à Gennevilliers, tourneur sur un tour vertical chez Delachaux, il y vécut mai-juin 1968 dont il fit, en 2018, un récit remarquable dans l’ouvrage "Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu". Licencié en septembre 1968, permanent de la section communiste jusqu’en 1978. Il fut ensuite rédacteur en chef, journaliste-photographe pendant quinze ans du journal local "La Voix Populaire", puis "Agora", la  publication de l’Office parisien des habitations à loyer modéré (OPHLM) jusqu’en 2002.

Il portait depuis de nombreuses années un regard critique sur le communisme qu’il qualifiait volontiers de « stalinien » et cherchait dans l’histoire les raisons de ce qu’il voyait comme un dévoiement du mouvement ouvrier. Son panel de lecture s’était ouvert à toutes les oppositions et dissidences.

Daniel a réalisé un entretien avec Jean Maitron, à Courbevoie, pour son journal local au milieu des années 1980, et s'est pris de passion pour l’homme et pour cette œuvre hors norme qu’était déjà le Maitron.

Depuis sa cessation d’activité professionnelle, il consacra son temps avec intensité à des recherches en histoire sociale dans différents services d’archives locales : Gennevilliers, Saint-Denis, Saint-Ouen, Boulogne, Levallois-Perret, à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) à Nanterre, à la Bibliothèque nationale de France à Paris, aux Archives de la préfecture de police à Paris puis au Pré-Saint-Gervais, aux Archives nationales à Saint-Denis-Pierrefitte-sur-Seine.

Ses thèmes de recherche étaient les volontaires en Espagne républicaine, les fusillés et exécutés, les internés et déportés de la Seconde Guerre mondiale. Il suivait avec régularité et intérêt les réunions du Maitron et les séminaires sur « Les communismes » organisé par Bernard Pudal et Claude Pennetier, rue Malher, toujours en quête d’informations et de réflexions sur l’histoire et les évolutions du mouvement ouvrier, toujours en attente de plus savoir et de mieux comprendre. Il était toujours content de partager le repas au restaurant « Chez Momo » après le séminaire du samedi matin.

Bibliographie

"Chausson : une dignité ouvrière", Bernard Massera, Daniel Grason, préface de Michel Verret. Éd. Syllepse, 2004 ;
Éclats du Front populaire, Daniel Grason, René Mouriaux, Patrick Pochet, Éd. Syllepse, 2006 ;
cinq contributions dans La France des années 1968. Une encyclopédie de la contestation, Antoine Artous, Didier Epztajn, Patrick Silberstein, Éd. Syllepse, 2008 ; Notices pour Les fusillés (1940-1944).
Dictionnaire biographique des fusillés et exécutés par condamnation et comme otages ou guillotinés en France pendant l’Occupation, sous la direction de : Claude Pennetier, Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty et Delphine Leneveu, Éd. L’Atelier, 2015 ;
Contribution à l’ouvrage Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu, « On ne disait pas « je pars au travail », mais « je vais au chagrin », coordonné par Christelle Dormoy-Rajramanan, Boris Gobille et Erik Neveu, Éd. L’Atelier, 2018. "

Ce texte signé Claude Pennetier est à retrouver sur le Maitron en ligne : https://maitron.fr/spip.php?article252446

Le parcours de Daniel Grason sera évoqué lors des journées Maitron les 6 et 7 décembre au campus Condorcet à Aubervilliers dont le programme est ci-joint: https://maitron.fr/spip.php?article251747

Hommage lui a également été rendu sur les réseaux sociaux du Maitron.

https://twitter.com/MaitronD

https://www.facebook.com/DBMOMS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte