#Gonzopolitique n°2 : les politiques veulent-ils vaincre la mort ?

La mort est malheureusement très présente dans l'actualité estivale et nos gouvernant-e-s n'en ratent pas une pour nous "rassurer". Pour autant, ne prend-on pas le problème des politiques publiques de lutte contre la mort par le petit bout de la lorgnette en ne parlant que des morts assassinés par la secte Daech ? Et au fait, de quoi meurt-on en France ? On se foutrait pas un peu de notre gueule ?

 

Le tube de l’été, c’est bien sur le son de la kalash ou alors cet autre son à la mode, le bruit du 19 tonnes de c’est pas sorcier, qui n’était donc pas le fameux camion niçois dont on en a tant parlé. L'invitée surprise de la saison du soleil en France , c’est bien sur celle qui pue un peu mais qu’on connaitra tous un jour, la MORT, l'ankou en breton.

Alors, que peut-on dire au sujet de la grande faucheuse ? eh bien déjà, c’est un sujet qui concerne tout le monde. Surprise, quand on se penche sur les statistiques, on se rend compte que le débat politique ne se préoccupe pas vraiment de ce qui tue réellement les français et de ce qui permet de vraiment sauver l’équilibre financier des caisses de retraite, puisque les 3 premières causes de la mort en France sont suspense :

 

À la médaille de bronze, avec 33000 décès par an soit 6,17% des morts de 2011, les maladies du système nerveux : parkinson, alzheimer, tout ça.
À la deuxième place, avec un peu plus de 138000 décès par an, on retrouve les maladies du système circulatoire , responsables de 25,84% des décès (arrêts cardiaques, AVC , infarctus,maladies de gros...).
Et enfin en premier, l’indétronable cancer, responsable de presque 30% des morts soit 158 000 morts chaque année, avec les cancers des voies respiratoires responsables à eux seuls de 31 000 morts par an, le cancer du sein et du colon qui tuent chacun plus de 10000 personnes par an…

En 4ème position, on retrouve les maladies digestives, dont cette bonne vieille cyrrhose, cette maladie si française avec 22000 décès par an soit 4,19%. Signalons aussi 10 359 suicides cette même année…

Les baignoires, 30 fois plus meurtrières que les terroristes

 

Mais alors dans tout ça vous allez me dire, combien de morts des attaques terroristes depuis novembre 2015 ? Allez même depuis les attentats de Charlie si vous voulez. 12 charlie + 130 victimes du 13 novembre + 84 morts à Nice + 1 prêtre octogénaire + un couple de policiers égorgés dans leur pavillon, soit 229 morts dans les attentats en France. Soit 30 fois moins de morts que les chutes accidentelles qui ont souvent lieu pendant une séance de bricolage à la maison ou quand une vieille glisse dans sa baignoire (6000 morts par an). En 2011 , il y avait 380 homicides en France, une réalité difficilement supportable pour nos sociétés qui n'ont jamais été aussi peu violentes qu'ajourd'hui (même si les images de violences sont plus que jamais accessibles et diffusées).

 

Mais alors, c’est le côté spectaculaire de ces morts qui nous interpelle, puisque ces morts sont faites pour choquer, pour nous terroriser comme le nom des protagonistes qui les commettent l’indique, annuler nos cinémas en plein air à la Villette, faire qu’on ait plus le droit d’amener une bouteille d’eau dans un concert, faire en sorte que nous subissions des restrictions de libertés qui arrangent bien les politiciens sans imagination qui font commerce de la peur pour nous proposer des mesures toujours plus inapplicables et très inutiles. Il est sûrement plus vendeur électoralement de parier sur la peur mêlée à l’ignorance et de proposer de refouler tous les syriens à la frontière alors qu’on se fait buter par des fanatiques qui ont leur carte d’identité française  tandis qu’on est même pas foutus de surveiller un djihadiste avec un bracelet électronique dans une banlieue normande sinistrée, ni d’embarquer à la fourrière un 19 tonnes qui n’a pas le droit de stationner dans le cœur touristique de Nice depuis des décennies.

C’est sur que c’est beaucoup moins vendeur électoralement d’essayer de ne pas se vanter quand on arrive à empêcher un attentat grace aux moyens de police et de renseignement humains correctement utilisés, c’est moins vendeur électoralement de sanctionner le cimentier Lafarge qui paie des taxes à Daech (un fleuron de l’industrie française intouchable qui fournit le sable de Paris-Plage alors qu’on a nationalisé des entreprises qui avaient fait un peu trop de business avec l'ennemi pour moins que ça en temps de guerre), non c’est définitivement moins vendeur et plus compliqué de tarir les sources de financement de Daech ou de devoir expliquer qu’il se pourrait que les tonnes d’armes qu’on a envoyé à de prétendus rebelles démocrates syriens puissent servir à des groupes qui sont désormais pas franchement hostiles à l’Etat Islamique. Faisons plutôt travailler tous les noirs et les arabes de Frabce un peu musclés pour des sociétés de sécurité privée, histoire qu’ils fassent semblant de fouiller nos sacs à l’entrée des centres commerciaux plutôt que d’essayer de prendre des mesures un peu moins démagogiques contre la mort érigée en spectacle.

Voilà, c’était un coup de gueule, mais ne vous plaignez pas, cette chronique aurait pu être encore plus ennuyeuse puisque si on voulait vraiment que les gens vivent plus nombreux et plus longtemps, nos politiques, au lieu de parler sans cesse du terrorisme, investiraient dans la lutte contre le cancer, les maladies d’obèse, les escabeaux défaillants, alzheimer et la solitude qui tuent chaque année plus que quelques égomaniaques armés de kalash qui se sont éduqués à coup d’émissions de NRJ12, de vidéos pseudo-religieuses sur youtube, en mal de reconnaissance comme des candidats de télé-réalité. Voilà, le terrorisme, c’est l’inverse des frites Mc Cain : plus tu en parles, plus tu en chopes. Ils doivent bien se marrer chez Daech en regardant les vidéos de Laurent Wauquiez, de Sarkonar et des Le Pen qui proposent de transformer la France en un pays aussi libertaire que l’Arabie Saoudite au nom de notre sécurité. Voilà, bon mois d'août à tous, et faites attention à bien rester dans les fanzones sur les plages, car la mer tue aussi.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.