Le mâle pensant
(Anti)Social Scientist
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 févr. 2015

Pour la ville de Marseille, le 8 mars, c’est «journée des femmes au cabaret» !

Le 8 mars c’est, a priori, une occasion de rappeler que partout dans le monde, il y a des femmes qui luttent et souffrent pour leurs droits ou tout simplement pour un peu plus d’égalité. Si les mouvements féministes militent en général toute l’année, c’est loin d’être le cas de toutes les collectivités locales. La preuve à Marseille, où la mairie a décidé de marquer le coup en organisant… un dîner-cabaret spectacle avec une revue très sobrement intitulée «Plaisirs».

Le mâle pensant
(Anti)Social Scientist
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 8 mars c’est, a priori, une occasion de rappeler que partout dans le monde, il y a des femmes qui luttent et souffrent pour leurs droits ou tout simplement pour un peu plus d’égalité. Si les mouvements féministes militent en général toute l’année, c’est loin d’être le cas de toutes les collectivités locales. La preuve à Marseille, où la mairie a décidé de marquer le coup en organisant… un dîner-cabaret spectacle avec une revue très sobrement intitulée «Plaisirs».


(Article initialement publié sur 50/50 Magazine)

© Michel Piacenza

(vidéo de présentation de la revue du MP Show)

On est saisi-e-s par le caractère totalement féministe du spectacle, qui déshabille à la fois femmes et hommes ! Blague à part, comment une mairie peut-elle détourner à ce point l’esprit du 8 mars, en subventionnant « un spectacle de cabaret: plumes, boas, paillettes, et tout le tralala » ? (1)

C’est le «Service des droits de la personne, Division Femmes et Famille» de la ville qui organise cette manifestation. L’élue en charge de ce service s’appelle Nora Preziosi. La 22ème adjointe de Jean-Claude Gaudin en charge des Droits des femmes est également secrétaire nationale de l’UMP et visiblement sarkozyste. Elle est également élue au conseil régional de la région PACA et membre du Haut Conseil à l’intégration.

Une affaire «pas du tout burlesque»

C’est Geneviève Couraud (lire son portrait réalisé en 2012) qui nous a alerté-e-s au sujet de ce spectacle. L’ex-élue socialiste des quartiers nord de Marseille est aujourd’hui à la tête de l’Observatoire départemental des Droits des Femmes, rattaché au Conseil Général des Bouches-du-Rhône.

Lundi 23 février, elle reçoit dans sa boite mail le message d’une association marseillaise de défense des droits des femmes. Cette association transmet, sans état d’âme, l’invitation de la mairie pour ce spectacle qui doit se tenir le 5 mars au Théâtre de l’Odéon à  20h30. Elle décide alors de relayer l’invitation aux expert-e-s de son observatoire, à des responsables socialistes ainsi qu’aux parlementaires marseillais-e-s. Tout-e-s sont abasourdi-e-s.  Geneviève Couraud écrit également à Nora Preziosi et au maire de Marseille et se dit « scandalisée et même très en colère devant cette proposition qui n’honore personne, ni notre ville, ni nos concitoyen-n-es, ni les élu-e-s qui financent en notre nom ce spectacle. Je suis en colère pour toutes les femmes qui luttent, souffrent et remportent de beaux combats partout dans le monde. »

Mme Couraud a reçu depuis de nombreux messages de soutien. Des citoyen-ne-s relaient son message, avec son autorisation, dans les messageries et sur les réseaux sociaux. Son objectif est désormais de faire annuler le spectacle. « Je suis consciente que Marseille n’a souvent pas une bonne image dans les médias. C’est justement pour cela qu’il faut dénoncer ce spectacle, en montrant que cette manifestation, qui n’a rien de burlesque, n’est pas acceptable, surtout à Marseille. » Au-delà du choix « absolument affligeant » de la mairie, ce qui la met en colère, c’est « le toupet avec lequel la mairie gaspille de l’argent public », en subventionnant un spectacle qui n’a «rien d’éducatif» et qui «ne donne pas la parole aux femmes.»

Le secrétariat de Nora Preziosi que nous avons tenté de joindre à la mairie de Marseille, « en congés », n’a pour l’instant pas réagi. Comme le déplore Geneviève Couraud : « cette affaire montre le niveau de conscience féministe de cette équipe municipale », soulignant amèrement,  « cette année, il devrait y avoir des hommes pour assister au spectacle du 8 mars ».

Zegrillepain, 50-50 Magazine

1 Communiqué de presse de Sylvie Guillaume, eurodéputée socialiste de la circonscription sud-est englobant Marseille, 24 février 2015.


Annexe : Courrier de Geneviève Couraud à Nora Preziosi du 23 février 2015

« Madame la Conseillère Municipale,

Je suis ce matin informée du programme de la manifestation que vous organisez pour marquer, au nom de notre ville, Marseille, le 8 mars, Journée Internationale des Droits des Femmes.

Il s’agit du spectacle de cabaret M P Show, « Plaisir’s » qui aura lieu le 5 mars au théâtre de l’Odéon.

La Journée du 8 mars vise à rappeler que partout dans le monde, il y a des femmes qui luttent et souffrent pour leurs droits ou tout simplement pour un peu plus d’égalité. Parfois, certaines remportent des victoires. Toutes pensent à la société que nous allons laisser à nos enfants, filles et garçons.

Le 8 mars (un seul jour dans l’année!) nous sommes toutes et tous solidaires de toutes ces femmes. Nous sommes fières d’être femmes.

Vous choisissez de marquer cet événement par un spectacle qui n’a rien à voir avec ces combats, et qui ne présente certainement pas une vision très positive des femmes.

Je dois vous dire que je suis scandalisée et même très en colère devant cette proposition qui n’honore personne, ni notre ville, ni nos concitoyennes, ni les élu-e-s qui financent en notre nom ce spectacle.

Je suis en colère pour toutes les femmes qui luttent, souffrent et remportent de beaux combats partout dans le monde.

En colère pour les petites filles du Nigeria que l’on utilise comme bombes humaines, en colère pour Nalin Afrin, générale de l’armée kurde victorieuse contre Daesh à Kobané, en colère pour Ösgecan Aslan, violée, assassinée et brûlée en Turquie.

En colère pour les femmes policières et gendarmes françaises qui ont laissé leur vie dans les attentats récents et les agressions dans notre région PACA.

Vous êtes l’élue d’un secteur de Marseille qui a basculé au F.N. lors des dernières municipales, secteur que je connais bien pour y avoir moi-même dans le passé été l’élue à la culture, y avoir habité 25 ans, et y avoir enseigné 32 ans.

Dans ce secteur, sans doute plus que dans d’autres secteurs de notre Ville, les femmes souffrent et se battent, elles résistent contre la pauvreté, la violence et l’oubli. Ce qu’elles veulent, c’est du travail et qu’on les aide à montrer leur courage et leur dignité.

Ce contexte politique vous donne, Madame la Conseillère Municipale, des responsabilités éthiques et d’exemplarité encore plus grandes.

J’espère que vous saurez prendre la sage décision d’annuler ce spectacle machiste, poussif et dépassé qui donne une vision des femmes qui n’honore personne.

Recevez, Madame la Conseillère Municipale, l’assurance de ma sincère considération.

Geneviève COURAUD

Présidente de l’Observatoire des Droits des Femmes-13

Présidente d’Élu/es contre les violences faites aux femmes,

Chevalier de la Légion d’Honneur »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par Fred Sochard