Le mâle pensant
(Anti)Social Scientist
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2015

François Hollande à Pôle Emploi

Le mâle pensant
(Anti)Social Scientist
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

François Hollande à Pôle Emploi

bande son de l'article :
© GGeTee

(Une agence pôle Emploi, dans une galaxie très proche, dans un univers parallèle et pas hallal non plus)

     
- Bonjour, vous avez rendez-vous ?

- (souriant de bonhomie) Euh ouiiii bonjour j'avais rendez-vous à 9h30 avec ma conseillère mais je suis un peu en retard uuuuu le moteur de mon scooter met un peu de temps à chauffer ces temps-ci., vous savez avec la météo ces jours-ci...

- (Le coupant) Votre nom ?

- HO-LLANDE, comme la colonie appartenant à nos voisins allemands, mais sans les tulipes et les coffee shops. François de prénom.

- Vous n'étiez pas joueur de foot ou humoriste avant ? Je suis sûre de vous avoir déjà vu à la télé. Enfin, du temps où il y en avait.

- à la différence de Bashung, le chanteur, je n'étais pas un simple résident de la République mais...

- Veuillez patientez sur les sièges jaune poussin, s'il vous plaît, on vous appellera quand ce sera votre tour.

- Euuuuh oui d'accord ! Très bien ! Merci ! Bonne journée à vous !

La fille de l'accueil détourne le regard sans un mot et s'adresse directement au suivant, un petit homme agité et visiblement sous amphétamines répétant frénétiquement des choses dénuées de fondement comme « J'ai sauvé le monde du chaos en 2008 ! » ou bien « Je suis un ami très proche d'Obama, vous ne pouvez pas me faire attendre comme ça ». C'est maintenant le premier de la file d'attente qui s'étend jusqu'à l'extérieur de l'agence. À vue de nez, une centaine de personnes. Les derniers de la queue, dehors, fument des cigarettes mal roulées à cause du froid pour tuer le temps. Ou pour se tuer, on ne sait plus.

A l'intérieur, François attend. Il attend encore tandis que sa voisine de salle d'attente, visiblement réchauffée, ouvre une deuxième cannette de Maximator. Il trouve que les sièges devraient être un peu plus rembourrés. Il se sent boudiné dans sa chemise. Aurait-il forci ces derniers temps ? En y repensant, Ségolène le lui a fait remarquer avant-hier et Julie lui a dit la même chose cette nuit. Sa maigre Allocation de Retour Non Autonome à la Qualification Unique d'Employabilité (A.R.N.A.Q.U.E.) l'a fait grossir. 4500 euros-francs, évaporés en Pépitos et en Caprice des Dieux censés calmer son angoisse de boulimique face aux périodes de vaches maigres. En même temps, l'impératrice-présidente Marion-Maréchal et le chambellan Estrosi n'ont pas fait grand chose ces derniers temps pour inverser la courbe du chômage. Bientôt 12 millions. À ce rythme, il y aurait bientôt autant de chômeurs que de retraités. À part la mise en place des stages non rémunérés de Retour Aménagé aux Croisades contre l'Islamisme Satanique Terroriste à l’Étranger (les fameux R.A.C.I.S.T.E) pour les volontaires du Parti et les condamnés aux délits mineurs, les jeunes n'avaient pas grand-chose à faire de leurs dix doigts, si ce n'est d'effriter de la résine de cannabis. Les seniors non plus d'ailleurs. Seules les caucasiennes en capacité de procréer pouvaient bénéficier du Chèque Obligatoire de Naissance Non-assistée de l'Enfant (vous voulez vraiment que j'écrive encore le sigle?). Les hommes français de souche n'avaient eux d'autre choix que de passer des concours pour devenir permanent du Parti s'ils voulaient échapper aux missions d'intérim incertaines et aliénantes ordinairement réservées aux métèques et mats. Il va sans dire que la concurrence séductionnelle était particulièrement exacerbée entre les potentiels pères caucasiens au chômage pour séduire les quelques rares femmes célibataires qui daignaient encore se rendre aux soirées du Parti ou aux concerts du Australian Michel Sardou Band.

Au bout d'un temps qui lui paraît infini car il commence à avoir un petit creux, une voix de crooner féminin l'interpelle, ouvrant la porte du bureau 22, au fond à gauche, derrière la fontaine d'eau vide.

«- Hollande, François ?

- Ouiiiiiiiiiii euh...

- C'est la dernière fois que tu entends ton nom ici. Chez Polo, moi je vous appelle tous polo. Salut mon gros Polo, moi c'est Nadine.

- C'est vous ma conseillère ?

- Non, je suis le dalaï-lama et j'adore les weekends à la Fistinière. Dis, donc , t'es lent à la détente mon gros polo ! Va falloir mettre les couilles sur le terrain pour retrouver un job, polo ! En plus, à ton âge et vu ton bide...bon t'as de la chance, t'es ni un crouille, ni un banania, ni un voleur de poules ! Alors polo tu faisais quoi avant de venir chez Polo ?

- Pas grand chose d'intéressant pour vous. J'ai travaillé dans le secteur public. Je faisais des pactes, des synthèses, des conciliations, des concertations, des observatoires et des hauts comités. J'ai dirigé des grosses équipes. J'ai travaillé à l'international mais ma collègue Angela m'a forcé à démissionner en me menaçant de porter plainte pour harcèlement.

- Oula mon gros polo ! Ça m'a tout l'air d'être de la grosse branlette ton truc ! Je sais pas, l'usine de sandwiches Triangle au bord de l'A10, ça te ferait kiffer ? Tu dois avoir l'habitude des sales odeurs vu comment tu suintes ! T'as ramené un CV ?

- Non, euh, désolé, mon ami Jean-Pierre n'avait plus d'encre dans son imprimante 2D...

- T'inquiète mon gros Polo, on va te retrouver du taf ! Attention, j'ai pas dit que ça correspondrait à ton poste d'avant, quel qu'il..quoi qu'il..soit quel n'importe..enfin bref ce sera sûrement un peu plus manuel ! Il doit te rester quelques trimestres à choper pour compléter tes 53 annuités de cotiz' et avoir droit au Minimum Ordinaire de Retraite Temporaire (Sigle). Laisse moi checker ça sur ma bécane le temps que je referme ma fenêtre de navigation privée ! Tu sais ce qu'on dit, un ptit porno au boulot, et le moral est au plus haut ! On va te trouver de quoi entretenir ton bidou mon gros !

 To be continued

___________________

 Post-scriptum dans ton rectum :

Si vous voulez que cette petite fable ne reste qu'une contre-utopie sortie tout droit du cerveau malade d'un écrivain qui se prend pour un appareil électroménager, rejoignez le parti de l'espoir européen. Mobilisons nous dans les partis, dans nos boîtes, dans la street, dans des associations, sur les internets. Mobilisons nous tous. On aurait qu'à tous faire une marche en disant « JesuisSyriza » et puis on ferait même des mots-dièses #Jesuisgrec et des pétitions adressées aux chef-fe-s d’États. Tout ça pour exhorter notre président supposément de gauche à poser sa paire de burnes sur la table des négociations européennes pour soutenir Alexis Tsipras et commencer à mettre fin au racket organisé des peuples par lémarchéfinancié. François, le parti du statu quo, il est temps pour toi de le quitter, viens au parti de l'espoir européen, on sera bien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE