Le Marmouset
Abonné·e de Mediapart

271 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2015

Le Marmouset
Abonné·e de Mediapart

TÉKITI TÉKOATOA

Le Marmouset
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

      L'appropriation de l'intime de chacun est l'image qu'il présente selon ce qu'il dit, ce qu'il écrit, ce qu'il fait, ses fréquentations, ses idées politiques ou religieuses, .. etc..etc. Et, si jamais il brandit un drapeau, alors...là, pas d'erreur, il est pour la Paix et s'en réjouit, il est gai...ou gay, puis que le rectangle de toile brandi est " arc en ciel ".

      Et c'est vrai quelque soit la langue, parlée ou écrite : " Who you are, what you are, you " - " Wer du bist, was du bist " - "Chi sei, che cosa sei " - " Horzaren, zei, zara zu, zuk " - Qui sis, quid sis " - et combien d'autres, indéchiffrables, ici, vu les caractères, au demeurant jolis, qui sont utilisés.

      Quant à dire que l'habit ne fait pas le moine. C'est ridicule. L'uniforme a toujours permis d'identifier, sans le connaître, celui qui le porte. Et ils sont nombreux. Aimé, apprécié, admiré, subi, redouté. Selon d'ailleurs ce que l'on ressent, soi même, à sa vue.

      Le facteur des Postes, le contrôleur des chemins de fer, les officiants, les officiers, les personnels de navigation, air, mer, terre, ...etc...etc. vous imaginez le nombre. Les citer tous prendrait une pleine page. Ce qui est sûr, sans pouvoir être vérifié, c'est que, s'il porte cet uniforme, c'est qu'il qu'il est ce que cet uniforme représente. Un flic et un flic. Un général est un général. Aucune erreur possible. Un homme habillé en soldat est un soldat. Une femme habillée en infirmière est une infirmière.

      Certaines tenues se portent dans des enceintes réservées, appropriées. L'Académie, les Tribunaux, les édifices religieux, les arênes, les terrains et salles de sport, les piscines, les spas, autant de lieux qui nécessitent une tenue adéquate.

      Ici, à Médiapart, il n'y a pas d'uniformes. C'est le nom du journaliste qui séduit. Toujours d'investigation, tenace, comme revêtu d'une aura indélébile, dont le passé, l'origine, les déboires, les réussites, le caractère, sont connus. Disons, sans décoration particulière propre aux unifomes.

      Venant d'un Monde en perdition, ils surent créer un média à part, où, souvent, les articles sont autant d'alertes dont les médias se font l'écho, dont le pouvoir s'émeut, dont la justice juge bon de se saisir, en tous cas, que le lecteur applaudit . ( à quelques exceptions près, bien entendu ).

      Et, justement, à tout cela s'ajoute le " participatif " qui me semble être, ici, à nul autre pareil. Parfois, sinon souvent, la participation des lecteurs paraît débridée. Allant du sujet, de l'auteur, du contributeur, de l'un à l'autre, de l'un vers l'autre, de l'un contre l'autre, et vice versa. Les échanges sont tels que des questions ont envie d'être posées ; " t'es qui, toi ?  t'es quoi toi ? ". Et les belligérants contributeurs - parfois nouvellement abonnés (il ne faut pas s'en plaindre) donc apprentis, ( les chevronnés ne manquent pas de le relever, à leur manière) doivent savoir revêtir "l'uniforme " médiapartien, et, autant que leur enthousiasme le permet, " savoir se taire et réfléchir, ne pas essayer d'avoir raison au détriment de sa sincérité " " savoir s'astreindre au respect des convictions de l'autre et reconnaître à chacun l'entière liberté de vivre la sienne ".

      J'ai toujours plaisir à lire ce qu'écrivent les autres. Surtout lorsqu'ils m'apprennent, ou me font découvrir, ce que je ne savais pas ou qui m'avais échappé. Il ne fait aucun doute, chemin faisant, que nombreux sont ceux qui, au travers des joutes, sallutaires, ont permis à Médiapart de s'épanouir et de " Résister à la Presse d'industrie ", ce billet d'avril 2008 d'Edwy Plénel, que j'ai plaisir à citer, et au sujet duquel, les contributeurs critiques, déjà, près d'une trentaine , sont toujours là, à l'heure actuelle, ainsi que beaucoup d'autres à faire autant honneur à la mémoire de Sirius , qu'à Socialisme ou Barbarie et ceux qui s'y exprimaient, malheureusement disparus.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT