Chronique d'un chien presque écrasé

Ah la chronique des chiens écrasés ! Il s'agit ici d'une histoire de chien non pas écrasé mais abattu d'un coup de fusil ! Oh stupeur ! Indignation !

Le yorkshire © GrolandVideos
Ah la chronique des chiens écrasés ! 

Il s'agit ici d'une histoire de chien non pas écrasé mais abattu d'un coup de fusil ! Oh stupeur ! Indignation !

(la source : > http://www.lavoixdunord.fr/region/emoi-en-flandre-a-eecke-le-voisin-tire-sur-leur-ia18b47645n2181086 )

L'article est issu du journal régional La Voix du Nord édition Hazebrouck du lundi 2 juin. Je ne vais pas revenir sur les faits - ils sont presque caricaturaux, Groland n'est pas loin ! - mais sur l'aspect journalistique et les commentaires des lecteurs.

Comment une histoire comme celle-ci peut apparaître dans un journal - hégémonique ? - régional ?

Eh bien, sur simple information par les victimes. Le (la ?) journaliste ne fait que raconter le point de vue des propriétaires du chien sans recul, sans analyse et sans attendre la fin de l'enquête.

À quoi peut servir un article comme celui-ci ?

 Comme la majorité des faits-divers, à jouer sur l'émotion, l'affect afin de faire réagir le lecteur (et ça marche : 800 commentaires sur Big Brother et plus de 1 600 partages). Mais aussi à vendre un journal qui comme la presse papier est en perte de vitesse. La faute à qui, à quoi ? Peut-être à cause de la ligne éditoriale du journal, peut-être par sa présence hégémonique et l'uniformité des autres journaux je le disais plus haut du groupe La voix du Nord qui appartient au groupe Rossel.

Organigramme du groupe Rossel / La Voix du Nord (Source : http://www.lavoix-groupe.com/Gouvernance-et-Valeurs/Actionnariat )

 Venons en aux réactions que cet évènement a suscité chez les lecteurs. Bien sûr, une avalanche d'indignations, de soutiens, ... . Mais aussi d'appel à "tuer ce connard", "lui faire la même chose, batard"... ou pour les plus modérés à l'envoyer en prison.

Rappelons que si le crime est non intentionné, la loi exige : 

Article R653-1

Le fait par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, d'occasionner la mort ou la blessure d'un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 3e classe. 

Soit une amende de 450 €. 

Si le crime est intentionné, l'amende est de 5ème classe c'est à dire de 1 500€ voire 3 000 € en cas de récidive. Point de prison donc !

Certains parlent de prison, est-ce vraiment l'endroit pour ce genre d'acte de voisinage dramatique ? Alors que les prisons débordent, que l'on envoie pour des infractions au code de la route (Cf. Medhi Nemmouche) des gens en prison quelques jours, semaines qui ressortent "endoctrinés". Il est temps de revoir le code pénal !

Finalement cet article si l'on s'en tient aux faits permet d'ouvrir un débat intéressant, encore faut-il l'ouvrir !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.