0.1 - Pendant ce temps, la mer monte (ou Jacques Sapir sur France-Culture)

Je viens d'écouter à l'instant Jacques Sapir à l'émissions la Grande Table (2ème partie) sur France Culture que l'on peut retrouver ici: http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-de-quoi-le-souverainisme-est-il-le-nom-2015-09-04

On est, dans cette émission, revenut bien sur sur la polémique créée par ses propos visant à créer une alliance entre les partis en faveur d'une sortie de l'euro, cette alliance pouvant aller jusqu'au FN sous certaines conditions.

Quelles conditions?

Sans en faire une liste exhaustive, Jacques Sapir cite principalement l'abandon par le FN du principe de la préférence nationale pour les emplois du secteur marchand.

Bien. Parfait. Sans présumer des autres conditions, s'il s'agit de dire que, si le FN abandonne toutes ses positions choquantes, alors on peut faire alliance avec lui, soit. Tout en précisant qu'il faudrait qu'il le fasse non seulement dans les discours mais dans les actes.

Mais cela revient quand même à demander au FN d'abandonner ce qui fait son identité propre. C'est comme si on demandait à un communiste d'abandonner l'idée de l'étatisation de l'économie ou à un écologiste de ne pas se préoccuper de l'environnement.

Eh bien, me rétorquera-t-on, cela ne se fera donc pas, à quoi bon s'en inquiéter?

Ce à quoi je répondrai à mon tour: Pourquoi évoquer une alliance tout en y mettant des conditions impossibles à réaliser? Quel est l'objectif?

Le fascisme selon J. Sapir

Le fascisme se caractérise, dit-il, par une volonté de prendre le pouvoir par l'action violente et par le culte du chef, ce qui n'est pas le cas du FN.

Historiquement faux, comme il lui fut rétorqué. Mussolini comme Hitler sont arrivés au pouvoir par les élections.

Certes, réplique-t-il, mais il existait déjà des groupes tels que les SA qui prenaient le contrôle de la rue avant leur accession du pouvoir.

Certes on ne peut pas comparer le FN dans son action aux SA, mais qui a croisé pendant des collages d'affiche les colleurs du FN, qui se souvient de morts autour de certaines manifestations ou pour reprendre l'actualité judiciaire récente, voit des militants FN aller bruler des voitures, comprend que si le FN ne recourt pas à la violence, c'est plutôt par manque de moyens que par principe.

Quand aux arguments de J. Sapir sur l'absence de culte du chef, ils sont suffisament risibles pour que je m'étende pas sur cet aspect.

Non, M. Sapir, le FN est bien un parti fasciste et il faut donc le traiter comme tel.

 

Mais surtout, n'oubliez pas, pendant que l'on polémique sur les propos de Sapir, la mer monte.

 

Pour mémoire

http://blogs.mediapart.fr/blog/le-pere-vert-pepere/300815/0-pendant-ce-temps-la-mer-monte-ou-cest-la-rentree

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.