Le Père Vert Pépère
Abonné·e de Mediapart

317 Billets

2 Éditions

Billet de blog 11 nov. 2012

Le Père Vert Pépère
Abonné·e de Mediapart

L'UPR est-il un parti d'extrême-droite?

Le Père Vert Pépère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la limite, je dirais peu importe, mais je répondrais quand même, ne vous inquietez pas.

Peu importe car ce parti a pour seul programme de sortir de l'Union Européenne et de l'Euro. Il revendique donc haut et fort que toute autre question est subalterne: politique économique, politique sociale, immigration, écologie, etc...C'est écrit en toute lettre dans sa charte.  On peut y lire notamment ceci:

"A quoi sert-il, par exemple, de débattre sans fin, voire de se déchirer, sur la fiscalité, la lutte contre les délocalisations, le financement des retraites, l’immigration, l’environnement, etc., puisque les grandes décisions stratégiques en la matière, qui ont été dérobées au peuple français, sont déjà prises par les dirigeants non élus de la BCE et les Commissaires européens, également non élus ?

L’UPR insiste d’ailleurs sur le fait que la prolifération des sujets subalternes est, avec la thématique de « l’Autre Europe », l’un des leurres essentiels mis en avant par les partisans de la construction européenne pour empêcher les Français de s’intéresser au seul sujet qui compte : qui a le pouvoir de décider de quoi ?" 1

Mais peut-on fonder une action politique sur la seule sortie de L'UE. Prenons la sortie de l'Euro. Il n'est pas besoin d'être un expert en économie pour comprendre que cela ne peut s'accompagner que la création d'une monnaie nationale, cette création ne pouvant que s'appuyer sur les grandes lignes d'une politique financière.

Donc soit Asselineau est un joyeux fantaisiste (ce que je ne crois pas vu son CV), soit il nous prend, nous les français, pour des neuneus.

Ce parti est donc déjà dangereux car il nous propose des mesures imposant la mise en place d'une politique économique et financière sans nous dire quelle elle sera. En gros, il nous demande un chèque en blanc.

Mais venons maintenant à la question de savoir si l'UPR est d'extrême-droite. Si on reprend la définition de l'extrême-droite sur Wikipédia2 (qui en vaut une autre), neuf critères sont définis pour reconnaitre un mouvement d'extrême droite:

À partir du cas de la France, Michel Winock (2004) donne les neuf caractéristiques suivantes aux mouvements d’extrême droite qui découlent du discours de la décadence, « vieille chanson que les Français entendent depuis la Révolution » :

  • « la haine du présent », considéré comme une période de décadence ;
  • « la nostalgie d’un âge d'or » ;
  • « l'éloge de l’immobilité », conséquence du refus du changement ;
  • « l'anti-individualisme », conséquence des libertés individuelles et du suffrage universel ;
  • « l'apologie des sociétés élitaires », l'absence d’élites étant considérée comme une décadence ;
  • « la nostalgie du sacré », qu'il soit religieux ou moral ;
  • « la peur du métissage génétique et l’effondrement démographique » ;
  • « la censure des mœurs », notamment la licence sexuelle et l'homosexualité ;
  • « l'anti-intellectualisme », les intellectuels n’ayant « aucun contact avec le monde réel »

Regardons maintenant si l'UPR répond à ces critères.

« la haine du présent », considéré comme une période de décadence

Incontestablement, avec son discours contre l'UE, sur notre soi-disante soumission aux USA, l'UPR "hait" notre présent.

« la nostalgie d’un

âge d'or

Dans la même veine, l'UPR a la nostalgie d'une période où la France aurait été plus indépendante qu'elle ne l'est aujourd'hui.

« la peur du

métissage

Il est intéressant de se pencher sur la vision de l'immigration de l'UPR, ce thème étant le fer de lance de l'extrême-droite française. Si effectivement, comme pour les autres thèmes, l'UPR nous dit que la politique de l'immigration ne peut se discuter qu'après la sortie de l'UE, il est intéressant de constater que l'UPR ne se contente pas de regretter des transferts de compétence vers l'UE de la politique de l'immigration. Il lui reproche aussi la nature de cette politique: la charte1 reproche d'avoir "transformé notre pays en une passoire où entrent sans contrôle les hommes et les marchandises". Un autre article sur leur site3 parle lui "des millions de personnes, quelle que soit leur nationalité, peuvent entrer sans vérification sur le sol français venant de Belgique, du Luxembourg, d’Allemagne, d’Italie ou d’Espagne".

On le voit, l'UPR reprend bien à mots couverts le fantasme d'une immigration sans contrôle et d'une invasion de millions d'immigrés, thèse de l'extrême-droite.

Pour les autres critères, honnêtement, je n'ai pas trouvé dans la charte de l'UPR des propos permettant de relever l'adhésion à tel ou tel critère, mais aucun non permettant de le dédouaner, l'UPR n'en parlant tout simplement pas à ma connaissance.

En conclusion, l'UPR est donc un parti dangereux parce qu'il cache ce que serait sa réelle politique et dont un certain nombre de critères permet de l'assimiler à un mouvement d'extrême-droite. J'aurais pu ajouter aussi que le passé de son leader ne plaide guère non plus à le positionner comme un parti centriste ou de gauche, mais cette question ayant déjà été traitée sur d'autres billets, je ne la développe pas ici.

1. http://www.u-p-r.fr/charte-fondatrice

2. ¨http://fr.wikipedia.org/wiki/Extr%C3%AAme_droite

3. http://www.u-p-r.fr/vos-questions-nos-reponses/immigration

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière