Retour... L'heure de la retraite n'a pas sonné

La date de mon retour n'est pas anodine. En plein mouvement contre la réforme des retraites, mais aussi à un moment où la prise de conscience du dérèglement climatique n'a jamais été aussi forte (et tout aussi impuissante!), je ressens le besoin, à l'aube de ma retraite, de m'exprimer encore un peu.

Les plus anciens des abonnés se rappelleront peut-être de moi... Les nouveaux me découvrirons...

La date de mon retour n'est pas anodine. En plein mouvement contre la réforme des retraites, mais aussi à un moment où la prise de conscience du dérèglement climatique n'a jamais été aussi forte (et tout aussi impuissante!), je ressens le besoin, à l'aube de ma retraite, de m'exprimer encore un peu.

En effet, aujourd'hui se joue une bataille qu'il est essentiel de ne pas perdre. Le projet de réforme des retraites est le dernier coup porté au système de sécurité sociale créé en 1946 par le CNR, par une coalition politique allant des gaullistes aux communistes, et mettant en œuvre un socle commun globalement partagé par l'ensemble de la société.

Ce projet est présenté comme équitable alors qu'il ne fait que supprimer  que les régimes de retraite les plus avancés.

Ce projet est présenté comme équitable alors qu'il supprime, pour tous les salariés, le fait que les pensions de retraite soient calculées sur les meilleures années (eh oui même pour le privé, on prend en compte actuellement les 25 meilleures années!).

Je pourrais ainsi continuer la liste, montrant l'importance de la bataille.

Mais je veux aussi souligner avec force qu'il est plus que temps de ne pas se contenter de batailles défensives, de lignes Maginot Sociales. C'est indispensable mais non suffisant.

Puisque l'on fait souvent référence à 1995, il faut rappeler que les mouvements sociaux, même quand ils ont été victorieux, n'ont été que des mouvements défensifs. Les dernières 30 années ne furent qu'une longue décrépitude des forces de proposition pour une réelle alternative.

Car, bien entendu, quand l'on se bat contre le projet de réforme sur les retraites, tout comme l'on s'est (plus ou moins) battu contre d'autres projets tels que la réforme du droit du travail; la loi travail, etc. ce n'est pas parce que nous sommes en accord avec le système actuel tel qu'il fonctionne, mais bien parce que nous ne voulons pas qu'il régresse encore.

Mais l'empêcher de régresser n'est pas suffisant. Qui peut se satisfaire du monde actuel?

Nous manquons cruellement d'autres choix! Et pourtant, tout est là! Les autres choix sont là!

Qu'attendons-nous?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.