Le Père Vert Pépère
Abonné·e de Mediapart

317 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 déc. 2014

Le Père Vert Pépère
Abonné·e de Mediapart

Grèce: vers des législatives anticipées

Cette semaine se tenait en Grèce le premier tour des élections présidentielles. Les résultats comme on pouvait s'y attendre laissent penser que l'on se dirige vers des législatives anticipées, où l'on pourrait voir Syrisa arriver en tête.

Le Père Vert Pépère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette semaine se tenait en Grèce le premier tour des élections présidentielles. Les résultats comme on pouvait s'y attendre laissent penser que l'on se dirige vers des législatives anticipées, où l'on pourrait voir Syrisa arriver en tête.

Le président de la république est élu en Grèce par le parlement et doit obtenir pour être élu 2/3 des voix, soit 180 députés sur 300. Le président actuel, Stavros Dimas, n'a obtenu que 160 voix. Deux tours sont encore prévus mais comme les partis ne participant pas à la coalition gouvernementale se sont engagés à ne pas voter pour le candidat gouvernemental, il est probable que Dimas ne trouvera pas les 20 voix qui lui manquent. Ce qui conduira, suivant la constitution grecque, à la dissolution du parlement et à la tenue de législatives anticipées.

Législatives où le parti de gauche "radicale" Syrisa pourrait bien arriver en tête, si l'on suit le résultat des dernières européennes et des sondages depuis. Cela serait alors à ce parti de former une coalition pour former le nouveau gouvernement (puisqu'il est quand même improbable que Syrisa obtienne la majorité absolue).

Perspective qui affole beaucoup de monde, Syrisa voulant sortir de la politique plus ou moins imposée par la troika (plutot plus que moins), tout en restant dans la zone Euro et l'UE. C'est ainsi que la bourse grecque s'effondre, que la commission européenne s'ingère dans cette élection de façon voyante et que cette élection semble donner lieu à des manoeuvres plus que douteuses.

C'est ainsi qu'un député du parti euroseptique de droite, les Grecs Indépendants, affirme avoir été approché par un intermédiaire pour lui proposer une somme de 2 à 3 millions d'euros pour voter pour Dimas. Il n'a donné aucun élément à ce stade pour étayer son affirmation mais cela donne une idée du climat dans lequel se déroule cette élection ( http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20141219tribef6a1bae4/grece-a-t-on-tente-d-acheter-la-presidentielle.html).

L'arrivée au pouvoir d'un parti tel que Syrisa, ouvertement opposé aux politiques austéritaires qui ont la faveur de l'UE et de tous les gouvernements des états qui la composent, serait un véritable test pour l'UE et sa capacité à accepter les choix démocratiques des états qui la composent.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart