Le RAAHP se réjouit de la Création du CAP

 

Le RAAHP se réjouit de la création du CAP

 cliquez sur le titre ci-dessus pour lire ce document en format pdf

  

Voici deux ans maintenant, les associations de parents et amis de personnes autistes, Autisme Liberté, la Main à l’Oreille et Pélagie, inquiètes des dérives liberticides de M.A. Carlotti, alors Ministre des Personnes handicapées, décidaient de créer un vaste rassemblement de parents, d’amis et d’associations de familles. Notre but était de faire en sorte que les libertés fondamentales de pensée et d’expression, le pluralisme démocratique et la liberté de choix des familles soient respectés dans le monde de l’autisme. Nous voulions mettre un terme au climat de haine et à la véritable chasse aux sorcières déclenchés après la publication en 2012 des recommandations pour enfants et adolescents autistes.

Nous ne prônons l’exclusivité d’aucune approche de troubles aussi complexes et divers que les autismes. Mais nous refusons qu’on nous interdise, au nom d’une pseudo science ou de pseudo autorités internationales, d’avoir recours, au cas par cas, à tout ce qui peut être à même, à un moment donné, d’apaiser les souffrances de nos enfants (et les nôtres), de les aider à surmonter leurs difficultés, se construire et s’épanouir.

Nous sommes un rassemblement d’associations de familles. Cela est bien précisé dans nos statuts qui prévoient que les parents doivent être majoritaires au CA ainsi qu’au bureau et que le Président doit être un parent. Ainsi, sur les 13 membres de notre Conseil d’Administration, huit, soit les deux tiers, sont actuellement des parents de personnes autistes et les six membres du bureau également.  Cependant, comme la plupart des associations de familles de personnes handicapées, nous sommes très contents d’avoir aussi de nombreux amis parmi nos adhérents. Nous avons même proposé à certains d’entre eux de faire partie de notre conseil d’administration et nous les remercions pour tout ce qu’ils apportent à nos échanges et à la construction de notre mouvement. Nous sommes aussi reconnaissants aux associations de professionnels et à toutes les autres personnalités morales qui ont adhéré à notre Comité de Soutien.

En très peu de temps le RAAHP est devenu un acteur incontournable dans la politique de l’autisme en France. De nombreux parents et d’autres associations nous ont rejoints. Nous sommes invités dans beaucoup de colloques et nos interventions sur la scène publique ont de plus en plus d’écho. Ainsi l’appel des 111 parents de personnes autistes que nous avons adressé au Président de la République avant sa conférence du 19 mai 2016 sur le handicap a certainement contribué à l’infléchissement vers le pluralisme annoncé à cette occasion.

 Mais la défense des libertés et du pluralisme ne concerne pas que les familles. Nous sommes heureux de vous annoncer aujourd’hui que des professionnels viennent de décider, de leur côté, la création du CAP (Collectif Autismes Pluriels) qui a pour vocation de rassembler, autour des mêmes valeurs que les nôtres, toutes les associations de professionnels concernées par l’autisme ainsi que les établissements et les institutions qui accueillent et prennent soins de nos enfants, adolescents et adultes autistes. Comme première intervention publique le CAP vient de lancer, à son tour, un appel au Président de la République, afin qu’il fasse respecter le pluralisme et la liberté de choix. Il s’agit cette fois d’une pétition et, bien évidemment, le RAAHP soutient cette initiative et appelle tous les parents à la signer.

Pétition du CAP

 Ensemble, mais dans le respect de l’identité de chacun, le RAAHP et le CAP sont en mesure d’œuvrer pour la mise en place de politiques de l’autisme qui tiennent compte de la souffrance, de la singularité et de l’humanité de chaque personne autiste et qui fassent en sorte, non seulement qu’il n’y ait plus de « sans solution » mais, surtout, que chacun puisse disposer de « sa bonne solution ».

 

PATRICK SADOUN

Président du RAAHP

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.