Qu'il reste libre où qu'il meurt

:::: C'était un matin comme les autres pour Jordi. Il se levait toujours 5 minutes avant d'aller en cours et plutôt que de déjeuner, il se connectait directement à Facebook. Ce qu'il vit le fit cligner des paupières... Il crut ne pas être réveillé mais après avoir vérifié l'info sur infosvérifiés.org, il dut se rendre à l'évidence : MegaUpload avait fermé. MegaUpload ; ce grand pote qu'il voyait tous les soirs avait fermé. Et le comble, c'est que cette décision venait du FBI, cette institution omniprésente dans tous les films de merde américains qu'il regardait (en V.F.) Avant d'aller s'éclater un énième bouton sur la gueule, et après avoir suspecté son Papa d'être à l'origine de cette punition suite à ses mauvaises notes, Jordi, 16 ans, retroussa ses manches et décida de découvrir la vérité dans cette affaire afin que cela ne se reproduise plus jamais car il commençait à envisager le pire : et si la CIA décidait de faire de même avec YOUPORN !!!!!! ::::

 L'affaire: Fermeture de MegaUpload, qui compte parmi les vingt sites les plus importants au monde.

 En toute circonstance, la première question à se poser, est toujours pourquoi ? Pourquoi avoir fermé MegaUpload ? Est-ce l'utilisation par son fondateur de comptes offshores ? La découverte de pactoles dans des paradis fiscaux? Un mépris pour les droits des citoyens?_Mais qu’attend le FBI pour coller tout ce beau monde en taule ! Malheureusement de tels griefs sont l'apanage quotidien de grands groupes transnationaux (Goldman Sachs, BNP... Nous partons du postulat que toute entreprise de plus de 100 employés est sujette à ce genre de dérives). Bien évidement le FBI ne pouvait arrêter Kim DotCom pour des délits que toutes les multinationales commettent dans l'impunité la plus totale. L'hypocrisie allait sauter au yeux d'un pygmée reclus dans sa réserve et qui n'aurait d'internet qu'une vulgaire expérience de chercheur britannique le mettant en relation avec des Aborigènes via Skype.

 L'ouverture d'une procédure criminelle à l'encontre de MegaUpload est donc « justifiée par le cas de crime contre le copyright le plus important jamais identifié par les États-Unis et vise directement le mésusage d'un site public de stockage et de distribution pour commettre et faciliter les crimes contre la propriété intellectuelle »*Le Département de la Justice américain accuse MegaUpload d’avoir mené une “entreprise de crime organisé, prétendument responsable de piratage en ligne massif et à l’échelle mondiale, à travers MegaUpload.com et plusieurs sites apparentés, générant plus de 175 millions de dollars de profits criminels et privant ainsi les ayants droit de plus de 500 millions de dollars”.

Comme souvent, on cherche midi à 14 heures alors que l'explication est des plus simples : la tunasse. En effet MegaUpload avait annoncé quelques mois auparavant son intention de révolutionner l'univers de la distribution de films et de musique, avec le lancement de nouveaux services connus sous le nom de code de Megabox, qui devaient permettre de profiter, légalement cette fois, de contenus musicaux ou vidéo, en reversant 90% des revenus aux artistes. Une concurrence trop déloyale car jugée trop honnête par les studio hollywoodiens et les majors du disque ???

Alors qu'est ce qui se cache véritablement derrière des accusations que l'on sent purement vénales, et surtout, pourquoi les Anonymous ont-ils décidé de prendre partie pour un hacker qui n'est pas à son coup d'essai en matière d'enrichissement personnel illégal ? Pourquoi donc Anonymous s'est-il décidé à défendre celui qui représente son double négatif ; le côté obscur de la force ?

 Les véritables enjeux de cette "guerre":

 Dans leur vidéo, dans les forums, ou dans les articles, on admet généralement qu' Anonymous lutte contre la censure d’internet, la restriction de la liberté d’expression, la surveillance totale de toutes nos activités en ligne. C'est bien, c'est beau.

Mais en réalité les enjeux sont bien moins consensuels que ces soi-disant piliers de la « démocratie ». N'importe qui connaît un peu la philosophie des hackers ou des logiciels libres comprendra deux choses

Tout d'abord, vision du monde il y a. Et cette vision du monde est cohérente, mûrement réfléchie. Il ne s'agit en aucun cas d'une bataille de principes abstraits mais bel et bien d'une lutte de valeurs et d'organisation de la société. Anonymous ne défend pas des libertés acquises, Anonymous attaque.

Car contrairement aux idées reçues, les hackers ne s'intéressent pas qu'à l'internet. J'en profite d'ailleurs pour informer les gens qu'ils disposent d'une nouvelle idéologie, à l'heure où la plupart des jeunes se cherchent des repères politiques. Si l'installation d'une récolte hebdomadaire de compost ou l'augmentation du Smic ne vous font pas plus bander que ça, allez faire un tour sur les liens mentionnés en notes de bas de page. Comme le rappelle si bien framasoft sur son blog : « ce serait peut être l'une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d'autre que des codes »

Contrairement à d'autres doctrines « tendances » mais sacrement molles (cf l'écologie of course), cette idéologie affronte frontalement le système établi. Un seul exemple suffira à étayer la démonstration: le CopyLeft, créé dans le but de lutter contre un monde qui fait de la propriété intellectuelle un levier d'enrichissement au mépris de la vie humaine.

 Pour ceux qui ne connaîtraient pas, le CopyLeft est un moyen légal de protéger son œuvre, d'en autoriser toute reprise ou modification tout en interdisant son utilisation à but lucratif. Pour l'instant, ce sont surtout les artistes qui l'utilisent, mais les logiciels libres sont basés sur ce modèle économique qui rendrait le système de brevet caduc et qui permettrait de distribuer des médicaments génériques contre le sida en Afrique du sud sans que de grands groupes pharmaceutiques ne crient au vol et n'utilisent leur sempiternel argument sur « le coût de l'innovation » pour justifier leurs profits astronomiques. On voit bien que cette attaque frontale contre le CopyRight pourrait très vite remettre en cause les fondamentaux économiques actuellement à l'oeuvre. Sans entrer dans la spéculation , nous pouvons affirmer que la place et le rôle du travail dans nos vies s'en trouveraient grandement modifiés puisque la propriété privée conditionne à peu près tous les domaines de la vie. Pourtant, la violence du CopyLeft à l'égard du système établi ne repose que sur le fait de donner une alternative crédible et légale au système en vigueur. Mais cela, ILS ne le supportent pas tant il est dit et répété que nous n'avons pas le choix (face à l'austérité, au dumping social...).

 L'autre enjeu est beaucoup plus simple à comprendre puisque purement social. La fermeture de MegaUpload signifie la disparition d'un grand pan d'accès à la culture pour les défavorisés ( parce que ceux qui peuvent payer s'en moquent, au cas où vos méninges seraient rongées par une lecture intensive du Nouveau détective)

 La lutte des classes pour les nuls vient de sortir, vous n'étiez pas au courant?

On pourrait philosopher sans fin sur les bons et mauvais côtés de la gratuité : vous remarquerez cependant que ceux qui utilisent l'argument phare (à savoir que la gratuité enlève au spectateur la notion de valeur et de travail derrière une œuvre, la réduisant ainsi au très méprisable divertissement) sont tous des gens d'un certain âge et d'une certaine catégorie sociale. Exactement les mêmes qui ont grandi pendant les Trente glorieuses, où l'abondance de toutes les ressources était un dogme et une liberté durement acquise. Leur prise de position pourra nous sembler totalement égoïste même si d'un point de vue philosophique, leur point de vue n'est pas dénué d'intérêt.

Si nous avions la possibilité de multiplier les poissons ou le gibier par mille simplement en appuyant sur un bouton, s'en priverait-on? Comment les Somaliens verraient ceux qui leur donneraient des leçons en leur disant que l'abondance de nourriture prive l'homme d'un rapport au vivant essentiel pour sa spiritualité?

Oui, égorger un porc de façon hallal et entendre ses cris est sans aucun doute un bon moyen de savourer son échine à sa juste valeur. Pour autant, payer 90% d'un bien culturel pour financer des majors est sans aucun doute un bon moyen de se rendre compte qu'on nous la met bien profond.

En attendant ce monde parfait où l'on pourra partager équitablement sans que 10% de connards à gazer n'accaparent tout, il faut réfléchir car les artistes ne doivent pas être les seuls à payer : tant qu’on restera dans un monde où l’échange se fait par l’argent, on ne peut pas tirer sur une seule frange professionnelle, en l'occurrence les artistes. Et vous avez vu plus haut que leur positionnement sur le CopyLeft est la preuve d'une constante : de tout temps certains artistes se retrouvent à l'avant-garde de la société. (Et de tout temps ceux que retient l'Histoire se sont trouvés très proche du pouvoir, défendant les valeurs de la noblesse d'abord puis celles de la bourgeoisie. )

 Finalement Anonymous fait de la culture un terrain d'expérimentation pour une société autre. La guerre n'est donc pas déclarée, mais nous avons sous les yeux la première des grandes batailles politiques du 21ème siècle. Et leur positionnement radical oblige chacun d'entre nous à choisir son camp. Et je crois qu'il est salutaire de se savoir d'un côté ou de l'autre de la barricade.

 Le train est en marche et les opposants à cette nouvelle civilisation tentent actuellement de gagner du temps pour se défendre.

 Par contre, soyez-en sûrs : un site remplacera bientôt MegaUpload ! Que ce soit au nom de l’imagination au profit du plus grand nombre ou au nom de l’appât du gain de quelques uns !

 Un indice nous éclaire cependant sur les véritables buts des Anonymous : quels sont les cibles qu'ils attaquent? Ce sont les plateformes des lobbies des industries culturelles qui ont été rendues inaccessibles et celles des institutions qui les défendent, fer de lance autoproclamé d'une liberté qui nous apparaît de plus en plus factice, une liberté qui possède même ses champions : Sarkozy a été le seul président du monde à se féliciter de la fermeture de MegaUpload. C'est bien la dimension

 « industrielle » de la culture qu'il s'agit de remettre en cause. Sans aucun doute car il s'agit d'un des rares domaines où la rentabilité ne va pas encore totalement de soi. Pour combien de temps ?

 Etat des lieux des forces en présence:

L'histoire montre des centaines d'exemples où de grands mouvements progressistes se sont fait littéralement broyer par le pouvoir réactionnaire en place. Et ce, malgré une bataille de l'opinion publique largement gagnée d'avance. Cependant, plusieurs signes montrent que la fin du néo-libéralisme est proche. Les mythes explosent, les valeurs se liquéfient, bref, la situation fait penser aux secousses mondiales des années 70. De plus, depuis la "fin de l'histoire", il n'y a plus de second modèle à détruire et qui permettrait de rassembler les forces réactionnaires, plus de bannière sous laquelle se réunir. Au delà d'un contexte qu'on ose espérer défavorable à l'oligarchie mondiale, la donnée majeure de ce mouvement est la nouveauté. Sous bien des aspects, nous manquons cruellement de situations comparables. Cette nouveauté tient bien évidement à la nature même d'internet. Certains pensent qu'il s'agit de la révolution technique (les seules véritables, aurait dit Marx) la plus importante depuis l'invention de l'imprimerie!

Un argument, parmi d'autres plus pertinents, moins intello mais qui me plaît bien est qu'en informatisant le travail, le lien entre travail et géolocalité est détruit. Du coup, on peut bosser de chez soi, comme un sédentaire archaïque, où au contraire revenir à l'état de nomade (le mécréant Jacques Attali a très bien analysé cette mutation en marche à travers son concept d'objet nomade) ...

 L'imprimerie a donné aux lumières la possibilité d'auto-réaliser leur souhait de se rendre « maître et possesseur de la nature » ; de quelle utopie internet sera le prophète ?

Sur l'échiquier des forces en présence, les hackers possèdent un autre atout, et non des moindres : leur connaissance du terrain . Une grosse majorité de hackers est/a été informaticien ou participe au développement du logiciel libre. De plus ce mouvement a cela de nouveau que son idéologie est contenue dans sa technologie. La neutralité d'internet n'est qu'un leurre, comme toute neutralité. De même que les technocrates ont régné sur l'Europe pendant près de quinze ans, sous prétexte que leurs formations de comptable / expert seraient garantes de leur neutralité et de leur bonne gérance, (alors qu'on apprend aujourd'hui qu'ils œuvraient à l'édification d'institutions ultra libérales) de même Wikileaks se pare des habits de la neutralité pour tenter l'attaque la plus féroce contre toute forme d'autorité et d'oligarchie depuis des siècles : la transparence absolue.

 La stratégie :

La stratégie choisie par Anonymous n'est quant à elle pas nouvelle, mais elle mérite d'être analysée d'un point de vue historique_: elle est la réalisation d'un des plus vieux rêves de la mythologie anarchiste: « n'ayez ni maîtres ni leaders et alors, on ne pourra plus vous arrêter ». En proposant à tout un chacun de devenir Anonymous, le mouvement réalise un fantasme cher à tous les anars de France et de Navarre et s'ouvre simultanément à toutes sortes de dérives. Ainsi, des mafias se seraient déjà fait passer pour eux dans des buts criminels. Sans compter les forces réactionnaires plus classiques qui peuvent pirater un média (L'express par exemple) afin de décrédibiliser au mieux le mouvement. Notons au passage que ce piratage a été dénoncé par les Anonymous ; luttant pour une liberté d’expression absolue, il serait contradictoire de toucher aux médias. Cette stratégie peut être périlleuse mais elle constitue in fine la plus solide des citadelles. Glorieuse sera l'institution capable d'arrêter un mouvement dont je peux décider de faire partie à l'instant, sans que personne ne me dicte de marche à suivre.

 D'ailleurs, qui n'a pas envie de faire partie d' Anonymous_tant ils sont doués pour la communication. Leurs clips ont la puissance visuelle d'un manga, les questions qu'ils posent ont tout d'un dilemme manichéen tout droit sorti de Matrix et surtout, surtout, les Anonymous sont en train de forger une nouvelle figure du rebelle, à la croisé des figures romantiques que sont le résistant (masque V. pour vendetta), le pirate (hacker), et l'homme du peuple anonyme (classé personnalité de l'année 2011 par le magazine Times). Anonymous réactive l'antagonisme légalité/ légitimité, et c'est à notre petite part d'Antigone qui remonte à la surface, traversant les siècles, qu'Anonymous s'adresse à chacune de ses apparitions.

 La création de leur propre mythe fera cas d'école et la maîtrise qu'ils ont du story telling laisse à penser qu'ils n'auront aucun scrupule à retourner les armes de leurs ennemis contre eux.

 Mais...

  Mais sous estimer le pouvoir en face relèverait d'une addiction au manga ayant rendu impossible toute clairvoyance politique. Ceux qui sont contre le mouvement ne sont ni plus ni moins ceux qui nous gouvernent depuis trente ans maintenant. Ils en ont maté du mouvement social et progressiste les cochons! Allez en parler aux Chiliens tiens! Et en trente ans, ils ont acquis une EXPERIENCE de ce genre de lutte qui se joue sur tous les terrains à la fois, expérience qui fera cruellement défaut aux Anonymous.

 D'autant que le capitalisme est né sous le signe du phénix : c'est justement au moment où il fut le plus remis en cause qu'il s'est métamorphosé en hydre flottante opaque, aménageant son pouvoir dans des sphères occultes et inconnues du grand public. La crise les a mis en exergue, certes. Mais il ne faut pas oublier que sans elle, les apôtres du néolibéralisme riraient encore devant nos regards perdus de citoyens ne pipant plus un seul mécanisme du système ultra complexe tissé autour de notre souveraineté pendant trente ans.

 Le récent revirement du créateur de LulzSec, Hector Xavier Monsegur, arrêté en juin 2011, qui par sa contribution a permis l'arrestation du leader d'Anonymous ne doit pas non plus faire oublier l'arsenal de violence légale dont disposent les états.

 A ce propos, les services de renseignements du monde entier semblent disposés à travailler tous ensemble, ce qui est la plus incontestable des preuves que des intérêts mondiaux sont à défendre. L'Elysée fait un communiqué déclarant [que] "c’est le financement des industries culturelles dans leur ensemble qui est mis en cause par ce type d’opérateurs " assumant défendre ce type de modèle économique oligarchique( les « industries culturelles »). Le FBI ferme un site basé à Hong-kong? De quel droit ? Voilà une preuve de plus que la démocratie dans laquelle nous vivons garde de grandes zones d'ombre. En bafouant avec autant d'arrogance les lois élémentaires de la séparation des pouvoirs et le sacro saint principe de nation, le FBI a élevé le droit d'ingérence à des niveaux que l'on ne lui connaissait plus depuis les révolutions réactionnaires et totalitaires qu'ils ont mis en place dans les années 70 en Amérique du sud.

 L'autre inconnue est celle du positionnement des géants du Web (Google, Facebook). Quand on sait que Facebook est propriétaire de toutes les données que l'on met sur son profil et que Google n'hésite pas à faire un honteux blackout sur Tian'anmen afin de s'octroyer le marché chinois, la permissivité de leur éthique à l'égard des logiques du buisiness ne fait aucun doute. En même temps, leur modèle économique a un besoin impérieux de cette liberté du Web. Les Géants se positionneront donc à l'avenir comme un troisième pouvoir qui peut faire pencher la balance d'un côté où de l'autre de la lutte, et avec lequel il faudra négocier_.

 Anonymous a déjà gagné la première bataille : obliger ses ennemis à avancer démasqués tandis qu'eux rigolent cachés derrière leur masque, leur écran, leur pseudo. Pour autant, le soutien de l'opinion publique ne saura suffir à garantir l'issue de cette lutte incertaine.

 

L'histoire se répètera-t-elle une fois de plus? Par prudence nous ne répondrons pas. Ce qu'on sait, c'est que le succès du teaser de cette nouvelle série hollywoodienne annonce un succès populaire et planétaire...Et que son côté ludique participatif est bien le signe d'un engagement 2.0.

 

 

 

Aller plus loin.

S'intéresser à la question du droit d'auteur :

 http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/modifier-le-droit-d-auteur-107032

 http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-droit-d-auteur-97788

 Se renseigner sur le projet ACTA :

http://www.laquadrature.net/fr/ACTA

 http://fr.readwriteweb.com/2010/01/20/a-la-une/traite-acta-censure-loppsi-hadopi/

La philosophie Open source:

 http://www.framablog.org/index.php

 Militer:

Petite bite: signer des pétitions, changer sa photo de profil par une image d'Anonymous

Grosse bite:

 Devenir Anonymous: http://www.kommunauty.fr/article-651-comment-devenir-un-anonymous

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.