lebas chloé
étudiante syndicaliste et féministe
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2017

FAGE : quelle « percée » électorale ?

Je profite de mon blog pour vous partager un article rédigé par un ami et camarade sur les récents « bouleversements » du paysage syndical étudiant.

lebas chloé
étudiante syndicaliste et féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 31 janvier 2017, la FAGE reportait, avec 5 élu.e.s sur 8(+1) les élections au Conseil d'Administration du CNOUS (Centre National des Oeuvres Universitaires et Scolaires), reléguant l'UNEF, avec 3 sièges(-1), au second plan. Il s'agit d'un scrutin indirect auquel étaient convié.e.s les 196 élu.e.s des CROUS (Centres Régionaux des Oeuvres Universitaires et Scolaires) dont la désignation a été organisée en novembre 2016. La FAGE avait alors obtenu 76 élu.e.s (+6), l'UNEF 66 (-11) et l'UNI (droite) 12 élu.e.s (-2). Au CNOUS, la FAGE obtient 91 voix, obtenant les suffrages d'élu.e.s de listes corporatives non abfiliées exclusivement à la FAGE. A l'inverse, l'UNEF ne gagne qu'une petite voix outre celles de ses élu.e.s (ce qui témoigne de son manque d'attractivité).
Mais, si l'on raisonne en nombre de voix, le constat est bien plus tragique pour les organisations étudiantes.

Une participation très faible


D'abord, la participation électorale recule à nouveau, passant de 8,5 à 7,5%. Si ce résultat paraît très faible, il rejoint les taux de participation historiques des années 2000 (cf. tableau 1).


Tableau 1 : Participation aux élections CROUS (2002-2016).


Année   Taux de participation national
2002    5,53%
2004    8,11%
2006    6,27%
2008    7,56%
2010    7,8%
2012    9%
2014    8,5%
2016    7,5%


Si cette baisse de la participation ne se répercute pas sur le résultat en sièges ou en % des suffrages exprimés, elle se répercute nettement sur le nombre de voix obtenues par chaque liste.
Nous avons consigné les résultats en voix des élections CROUS 2014 et 2016. Ceux-ci se sont révélés particulièrement difficiles à collecter : les données sont manquantes totalement pour 8 CROUS et partiellement pour 6 autres (sur 28). Sur les résultats dont nous disposons (80% du corps électoral), on note bien la poussée de la FAGE et des listes qu'elle soutient (de 42% en 2014 à 48,5% en 2016) et la chute de l'UNEF (de 33,5% en 2014 à 29,5% en 2016). En parallèle, les listes de PDE reculent (de 7 à 4%) et les listes de l'UNI augmentent légèrement, tout comme les listes syndicales dites « combatives » (dont celles de Solidaires).

Une UNEF très affaiblie


Ainsi, si le résultat de l'UNEF paraît faible au regard des comparaisons historiques, il l'est d'autant plus si on raisonne en terme de nombre de voix obtenus. En effet, étant donné la faible participation, les variations du taux de participation sont non négligeables.
Sur les 14 CROUS où nous pouvons comparer le nombre de voix entre 2014 et 2016, l'UNEF perd des suffrages dans 11 CROUS et n'en gagne que dans 3 (Lyon, Reims et Nantes). Pire, dans 9 cas sur 11, cette perte est supérieure, en proportion, à la baisse de la participation. Dans certains cas, l'UNEF perd près d'un tiers de ses voix de 2014 comme à Montpellier, Rennes, Lille, Créteil, Toulouse ou jusqu'à près de deux tiers à Grenoble (avec une participation chutant de près de 40%). Enfin l'UNEF ne profite absolument pas de la disparition dans 4 CROUS de listes syndicales de Solidaires entre 2014 et 2016. Le recul national de 4 points et 11 sièges (sur 77, soit -15%) masque un effondrement très préoccupant sur le terrain. Une analyse plus détaillée des résultats par bureaux de vote permettrait de déterminer les dynamiques au sein des établissements et sur le long terme mais on peut ici poser l'hypothèse d'un affaiblissement de la capacité de mobilisation électorale de l'UNEF.

Une « percée » de la FAGE à nuancer


La FAGE n'enregistre, quant à elle, pas une poussée massive en nombre de voix. Certes, elle résiste mieux à la baisse de l'abstention, gagne des électeurs et profite de l'effondrement de l'UNEF, mais notons que dans 6 CROUs sur 14, elle perd des voix. La « poussée » de la FAGE est donc à nuancer : il semble que cette organisation mobilise plus facilement son électorat que d'autres, ce qui s'explique par un « vote en groupe » qui traduit l'implantation de la FAGE dans certaines filières (disciplines médicales) et dans certains établissements via son réseau associatif.

L'UNI, Solidaires et la Loi Travail


Quant à l'UNI, elle régresse dans 8 CROUS sur 14, parfois de façon conséquente comme à Lille, Paris ou Grenoble, sa résistance à l'abstention semble très fluctuante. Difficile donc d'en conclure à un effet « primaire dea droite » (les élections ont eu lieu au même moment) ou à un effet « Loi Travail ».
Enfin, s'agissant des listes syndicales se revendiquant comme plus combatives que l'UNEF (Solidaires dans 6 CROUS, UET et EST à Toulouse, LICORNE à Grenoble...), elles améliorent leurs résultats dans tous les cas quand elles se représentent (7 cas sur 10). Si on pourrait rapidement conclure que cette hausse est un facteur nuisible pour l'UNEF, l'UNEF régressant dans presque tous les CROUS où ces listes augmentent, ce n'est pas toujours le cas et l'UNEF enregistre des baisses très importantes dans des CROUS où elle n'est pas concurrencée par ce type de listes.  Mais il est aussi difficile de voir dans ces lég9res hausses un effet « Loi Travail », même si cet effet peut exister à des échelles plus petites (on raisonne ici à échelle régionale).
Comme le montre cette rapide analyse, il convient de ne pas surinterpréter des résultats électoraux, surtout quand ils sont donnés en % des suffrages exprimés ou en sièges. Ainsi, la « percée » de la FAGE ne se matérialise pas par un afflux massif de nouveaux électeurs/trices dans les urnes. C'est bien un recul de l'UNEF mais aussi de PDE (Promotion et Défense des Étudiants, autre organisation corporative) qui visibilise cette « percée » de la FAGE. Loin d'un « effet Loi Travail » que croient voir certain.e.s, on assiste plutôt à un effet « abstention » qui visibilise à la fois la capacité de mobilisation électorale de la FAGE et les difficultés pour l'UNEF de mobiliser largement sur le plan électoral.


Tristan Haute

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP