Au revoir mediapart

Il est temps. Issu d’une famille prônant le service public et les valeurs, notamment d’intégrité, de tolérance, de respect de l’autre, de probité et d'interêt General, il m’est inconcevable par mon obole mensuelle de cautionner l’attaque et l’opprobre systématique de la démocratie et le lit qui est fait au RN et à tous les extrémistes de haute extraction partisans du remplacement de ce qu’ils dénoncent par eux mêmes, et ce par une ligne éditoriale digne de la pire chasse au sorcière des années 50, quand il était de bon ton de bouffer du rouge sous prétexte de la guerre froide.

je les entends déjà et leur répond tout de suite non ! de rugy n’est pas un pote ! (Connais pas) et honnêtement je me fiche de son combat à venir, des faits dont il parle, ça regarde Mediapart et ses journalistes finalement bien bobo parisiens et proches de la nomenclatura d’ile De France. 

Non cela m’indiffère. Ce qui m’inquiete est ce relent de chasse systématique de ce qui est pouvoir, décision ou prise de parole. Tout est dénoncé décrypté (lol) descendu en flammes et vilipendé avec des conséquences qui ont maintenant été installée dans le paysage de la dite ‘action’. 

Désolé mais je suis issu d’une famille de coco et pour moi l’action je la connais c’est la pression, l’utilisation du système, le blocage décisionnel, le rapport de force bien sur mais ce n’est pas la lâcheté de voir des tags sur le domicile d’un élu, ou de voir sa famille harcelée en pleine nuit, avec des pétards des insultes ou des logiques de meute. Certains ont trop lu le petit gilet jaune pour les nuls... a quand le viol des élus de la république systématisé sous couvert d’une intégrité qu’on exige d’eux sans failles, ou le passage sur La Croix à la KKK ? 

On touche le fond. Pourtant principal de college je sais quoi faire pour être propre (je pense mais je flippe), la dernière bouteille de champagne qu’un parent m’a offerte je l’ai donné au patrimoine du collège pour qu’elle revienne à la collectivité car j’ai un traitement et il me suffit. Je ne prends jamais la voiture de fonction et ne me fais pas rembourser mes frais de déplacement. Je m’imagine dans ma tête d’abruti baigné dans le kolkoze familial que c’est comme ça ´qu’on fait bien’ et que la dizaine d’euros que je laisse à l’institution suffira à payer des profs pour les gamins. Quel cretin je fais.

Et quand un délégué parent ou élève prend la parole pour parler de son cas personnel je lui rappelle que la notion de mandat interdit de défendre des intérêts personnels, que l’on doit penser collectif, et qu’un autre parent est là pour défendre tous les élèves et lui peut parler en toute transparence de celui qui n’est pas son enfant. M’enfin même la FCPE le fait, là aussi je sens vraiment le Grenier version 4ème république. Mais c’est bête j’y crois. Enfin j’y croyais. 

Car problème je ne peux exister que si une démocratie existe. Et J’attends autant de la part des élus en matière de probité et d’exemplarité que ce que mon petit cerveau de petit rouge souhaite voir.

Mais très franchement le jour où Brigitte Macron et Michelle Obama vont se faire un kebab en tongs je me dirai qu’on est partis loin dans la connerie et qu’a Force de vouloir faire ´peuple´ On est devenus dignes de clochemerle et d’une inefficience patente dans ce monde certes bourré d’abjections et de défis humains dépassant l’entendement, mais surtout qui mérite, comme je l’ai appris syndicalement, que la France ait aussi son rapport de force si elle veut jouer et proposer voir influer. 

Messieurs et mesdames de mediapart vous voulez faire revivre l’urss ? Avec son décorum administratif abrutissant qui voilait les vrais détournements et portait la soumission du peuple au profit d’une petite caste ? Vous vouliez que les travaux du ´gars de rugy’ soient validés par une commission du peuple. Non mais sérieux ? L’urss une aubaine pour la transparence ??? 

La justice, la séparation des pouvoirs, le statut du journaliste, la liberté pour les lanceurs d’alerte... vous avez raison on va tout vendre pour des homards. 

L’histoire jugera 

Merci mais sans moi. 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.