Les poètes des Lectures sous l'arbre 2014 : Mariette Navarro

Alors Carcasse tient fermement tête au vent, sans plus chercher à changer d'axe. Et Carcasse est frêle devant les menaces de tempête, et dérisoire, mais tient tête debout et bouche ouverte, devant les retournements des vents, brusques en embuscade. Et Carcasse tendant le cou pour tenir tête pourrait se fendre en deux comme les mâts de bateau qui parfois flottent entre deux vagues. Et toute la force du dedans pourrait être brisée si le cou ne résistait pas, ferme et tendu à soutenir la tête. Et tout de Carcasse pourrait être balayé par d'autres forces et par les brusqueries du temps, si Carcasse ne prenait pas si bien garde à la posture.

Alors Carcasse se campe comme à la proue, lève la tête, et voit comme l'horizon lui aussi se tient en face sans bouger, semblant l'encourager, tendu comme ça devant et miroitant, pour faire remarquer à Carcasse la beauté de sa posture, éternellement jetée comme frontière au bord du monde, comme limite tout au bout des vagues. Alors Carcasse lentement déplie les épaules et laisse l'air déposer ses odeurs au milieu de Carcasse, et laisse le vent dessiner en rougissant à Carcasse un visage.

Mariette Navarro, Alors Carcasse, Collection Grands fonds, Cheyne éditeur, 2011.

 

 « […] Carcasse nous ressemble étrangement, qui cherche une présence si maladroitement, si avide d'humanité dans sa demande incertaine et naïve. Avec humour, par traits et mouvements successifs, Mariette Navarro peint ici un rejeton du Plume de Michaux aux prises avec le monde, avec les autres, avec l'époque : Carcasse voudrait être contre, mais doit faire avec. Et si cette embarrassante contradiction était pour Carcasse comme pour nous, le seuil à franchir ? » Jean-Pierre Siméon, co-directeur de la collection Grands fonds.

 

 

Stage d'écriture : « LIRE, RÊVER, ÉCRIRE … LES TERRITOIRES INCONNUS » animé par Mariette Navarro du 17 au 24 août.

 Il s'agira lors de ce stage d'explorer les territoires inconnus : à la suite des marcheurs, des navigateurs, des explorateurs du réel ou de l'imaginaire, nous inventerons des géographies nouvelles, nées de nos voyages rêvés ou cauchemardés. À pied sur les traces de Walser ou en bateau à la rencontre de Melville ou d'Homère, nous sentirons, cartographierons, ferons surgir des îles ou nous perdrons dans les forêts. Nous ouvrirons dans le monde tel qu'il est des espaces de surprise et surtout, de liberté.

Les Fondatrices

 Le jeudi 21 août à 16h30 dans l'intimité de la yourte, Mariette Navarro évoquera le rôle qu'a joué pour elle la découverte de Michel Vinaver. À l'Arbre vagabond (lieu-dit Cheyne).

 

Renseignements et réservations : cliquez ­ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.