Doina Ioanid et Jan Mysjkin, invités aux Lectures sous l'arbre

Née en 1968 à Bucarest, Doina Ioanid est poète, diplômée de la Faculté de Lettres de Bucarest. Elle a publié en 2014 chez Cheyne éditeur Boucles d’oreilles, ventres et solitude. Dans ses poèmes en prose, la texture du quotidien, soumise à un regard intense, se défait et se transforme...

Née en 1968 à Bucarest, Doina Ioanid est poète, diplômée de la Faculté de Lettres de Bucarest. Elle a publié en 2014 chez Cheyne éditeur Boucles d’oreilles, ventres et solitude. Dans ses poèmes en prose, la texture du quotidien, soumise à un regard intense, se défait et se transforme...Salués par la critique, ses recueils ont régulièrement figuré parmi les meilleurs ouvrages dans les classements établis par les revues littéraires. Doina Ioanid a traduit en roumain plusieurs ouvrages de langue française dont Dix heures et demie du soir en été de Marguerite Duras. Elle est aujourd’hui secrétaire général de rédaction d’Observator cultural, l’hebdomadaire culturel le plus important de la Roumanie.

Né en 1955 à Bruxelles, Jan Mysjkin habite alternativement Paris et Bucarest. Il a publié neuf recueils de poésie en néerlandais. Il travaille à une anthologie dont l’ambition est d’ouvrir la poésie française du xxe siècle aux Néerlandais (cinq volumes sont déjà parus). Depuis sa découverte de la Roumanie en 2001, il a donné plusieurs traductions de la littérature roumaine aussi bien en français qu’en néerlandais. Son activité de traducteur a été couronnée par plusieurs prix, en particulier le Brockway Prize, partagé en 2009 avec Pierre Gallissaires, pour leurs traductions en duo de la poésie néerlendaise. C’est lui qui a traduit l’ouvrage de Doina Ioanid tout récemment paru chez Cheyne : Boucles d’oreilles, ventres et solitude.

Il est trop tard pour t’habituer au goût des fleurs d’acacia, mais tu en fais des beignets pour les tendre aux passants, pour éveiller leur curiosité, pour échanger quelques paroles. Et il est impossible que tu ignores que ce n’est là qu’une ruse, comme le sont les cafés innombrables que tu bois dès cinq heures le matin jusqu’à tard le soir, ainsi que les gerbes de géraniums que tu cultives, comme si leur incandescence pouvait venir à ton secours.

Boucles d’oreilles, ventres et solitude, Doina Ioanid, traduction Jan Mysjkin (Cheyne éditeur, 2014)

 

 Vous voulez en savoir plus ?

  • À la table de : Repas partagé avec Doina Ioanid et Jan Mysjkin le vendredi 21 août à 11h30. Nombre de places limité. 22€.
  • Les Fondatrices : Doina Ioanid et Jan Mysjkin évoquent le rôle qu’a joué pour eux la découverte de Max Blecher le samedi 22 août à 16h30. Nombre de places limité. 6€.
  • Une heure avec : Rencontre avec Doina Ioanid et Jan Mysjkin qui feront une lecture de leur livre, Boucles d’oreilles, ventres et solitude le dimanche 23 août à 15h. Gratuit.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.