Affluence record aux XXVIIème Lectures sous l'arbre !

Les Lectures sous l'arbres se sont achevées le samedi 25 août : bilan du festival.

Affluence record aux XXVIIe Lectures sous l'arbre 

SOUS LE SOLEIL DU POÈME

 

Ce n'est pas vraiment une nouveauté : d'année en année, les Lectures sous l'arbre qui, entre Haute-Loire et Ardèche, font entendre la voix des poètes sur les chemins, dans les cafés, sur les places et au bar à vins – librairie L'Arbre vagabond, voient affluer de plus en plus nombreux amateurs et curieux. Mais cette année, un nouveau palier a été franchi en terme d'affluence, beaucoup de nouveaux venus, des jeunes notamment, s'ajoutant aux habitués qui ne manqueraient pour rien au monde ces heures privilégiées où l'on côtoie sans façon les écrivains et de grands artistes, comme cette année Hervé Pierre de la Comédie-Française ou Denis Lavant, animateur du stage de lecture à voix haute. 

De toute la France

 Les poètes, comme le public, viennent de toute la France et de l'étranger. L'Iran, étant mis à l'honneur, on a pu entendre Rezâ Sâdeghpour ainsi que le kurde Seyhmus Dagtekin ou la virtuose du sétar Shadi Fathi. Il y en a pour tous les goûts et toutes les oreilles, poètes jeunes ou confirmés publiés par Cheyne éditeur ou par d'autres de ces éditeurs comme le Castor Astral qui font la vitalité de la poésie contemporaine. On a ainsi rencontré entre autres, Antoine Emaz ou Ariane Dreyfus, deux voix particulièrement reconnues de la poésie d'aujourd'hui. Témoin de la qualité de l'offre littéraire et artistique et de l'engouement du public, les centaines de livres des auteurs présents mais aussi des auteurs de toute époque et de tous les horizons lus dans les multiples rendez-vous de cette semaine vouée au partage simple et chaleureux des œuvres de l'esprit.

Une ombre cependant

 Seule ombre au tableau : la baisse brutale de l'aide allouée par la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes (moins 11 000 €) qui menace sérieusement l'avenir de cette rencontre culturelle exceptionnelle qui a depuis longtemps acquis une notoriété nationale et ne cesse de prouver qu'on peut conjuguer exigence artistique et ouverture à tous, sans préjugés.

lsa2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.