Lefrançois
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

514 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 avr. 2016

Lefrançois
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

PanamAmerica

Lefrançois
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un article qui met en perspective le rôle des USA dans la richesse du pays.

"« Le Panama est dans une large mesure une création des États-Unis », explique Barney Warf, professeur de géographie à l’université du Kansas qui étudie les institutions bancaires offshore. Aujourd’hui, dit-il, « le Panama est dans le prolongement de l’économie américaine ». Cela remonte au début du XXe siècle, quand les ouvriers du canal étaient payés en dollars américains. Dans les années 1920, où le libre marché battait son plein, le Panama adopta un droit des sociétés dans le style de celui des États-Unis. Certains bateaux américains, cherchant à contourner les restrictions de la Prohibition leur interdisant de servir de l’alcool à bord, préféraient alors s’enregistrer au Panama. L’administration Roosevelt fut alarmée de découvrir que pendant que l’Amérique se débattait pour sortir de la Grande Dépression, ses plus riches citoyens utilisaient le Panama comme paradis fiscal."

http://www.ulyces.co/catherine-dunn/lenquete-definitive-sur-mossack-fonseca-le-cabinet-a-lorigine-du-scandale-des-panama-papers-1/

"Tout comme le canal de Panama est plus petit qu’on ne le pense, le problème des financements offshore est plus proche de nous qu’on ne l’imagine. Les États-Unis, par exemple, sont devenus une destination très prisée pour le secret des entreprises. Et le Réseau pour la justice fiscale, dont l’Indice d’opacité financière classe l’Amérique n°3, la considère comme l’une des pires. Dans la plupart des États du pays, les entreprises ne sont pas tenues de révéler le nom de leurs véritables propriétaires, et les agents d’enregistrement n’ont aucune obligation d’interroger leurs clients à ce propos. Les experts s’entendent pour dire qu’il s’agit d’une des meilleures (ou des pires) formes de discrétion, car lorsque les autorités s’enquièrent du nom....." (là il faut payer l'article)

Grosso modo le Delaware est comparable au Panama.

Seulement voilà une législation votée en 2001 et applicable en 2016 donne le droit à l'administration de vérifier l'identité des clients....

Bref un coup de semonce visant les étrangers mais adressé aux sociétés territorialement américaines annonçant l'entrée dans la régulation à condition qu'elle soit mondiale.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.