Lefrançois
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

514 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2016

Lefrançois
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

Contre le 49.3 refusez de voter, discutez des amendements

Le gouvernement refuse que les élus rassemblés au parlement discutent des mesures à prendre, les faisant chanter sur leurs candidatures aux prochaines élections.

Lefrançois
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le parlement doit se réunir, discuter des amendements, comme si de rien n'était.

A passage en force, passage en force et demi, celui des élus du peuple sans lesquels rien ne doit pouvoir se faire.

Il n'était qu'entendre ce soir le débat sur i-télé le représentant du parti socialiste l'exclusion à la bouche ne représentant que des lobbies, des banques et des entreprises, [il n'est qu'à penser aux entreprises qui licencient sans verser de compensation à l'assurance chômage et refusent toute taxation des cdd en contrepartie avec le soutien de Valls et du président, il n'est qu'à voir l'inetervention de l'agro alimentaire sur le risque sanitaire de produits alimentaires, contre toute protection des consommateur], contre ceux qui pensent que le droit du travail est avant tout matière de protection et d'accompagnement des plus faibles contre les plus forts.

Voilà arrivé le temps où la majorité socialiste issue des dernières élections ne prend pas conscience qu'elle n'est plus que la fantôme d'une volonté populaire qui trépigne de lui envoyer dire ce qu'elle pense de son action, malgré une minorité qui tente de lui rappeler à quelles valeurs elle appartient.

Pendant ce temps mon beau frère atteint d'un cancer au poumon mais survivant pour cause d'immunothérapie a craché une pleine bassine de sang, hospitalisé, l'hémorragie s'est arrêté mais l'hôpital lui a refusé l'anti-coagulant en raison du manque de moyens budgétaires pour lui faire passer prélablement un électro-cardiogramme. Le pire de l'histoire est la répartition géographique qui sous urgence l'envoie à un hopital différent de celui qui le suit, ce dernier exigeant que l'hopital de référence le soigne.

Voilà où l'on en est sous ce gouvernement de gauche à l'heure où la droite réclame un baisse drastique des dépenses si elle gagne les élections.

Voilà ce que défendent ceux qui renoncent à leurs convictions en s'accrochant à leurs postes soit par abstention, soit en ne se joignant pa à une motion de censure.

Voilà ce que défendent les milices de l'état, l'ordre établi où l'on met en danger la vie des autres contre toutes les serments médicaux et les obligations de l'état en matière de service publique et le plus sensible de santé.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.