Pour 850 millions d'euros en moins...un chef dangereux en plus

Un hélicoptère tigre d'Eurocopter s'est écrasé au Mali, du coup j'ai effectué des recherches.

Disponibilité technique des Tigre en OPEX : 78,4% en 2012, 50,4% en 2013, 58,4% en 2014, 30,9% en février 2015 source assemblée nationale

L’Afrique du Sud en est très mécontente au point de les retirer du service dès 2020, le coût de la maintenance atteignant des sommes astronomiques.

i3323-23.gif

Mieux l'assemblée nationale a publié un rapport de LA COMMISSION DE LA DÉFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES en 2015 sur les conséquences des engagements OPEX sur l'état du matériel genre on roule au Mali avec des châssis pas assez rigides du matos qui se fissure sans compter les pales des hélices qui s'écornent, des coiffes radars qui se cisaillent des pods de désignation laser qui en prennent un coup etc..

http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i3323.asp

Je suis sûr que le président saura interdire ces propos publiques qui sont une atteinte directe à son autorité sous peine de dissoudre la représentation démocratique.

"Ainsi, l’armée de terre enregistrait en moyenne une perte de l’ordre de 10 véhicules par an entre 2008 et 2012, du fait des dommages de guerre, qu’il s’agisse d’actes hostiles ou d’accidents. Depuis 2013, ce nombre a triplé avec une moyenne d’environ 30 véhicules rendus inutilisables chaque année. À titre d’exemple, courant mars 2015, deux PVP ont sauté sur des mines. Si les équipages n’ont heureusement pas subi de graves blessures, les véhicules ne pourront peut-être pas être remis en état selon l’industriel responsable de leur maintenance.

D’après les informations fournies par la SIMMT, 17 % du parc désengagé a été éliminé. Le périmètre considéré est celui des matériels majeurs du milieu terrestre projetés dans le cadre de Pamir (Afghanistan), Trident (Kosovo) et Serval puis Barkhane, sur la période 2012-2015. Une faible partie de ces matériels, atteints par la limite d’âge ou de potentiel, est remplacée par les matériels de nouvelle génération. Quant aux autres, la majorité doit par la suite faire l’objet d’opérations de régénération, dès lors qu’elles sont économiquement rentables (51).

La vétusté et la sur-sollicitation de parcs vieillissants expliquent la grande majorité des éliminations post-opérationnelles (80 % environ) et plusieurs facteurs d’élimination peuvent se cumuler :

– les dommages de combat ne représentent qu’une part réduite des causes directes d’élimination, évaluée à 8 %. Un tel résultat témoigne de la robustesse des équipements en dotation dans les forces ;

– 10 % des éliminations sont dues à des réparations considérées comme économiquement non rentables ;

– 35 % des éliminations concernent des parcs retirés du service, qui sont donc rapatriés d’OPEX mais ne font pas l’objet de réparations ;

– parmi toutes les éliminations, 30 % concernent des oxydations perforantes sur les châssis des P4 (âge moyen 24 ans) et 14 % les défaillances structurelles des VAB (âge moyen 35 ans). Ces chiffres illustrent le vieillissement accéléré de ces parcs sur-employés et devant être rapidement remplacés."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.