legatsolveig
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2022

À quand une reconnaissance du génocide des Ouïghours par l’exécutif français?

L’assemblée nationale reconnaît officiellement les « crimes contre l’humanité » et le « génocide » perpétrés par la République Populaire de Chine à l’encontre du peuple ouïghour. L’exécutif français est-il prêt à sortir de son long silence?

legatsolveig
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis environ trois ans, le silence se brise en France autour des violences systématiques et de l’internement de la minorité majoritairement musulmane ouïghoure dans la région du Xinjiang en Chine. Au fil des révélations et des témoignages terrifiants qu’on pu délivrer certains rescapés ouïghours, des voix ont pu s’élever pour dénoncer publiquement et invoquer une mobilisation générale. La parole s’est notamment libérée grâce au travail de l’eurodéputé Raphaël Glucksmann qui s’est attelé depuis son élection à alerter les citoyens français et à imposer le sujet au sein de l’hémicycle européen.

La République Populaire de Chine est en effet accusée de commettre des crimes contre l’humanité à l’encontre de ce peuple tels que des enfermements, des violences sexuelles, des viols mais également de la torture. En décembre 2021 à Londres, un « Tribunal ouïghour » a tâché de qualifier ce que subit cette minorité en s’appuyant sur plusieurs travaux d’Organisations Non-Gouvernementales et d’experts des droits humains. En considérant les stérilisations forcées (ablations d’utérus, avortements et poses de stérilets forcés) subies par les femmes ouïghoures, le tribunal a admis que les actes du gouvernement de Pékin pouvaient être qualifiés de « génocide intentionnel ».

Sept pays tels que les États-Unis, le Canada et l’Irlande ont déjà reconnu le caractère génocidaire des actes réalisés par le gouvernement chinois. Plusieurs ont d’ailleurs récemment décidé de boycotter diplomatiquement les Jeux Olympiques d’hiver se tenant à Pékin au début du mois de février, en réponse aux exactions commises par le gouvernement chinois.

Malgré l’irruption de la cause ouïghoure dans le débat public, la France faisait quant à elle profil bas en refusant de reconnaître et de condamner officiellement ce génocide. Emmanuel Macron avait simplement dénoncé un « système de répression institutionnalisé » en février 2021. Or, l’Assemblée nationale a réussi un tour de force symbolique en adoptant le jeudi 20 janvier une résolution portée par le député socialiste Alain David visant à la reconnaissance et la condamnation du « caractère génocidaire des violences politiques systématiques ainsi que des crimes contre l’humanité actuellement perpétrés par la République populaire de Chine à l’encontre des Ouïghours ». Avec 169 voix pour, 1 voix contre et 5 abstentions le texte a été bien accueilli par les députés français.

Cette résolution appelle également le gouvernement français à admettre officiellement que la population ouïghoure est victime d’un génocide et à agir pour le faire cesser, au nom des droits humains. Selon Alain David, le blocage provient du fait que « l’Elysée et le ministère des Affaires étrangères ne veulent pas froisser le partenaire chinois ». Ainsi il semblerait que notre gouvernement ne soit apte à faire triompher le respect des droits fondamentaux sur les partenariats économiques. Emmanuel Macron, interpellé à ce sujet par les députés Yannick Jadot et Raphaël Glucksmann lors de son discours au Parlement européen dans le cadre du début de la présidence française du conseil de l’Union européenne, a simplement dit être favorable à l’interdiction de l’importation de produits issus du travail forcé au sein de l’Union. Alors accusé d’avoir à nouveau « ignoré le pire crime » par l’eurodéputé Glucksmann, il semble que l’exécutif français ne soit apte à répondre aux demandes des députés français.

Même si le texte adopté par l’Assemblée nationale est un texte non-contraignant et paraît plus symbolique qu’offensif, il peut représenter une pression politique considérable sur l’exécutif français. Si ce dernier se résout à suivre la tendance politique du pouvoir législatif, il rejoindra un mouvement qui commence à se vouloir international et émettra ainsi une pression diplomatique sur la Chine. Ainsi, la reconnaissance du caractère génocidaire paraît être une prise de position politique essentielle pour agir sur le plan diplomatique contre toutes les exactions commises par Pékin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées