Après les années bobos: 2013, année Boubour?

A l’heure du ras le bol « Bobo » généralisé, le Bourgeois Bourrin prend le dessus, pour le meilleur et surtout… pour le pire !

A l’heure du ras le bol « Bobo » généralisé, le Bourgeois Bourrin prend le dessus, pour le meilleur et surtout… pour le pire !

Il y a plusieurs années déjà, bien avant l’accession de Marine Le Pen au pouvoir, euh, pardon, en tête des sondages, le magazine Stratégies m’interrogeait sur « l’insulte Bobo »… je me souviens avoir répondu que, malgré tous leurs défauts, je préférais clairement les bourgeois bohèmes aux bourgeois FN – entendre : finalement, pourquoi se plaindre que les bourgeois se posent enfin des questions sur la responsabilité sociale des entreprises, l’impact environnemental de leur consommation et les questions de mixité sociale ?

Las, les années ont passé et le combat semble définitivement perdu : les Bobos sont devenus bel et bien la caricature qu’on en faisait, le terme est une insulte dans une majorité de milieux (mais quand même surtout chez les politicards poujadistes) qui les voient comme l’incarnation d’une élite mondialisée, ethno-, eco- et gay-friendly, déconnectée de « la réalité du peuple ».

De fait, les études se multiplient pour montrer que non  seulement ils ne favorisent pas la mixité sociale, mais pire encore ils ont un impact encore plus négatif que les bourgeois traditionnels sur la mixité d’un quartier quand ils s’y installent. Leur mode de vie, sous couvert de redécouvrir les traditions, le bio, les légumes moches et l’artisanat, se reproduit à l’identique d’une ville à l’autre, et l’on a ainsi pu voir un journaliste du New York Times  (ici) se plaindre que la rue des Martyrs ressemblait de plus en plus à Brooklyn (et Pantin à Williamsburg), les mêmes enseignes et types de restaurants et boutiques venant uniformément écarter tout ce qui ne rentrait pas dans la « charte graphique » de l’identité bobo.

C’est là qu’apparaît, triomphant, le Boubour, ou Bourgeois Bourrin, tout content de pouvoir réinventer les codes du cool et d’assumer son rejet de l’attitude bobo : retour aux sources, ethno-centrisme, machisme, voire chauvinisme assumé, rejet de ce qui est trop recherché, sophistiqué, exigeant. Surtout, valorisation avant toute chose du confort intellectuel et de l’habitude. Rééquilibrage des valeurs. On veut bien être gentil, mais faut pas déconner non plus. Faudrait pas voir à aller trop loin. Faut pas pousser mémé dans les orties. Recherche de sensations à la fois fortes et simples, une sorte de défonce tranquille, de béatitude vide – nirvanesque, donc. Bienheureux les innocents. Décomplexée, disait on de la droite sarkosiste, précurseur Boubour. C’est-à-dire sans complexe, et sans complexité.

On avait vu les signes avant-coureurs, sans trop s’alarmer. Judd Apatow, récupéré par la pub, se laissait à aller à un confort de plus en plus conformiste, de moins en moins ouvert aux autres. Justice, la soit-disant relève de la French Touch, c’était quand même bien bourrin. Puis d’autres signes sont arrivés.

« Springbreak … Springbreak forever ».

Le mantra du Springbreaker de Harmony Korine, le réalisateur bobo trash par excellence qui a pris tout de le monde de court avec ce film mordant et halluciné, résonne comme une incantation, une invitation au paradis Boubour : une vie de Springbreak, petites pépés en bikini et gaillards stéroïdés assumant pleinement leur envie d’entre soi, en Floride si possible. Un voyage initiatique à la Bobo dans un ashram en Inde ? Une mission humanitaire au Burundi ? Plutôt crever ! 15 jours de défonce au soleil, cocktails gratuits et resorts bétonnés, voilà le vrai sens de la vie. Idem avec le Bling Ring de Sofia Coppola : qu’y a-t-il dans la vie de plus important que la collection de Louboutin de Paris Hilton ?

Et puis le phénomène a pris des atours plus surprenants encore : Nicolas Winding Refn, réalisateur tripé et tripu des Pushers (bourrin social triste) et Valhalla Rising (bourrin psychédélique), qui avait déjà séduit tout le monde avec Drive (plus taciturne que bourrin, mais surtout incroyablement plus « chic et branché »), revient aux sources à Cannes avec son Only God Forgives (bourrin chic) – et toute la bourgeoisie modeuse et molletonnée de se pâmer devant les images ultra-léchées so bourgeois chic de scènes quand même bien bourrin (combat, vengeance, etc…) et de symboles pas tout en finesse (si vous n’aviez pas compris que le poing de Gosling était le symbole de son phallus, vous avez du vous endormir une bonne partie du film…).

Quelques semaines plus tard, au festival de la pub, le whisky Southern Comfort remporte un prix avec un film magnifique qui montre un type l’air bien bourrin-beauf (gros bide, moule-burnes rouge, sandales, moustache « morse »…) qui marche l’air très satisfait sur la plage, peu soucieux de ce que la branchitude « bogoss » pense de lui. Il se sert un whisky, et le slogan résume toute l’éthique Boubour : « Whatever’s comfortable » - tout ce que vous voudrez, du moment que c’est agréable.

 

Southern Comfort

Tout pour le confort. Confort domestique, confort intellectuel, confort urbain. C’est le grand retour de la plus ancienne des promesses du marketing naissant des trente glorieuses. « Confort à tous les étages ».

 

C’est vrai quoi. La vie est dure. Le changement, c’est pas maintenant finalement. Yes We Can, mais en fait pas vraiment. On repassera. A quoi bon tous les efforts et la bonne volonté bobo, à part manger des trucs qui puent et porter des pulls qui grattent, puisque la planète part à vau-l’eau quand meme ? Dans la course de tous contre tous, à l’heure du « survival » généralisé, c’est « winner takes all », chacun pour soi, assurer mes arrières, et rembourrer les côtés aussi tant qu’à faire. Et puis 20 ans de propagande socio-darwiniste ont fini par marquer les esprits : les vrais mecs, c’est des gorilles, les nanas, c’est des chiennes, et puis c’est tout, le reste c’est de la branlette « queer ». D’ailleurs, si le bourgeois bourrin n’est pas vraiment politisé, la manif pour tous a beaucoup fait pour le décomplexer.

 

Alors la machine s’est emballée.

Romain Gavras, le réal-plus-bourrin-tu-meurs (il revendique sa "bourrinnitude"), fait des pubs pour DIOR et VUITTON. Robert Pattinson devient icône de mode et roule dans une grosse BM des années 80, sur du Led Zep enflammé qui a bien perdu de sa flamme. Le tourtereau flirtouille avec une seule copine (on ne joue pas avec la fidélité) et invite même mamie à danser à la fin. Bourrin Chic et sage.

http://www.youtube.com/watch?v=aTbG1hG2AFA

JAGUAR annonce en ligne sa prochaine pub qui promet de nous expliquer, accent cockney Guy Ritchie bien bourrin à l’appui, pourquoi les bad boys à Hollywood sont toujours anglais. Bourrin Classe.

DOC MARTEENS sort un film qui brasse pêle-mêle le ska, les skins, les punks, les pubs, la bière et le foot. Bourrin British.

http://www.youtube.com/watch?v=Dkv1UVKF608

KANYE WEST nous a sorti un clip avec Nick Knight, LE photographe chic et branché de toutes les marques de luxe et de mode, tellement ringard qu’on ne sait même pas si c’est du sérieux – mais vu le prix d’un shoot avec Nick Knight, ca doit être assez sérieux, caution bourgeoise. Le « génie » autoproclamé de la pop culture s’y secoue avec sa copine Kim Kardashian sur une moto vintage sur fond de posters 80s, couchers de soleil et Grand Ouest américain. Bourrin Kitsch, toujours chic.

http://www.youtube.com/watch?v=BBAtAM7vtgc
 

Plus récemment, le carton du film de Guillaume Gallienne peut laisser pantois. Le film, caution bourgeois et intello à tous les plans (comédie française + appartements énormissimes), donne dans l’humour le plus bourrin : aspirateur dans l’anus, « j’ai la vessie qui remonte à la gorge », ce genre de choses. Mais comme c’est dans un molletonné tout bourgeois, ça passe. Non, c’est « envoutant », « merveilleux » et autres superlatifs étalés sur l’affiche, la critique unanime. Le fait que le film enchaîne les clichés les plus bourrins sur les pédés (j’en suis un, j’ai le droit de dire pédé) ne semble déranger personne, y compris les pédés eux-mêmes. On finit par adhérer aux propos de la mère du héros à la fin, qui le voit comme un pédé repenti, vu l’image atroce des homos qu’il donne tout au long du film. Bourgeois Bourrin hypocrite.

 

Et puis, LUI est arrivé. Beigbeder, un vrai cahier de tendances à lui tout seul, a révélé sa vraie face au monde : je suis un bourgeois bourrin. Je veux juste de la meuf à l’ancienne, et des bagnoles, caution luxe un peu quand même, touche vintage. D’ailleurs, tant qu’à faire, touche pas à ma pute, avec Nicolas Bedos, malgré les excuses. Bourrin vintage. Moyennement cool, quand même.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.