LeHorla
Professeur de SVT, écrivain d'articles dans des revues de vulgarisation, citoyen qui s'essaie engagé
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2022

Le front républicain est mort

Le front républicain est-il inscrit dans la constitution ? C'est ce que doit penser le président Macron quand on voit à quel point il le considère comme allant de soi. Cette longue séquence électorale vient de signer l'arrêt de mort de ce front républicain. La majorité a donné toutes les raisons pour écœurer les électeurs prêts à continuer à faire barrage à l'extrême-droite. Qu'il en soit ainsi.

LeHorla
Professeur de SVT, écrivain d'articles dans des revues de vulgarisation, citoyen qui s'essaie engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis un électeur de gauche. Et comme beaucoup d’électeurs de gauche, j’ai participé au front républicain depuis un funeste jour d’avril 2002 où j’ai dû mettre un bulletin « Jacques Chirac » dans l’urne. Depuis ce moment et jusqu’à récemment, je l’ai fait sans véritable hésitation, par devoir républicain face à la menace que représente l’extrême droite que je voulais la plus basse possible.

La première fissure de ce front a été lorsque la droite classique s’est fendue de son fameux « ni-ni » prôné par Nicolas Sarkozy. Je me disais alors que je valais mieux que ces mesquineries. L’enjeu était trop grand.

En 2017, mon candidat n’étant pas parvenu à accéder au second tour, le duel opposait, on s’en souvient Emmanuel Macron à Marine Lepen. J’avais déjà bien compris que l’ancien ministre de l’Economie Macron était loin de correspondre à mon idée de la gauche mais le doute était encore permis sur l’ampleur de sa droitisation et surtout je tenais à continuer à appliquer ce front républicain.

Seulement voilà. Cinq années ont passé. Cinq années de matraquage social orchestré notamment par Jean Michel Blanquer, le fossoyeur de l’Education Nationale. En tant qu’enseignant, je n’ai jamais subi une telle violence institutionnelle. Je ne referai pas le bilan, on le connaît.  La droitisation, l’arrogance, la répression des manifestations etc. Usé par ce quinquennat, je commence à en avoir assez de « voter contre », « faire obstacle à ». Nous ne devenons désirables que lorsqu’ils ont besoin de nos voix. J’ai bien compris que la stratégie présidentielle vise à pérenniser ce duel contre l’extrême-droite afin de profiter de notre sursaut républicain. Pour le 2ème tour de l’élection présidentielle de 2022, pour la première fois j’ai hésité. Deuxième fissure.

Jusqu’au bout je n’étais pas sûr de ma décision. Voter Macron, voter blanc, ne pas voter ? face au sondage qui accordait une victoire sans véritable ambiguïté pour le candidat Macron, j’ai pris la décision de ne pas lui donner ma voix. Il n’en avait pas besoin et je ne pouvais plus continuer à cautionner sa politique. Elle ne se ferait pas en mon nom. Je sais très bien que le risque n’était pas nul, que si ma réflexion était partagée, le cataclysme était possible. J’en avais parfaitement conscience. C’est dire l’ampleur de l’écœurement d’un électeur viscéralement opposé à l’extrême droite provoqué par le quinquennat précédent. (Surtout que la couleur était annoncée pour celui à venir entre la réforme des retraites et la refonte du statut de fonctionnaire notamment). Me restait alors les possibilités de voter blanc ou de m’abstenir. Pour la première fois de ma vie d’électeur, je me suis abstenu. Le vote blanc n’étant pas reconnu, je tenais à ce que ma désapprobation d’un tel duel orchestré soit visible et le vote blanc ne le permet pas. Leur nombre n’est même pas cité lors des soirées électorales. En revanche, par mon abstention, signe politique réel, je pouvais signifier quelque chose. Plus elle serait importante, plus cela montrerait le refus par les citoyens d’un tel choix. C’est donc ce que j’ai fait. Je n’ai pas voté. Les représentants de la Macronie ne se sont pourtant privés de courtiser les électeurs de gauche en faisant appel à notre conscience républicaine, aux valeurs que finalement nous partagions (dixit Richard Ferrand, je reviendrai à lui…). C’en était fini pour moi.

Quand, à peine quelques semaines après cet appel au front républicain, la situation inverse s’est présentée lors des législatives, la réciproque n’a évidemment pas eu lieu. Dernière fissure.

Dans aucun cas de duel, les représentants de la majorité n’ont appelé à faire obstacle à l’extrême-droite en appelant à voter pour la NUPES. Richard Ferrand, le même que quelques lignes plus haut, disant qu’il ne partageait aucune valeur avec ce camp pour appeler à voter pour lui. Voilà l’acte qui signait la fin du front républicain. Le cynisme, la médiocrité, le manque de hauteur de la majorité n’ont eu d’égaux que leur manque de dignité.

Je pense que la semaine de l’entre deux tours des législatives que nous venons de vivre marque un tournant dans la vie politique française. Je peine à concevoir de quoi vont être faits les prochains mois (quel gouvernement, quelles alliances ?) mais ce que je sais c’est qu’Emmanuel Macron vient de signer l’arrêt de mort de la dernière protection qui perdurait contre l’accession au pouvoir de l’extrême-droite. Jusqu’à alors, il aurait été impossible pour un candidat de ce camp de rassembler plus de 50% de votants. Même si le nombre d’électeurs d’extrême-droite n’a pas suffisamment augmenté, il devient suffisant face à l’érosion inéluctable des citoyens votant par devoir contre elle.

Le président fraîchement réélu a dit que « sa victoire l’obligeait ». Mais il n’en est évidemment rien. Il ne s’est pas privé pour rapidement insinuer que si les électeurs votaient pour lui, c’était aussi une forme d’adhésion à sa vision. Quelle indignité ! pour reprendre la formule célèbre d’un ancien président fin connaisseur en la matière.

En balayant l’effort du peuple de gauche à exercer une fois encore (la dernière ?) le front républicain, en refusant la réciprocité de cet acte important, le président Macron portera la responsabilité de la désormais possible victoire de l’extrême-droite à l’élection présidentielle. Peut-être que lorsque les sondages seront plus menaçants, le sursaut se fera encore. Mais aujourd’hui je n’en suis plus certain.

Qu’ils se débrouillent pour gagner avec leur partisan, après tout, ils ont telle estime de leur politique qu’elle devrait suffire à susciter l’adhésion de suffisamment de Français non ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Maltraitances en crèche : un tabou français
La mort d’un bébé survenue la semaine dernière à Lyon a provoqué la stupéfaction. Mais depuis de longs mois, les conditions d’accueil en crèche se dégradent. Et des professionnels, des experts ou représentants du secteur tirent la sonnette d’alarme. Témoignages.
par Laëtitia Delhon

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra